Accueil | Actualités | Médias | Lorànt Deutsch et Samy Naceri ne sont pas Charlie
Pub­lié le 25 janvier 2015 | Éti­quettes : ,

Lorànt Deutsch et Samy Naceri ne sont pas Charlie

Plusieurs voix commencent à s'élever contre Charlie Hebdo, qui a choisi de récidiver dans l’insulte aux croyants en republiant les caricatures de Mahomet.

Invité jeudi matin sur D8 dans l'émission de Laurence Ferrari, l'acteur Samy Naceri a confié que, même si les crimes commis étaient « horribles », il fallait néanmoins arrêter de toucher aux sujets sensibles, à commencer par la religion. « Laissons la religion, s'il vous plaît ! Arrêtons ! On a eu 17 morts ! », a-t-il martelé.

Dès le lendemain, dans Nice-Matin, Lorànt Deutsch a à son tour estimé que « la publication de la caricature de Mahomet était un nouvel outrage », faisant référence à la dernière une de Charlie Hebdo. Pour lui, il s'agit tout simplement d'un « acte irresponsable au moment ou l’on doit s’interroger sur le "vivre ensemble" appelé avec tant de force par la manifestation du 11 janvier dernier ».

Et même s'il se sent « Charlie » devant l'horreur de ces crimes, l'acteur n'en apporte pas moins la nuance. « La liberté d'expression est totale, dans le respect des lois de la République. Mais on devrait réfléchir au délit de blasphème, qui a été aboli. Je me sens insulté quand on s’en prend à ma religion. Ne confondons pas laïcité et anticléricalisme farouche. Vouloir opposer croyants et "pensants" comme si les premiers étaient des abrutis, cela me peine », a-t-il conclu.

Voir également notre article : Tout le monde n'est pas Charlie

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This