Ojim.fr
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
Minute et Valeurs Actuelles, ennemis publics numéro 1

L’article que vous allez lire est gratuit. Mais il a un coût. Un article revient à 50 €, un portrait à 100 €, un dossier à 400 €. Notre indépendance repose sur vos dons. Après déduction fiscale un don de 100 € revient à 34 €. Merci de votre soutien, sans lui nous disparaîtrions.

5 septembre 2014

Temps de lecture : 4 minutes
Accueil | Veille médias | Minute et Valeurs Actuelles, ennemis publics numéro 1

Minute et Valeurs Actuelles, ennemis publics numéro 1

Temps de lecture : 4 minutes

Après les diverses polémiques liées à la ministre de la justice Christiane Taubira, c’est au tour de Najat Vallaud-Belkacem de faire la une de la presse et de l’actualité.

Depuis sa nom­i­na­tion au min­istère de l’é­d­u­ca­tion nationale, les cri­tiques fusent dans les médias comme dans la classe poli­tique pour dénon­cer une provo­ca­tion, Najat Val­laud-Belka­cem ayant été l’une des min­istres les plus en vue dans la pro­mo­tion de la théorie du genre. « La provo­ca­tion », c’est juste­ment le titre qu’a choisi l’heb­do­madaire Minute pour illus­tr­er l’ar­rivée d’une « Maro­caine musul­mane à l’é­d­u­ca­tion nationale ».

Le jour­nal satirique est par ailleurs pour­suivi pour une autre cou­ver­ture : « Maligne comme un singe, Taubi­ra retrou­ve la banane ». L’af­faire sera jugée le 24 sep­tem­bre prochain. Pour cette « récidive » sur Mme Belka­cem, Minute s’est attiré les foudres de nom­bre de poli­tiques. Jean-Christophe Cam­badélis, pre­mier secré­taire du Par­ti Social­iste, a estimé sur Twit­ter que Minute devait être « con­damné ». Même son de cloche du côté de François de Rugy, co-prési­dent du groupe écol­o­giste à l’Assem­blée nationale. Mais con­damné en ver­tu de quoi ? On se le demande. Najat Val­laud-Belka­cem assume régulière­ment sa dou­ble nation­al­ité fran­co-maro­caine (par exem­ple, dans cette vidéo à Lyon en 2009 où elle célébrait le nou­v­el an berbère organ­isé par l’association Awal Grand Lyon. Elle déclarait d’autre part à l’hebdomadaire La Vie en 2013 : « Je suis croy­ante. Musul­mane par héritage en quelque sorte. C’est une his­toire de cul­ture, de tra­di­tion, de racines… ».

Même au Front Nation­al, l’heure est à la con­damna­tion. Flo­ri­an Philip­pot, député européen et numéro 2 du par­ti fron­tiste, a rejoint la meute et a con­damné « encore plus la pub­lic­ité per­ma­nente qu’on fait à ce tor­chon (Minute) ». Le vice-prési­dent du FN estime que ce « tor­chon con­fi­den­tiel » est l’« idiot-utile du gou­verne­ment » qui va pou­voir ain­si « vic­timiser une ministre ».

Dans son édi­tion parue ce jeu­di 4 sep­tem­bre, Valeurs Actuelles a égale­ment ciblé Najat Val­laud-Belka­cem. « L’Ay­a­tol­lah », titre le mag­a­zine pour désign­er la nou­velle min­istre de la « réé­d­u­ca­tion nationale ». Et comme pour Minute, VA a eu droit à une lev­ée de boucliers de la même ampleur. Jour­nal­istes et poli­tiques y sont à nou­veau allés de leur con­damna­tion con­v­enue sur Twit­ter, où le mot-dièse #Valeur­sPoubelle cir­cule actuellement.

« Valeurs poubelles a encore frap­pé. Une inci­ta­tion à la haine raciale de plus pour ce tor­chon de la droite extrémiste. Sou­tien à Najat Val­laud-Belka­cem », a posté le séna­teur PS David Assouline sur son compte Twit­ter. De même pour Sihem Souid, chargée de mis­sion au min­istère de la Jus­tice, qui a souhaité « de tout cœur que Valeurs Actuelles coule très pro­fond », ce qui ne manque pas d’humour au moment où l’hebdo affiche des résul­tats inso­lents. Au pre­mier trimestre 2014, il a en effet enreg­istré la plus forte pro­gres­sion de dif­fu­sion avec une hausse de +15,14 % pour 104 093 exem­plaires. En par­al­lèle, Libéra­tion meurt à petit feu

Devant ces attaques qui pleu­vent depuis la veille de la paru­tion, VA a décidé de pour­suiv­re en jus­tice les deux poli­tiques précédem­ment cités. « La rédac­tion de Valeurs actuelles, par la voix de son directeur général, Yves de Ker­drel, exprime son indig­na­tion con­tre ces attaques diffam­a­toires et infondées qui relèvent de l’in­tim­i­da­tion et de la calom­nie », a indiqué l’hebdomadaire.

Yves de Ker­drel a par ailleurs habile­ment invité « les respon­s­ables du Par­ti Social­iste comme de SOS Racisme à relire la déf­i­ni­tion que le dic­tio­n­naire Larousse donne du mot “aya­tol­lah”: “per­son­ne aux idées rétro­grades qui use de manière arbi­traire et tyran­nique des pou­voirs éten­dus dont elle dis­pose”. Il n’y a donc dans ce titre choisi par Valeurs actuelles, comme dans les huit pages que notre heb­do­madaire con­sacre à la Min­istre de l’Éducation Nationale, la moin­dre allu­sion de nature raciste ou confessionnelle. »

Voir notre portait d’Yves de Kerdrel

Crédit pho­to : najatvb via Flickr (cc) / auteur : Ben­jamin Géminel