Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Tout le monde n’est pas Charlie

14 janvier 2015

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Tout le monde n’est pas Charlie

Tout le monde n’est pas Charlie

Face au torrent émotionnel de compassion à l’égard des victimes de Charlie Hebdo, de petites voix dissonantes se sont élevées pour apporter, souvent, une salutaire nuance.

Non, tout le monde n’est pas Char­lie. La défense de la libre expres­sion et le respect du deuil des familles n’en­lèvent rien à une néces­saire réflex­ion plus en pro­fondeur. Dès le lende­main du drame, le site Le Brévi­aire des patri­otes dénonçait l’é­mo­tion­nel à out­rance et l’hypocrisie général­isée des « Char­lie » d’un jour. Expli­quant ne pas être en bon terme « avec les usurpa­teurs », l’au­teur de l’ar­ti­cle, Maxime Le Nagard, refu­sait « de tir­er une obscène épin­gle de ce jeu de tartufes comme le fait depuis ce midi tout le théâtre politi­co-médi­a­tique auquel se joint, comme à chaque fois que cela peut la dis­traire, la par­tie de la pop­u­lace qui aime l’odeur du sang et la com­pas­sion à peu de frais ».

Et celui-ci de met­tre en lumière le deux-poids-deux-mesures de la « lib­erté d’ex­pres­sion » entre les dessi­na­teurs de Char­lie Heb­do et l’hu­moriste Dieudon­né. L’hypocrisie est sur tous les fronts.

Un peu plus tard dans la journée, c’est Boule­vard Voltaire qui entrait dans la danse. Dans une tri­bune à con­te-courant, Gabrielle Cluzel refuse le total­i­tarisme de l’é­mo­tion, ne croy­ant pas et « qu’il faille se sen­tir obligé de répéter cette phrase toute faite comme une incan­ta­tion pour avoir le droit d’exprimer sa com­pas­sion, de plain­dre les vic­times et les familles, de dire son inquié­tude ». Rap­pelant qu’on oublie bien vite les deux policiers, égale­ment vic­times de cette fusil­lade, celle-ci ose con­fi­er (mal­heur!) qu’elle a « tou­jours détesté le con­tenu » de l’heb­do­madaire. Pire, elle « n’envisage pas de le pren­dre aujourd’hui à (s)on compte ».

Cette fois, la ligne du jour­nal est aus­si en ques­tion. « Je ne suis pas Char­lie parce que ce n’est pas insul­ter la mémoire des morts de dire que la ligne du jour­nal relève plus sou­vent de l’insulte que de l’humour… et que j’aime bien rire mais pas con­spuer, cho­quer, ni hum­i­li­er », explique-t-elle.

Le lende­main, dans une tri­bune pub­liée sur Le Figaro/Vox, le séna­teur belge Alain Des­tex­he dénonce le risque de « tyran­nie du silence » qu’en­gen­dr­erait la mise au tabou de toute cri­tique de l’is­lam rad­i­cal suite à ce drame. « Je me méfie de ces grands élans de com­pas­sion lors des grandes tragédies. Aptes à canalis­er la tristesse et l’é­mo­tion générale, ils risquent aus­si de mas­quer l’essen­tiel », écrit-il, craig­nant de voir la chas­se aux « amal­games » et à l’« islam­o­pho­bie » empêch­er toute cri­tique de l’is­lam rad­i­cal, voire de l’is­lam tout court.

Enfin, par­mi d’autres voix dis­so­nantes, la démo­graphe Michèle Trib­al­at dénonçait ce dimanche, dans un tout autre reg­istre, l’hypocrisie de cer­taines asso­ci­a­tions, défen­dant aujour­d’hui la lib­erté d’ex­pres­sion d’un Char­lie Heb­do qu’elles voulaient réduire au silence hier. Pour com­mencer, celle-ci estime que « la presse pour­rait légitime­ment arbor­er ce slo­gan si, de con­cert, elle repub­li­ait l’ensem­ble des car­i­ca­tures qui a valu la mort à ces valeureux car­i­ca­tur­istes ».

Et de dénon­cer la posi­tion du MRAP qui, le 11 févri­er 2006, inten­tait un procès à France Soir pour avoir repro­duit les car­i­ca­tures de Mahomet. L’as­so­ci­a­tion par­lait alors de « détourne­ment raciste de la lib­erté d’ex­pres­sion ». N’est-ce pas pour ce même « détourne­ment » que 10 dessi­na­teurs de Char­lie Heb­do, soutenus aujour­d’hui par le MRAP, ont été assas­s­inés ? « Com­bi­en de poli­tiques qui n’ont aujour­d’hui que la lib­erté d’ex­pres­sion à la bouche, ont, lors de la pub­li­ca­tion des car­i­ca­tures danois­es, soutenu la lib­erté d’ex­pres­sion sans restric­tion, sans invo­quer l’e­sprit de respon­s­abil­ité, de mesure, de respect, le car­ac­tère inop­por­tun ou provo­ca­teur des dessins ? », ajoute la démo­graphe.

Que ce soit pour dénon­cer l’hypocrisie générale, la dic­tature émo­tion­nelle, l’ir­re­spon­s­abil­ité de la ligne de Char­lie Heb­do ou tout sim­ple­ment son rejet idéologique, l’heb­do­madaire est loin de faire l’u­na­nim­ité totale mal­gré l’at­taque trag­ique qu’il a subit.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.

Patrick Drahi

PORTRAIT — À la tête d’un empire économique colos­sal, Patrick Drahi a com­mencé à s’intéresser aux médias à par­tir des années 2000, rachetant Libéra­tion, L’Express, L’Expansion, Stu­dio Ciné Live, Lire, Mieux vivre votre argent, Clas­si­ca, etc., avant de lorgn­er vers le groupe Nex­tRa­dioTV.

Ivanne Trippenbach

PORTRAIT — Ivanne Trip­pen­bach est une jour­nal­iste de L’Opinion qui a fait de “l’extrême-droite” son cheval de bataille, a grand coups de dénon­ci­a­tions choc. Pour dia­bolis­er son adver­saire idéologique, la jour­nal­iste n’est pas à un détail près.

Paul Amar

PORTRAIT — Paul Amar est né le 11 jan­vi­er 1950 à Con­stan­tine (Algérie) de Charles (agent de la SNCF) et Julie Ghenas­sia. La famille sera rap­a­triée en 1961 et s’installera dans la région lyon­naise.