Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
L’OJIM fait sa semaine de la presse. 2 : c’est l’heure de l’antisémitisme expliqué aux CE2

29 juillet 2019

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | L’OJIM fait sa semaine de la presse. 2 : c’est l’heure de l’antisémitisme expliqué aux CE2

L’OJIM fait sa semaine de la presse. 2 : c’est l’heure de l’antisémitisme expliqué aux CE2

Pre­mière dif­fu­sion le 26/03/2019

Comme l’OJIM l’indiquait dans le premier article de cette série, du 18 au 25 mars 2019, c’était la Semaine française et européenne d’éducation aux médias : écoles, lycées et collèges en France, comme dans la plupart des pays de l’Union Européenne, sont l’objet d’une offensive massive des gouvernements et des médias officiels afin de convaincre « dès le plus jeune âge », comme nombre de ministres ont l’habitude de le dire, que de bonnes et vraies conceptions s’apprennent dès le plus jeune âge. Deuxième partie, donc, de notre semaine de la presse dans… la semaine de la presse.

Ain­si que le mon­trait récem­ment l’OJIM, la semaine de la presse a voca­tion à encadr­er les jeunes sco­lar­isés. Cela se fait dans un cadre plus large et per­ma­nent, annu­al­isé en quelque sorte :

L’encadrement a lieu dès le plus jeune âge et sou­vent en réac­tion à l’actualité immé­di­ate. C’est ain­si que peu après les divers actes anti­sémites récem­ment sur­venus en France, France.tv édu­ca­tion dif­fu­sait un doc­u­men­taire des­tiné à être regardé en classe par des enfants de CE2, ayant donc 8 ans. Sujet : « C’est quoi l’antisémitisme ? ». Le doc­u­men­taire s’inscrit dans une rubrique se pro­posant de répon­dre à une ques­tion, plus ou moins d’actualité, par jour et dans la vague actuelle de « sen­si­bil­i­sa­tion des élèves » aux médias (respecta­bles).

Il est alors éton­nant de voir le traite­ment de cette ques­tion : « Un anti­sémite est celui qui éprou­ve de la haine pour les per­son­nes de reli­gion ou d’origine juive. Cela peut se traduire par des insultes, des men­aces, des dégra­da­tions ou des actes vio­lents con­tre des Juifs ». Rien à dire con­cer­nant cette propo­si­tion de déf­i­ni­tion. La suite est par con­tre dis­cutable (l’analyse suit l’ordre de défile­ment chronologique du doc­u­men­taire) et est organ­isée en qua­tre étapes :

  • 1ère étape : L’antijudaisme du Moyen-Age est assim­ilé à une pra­tique exclu­sive­ment chré­ti­enne, ain­si qu’à l’antisémitisme. Cette équiv­a­lence entre anti­ju­daisme et anti­sémitisme est très éloignée de l’état de la recherche sci­en­tifique con­cer­nant ces ques­tions. Une telle sim­pli­fi­ca­tion est à la lim­ite de l’infox.
  • 2e étape : Une phrase ensuite indique qu’au 19e siè­cle « des théories pré­ten­dent class­er l’humanité en races. Par­mi elles, la race sémite, celle des juifs ». Le nom de Dar­win n’est pas cité, for­cé­ment puisque l’Education Nationale enseigne par ailleurs la théorie de la sélec­tion des espèces .
  • 3e étape : « L’antisémitisme est très répan­du au début du XXesiè­cle. Les Juifs sont car­i­caturés comme des êtres cupi­des et mau­vais. Hitler se sert de cette haine pour arriv­er au pou­voir et déclencher la Shoah, l’extermination mas­sive des Juifs d’Europe ».

Le lien est donc fait, de la 1ere à la 3e étape entre anti­sémitisme ayant con­duit au géno­cide et anti­ju­daisme : il y aurait chronolo­gie. Une thèse his­torique­ment dis­cutable.

  • 4e étape : « Aujourd’hui encore, des théories du com­plot cir­cu­lent pour attis­er la haine con­tre les Juifs. C’est pourquoi, en France, la loi punit fer­me­ment les actes et les dis­cours anti­sémites ».

Com­ment ne pas être sur­pris de ce qu’entendent les enfants des écoles français­es dans cette péri­ode où des actes anti­sémites sont per­pétrés ?

L’antisémitisme actuel est mis en lien avec les « théories du com­plot », sans que rien ne dise ce dont il s’agit.

Surtout : en ce 12 mars 2019, jour de dif­fu­sion du doc­u­men­taire, l’antisémitisme actuel n’est pas, men­tion­né. Où est passé l’antisémitisme qui de fait domine la société française, un anti­sémitisme qui ani­me en pre­mier lieu la cul­ture musul­mane. L’immense majorité des vio­lences anti­sémites pro­duites en France depuis 10 ans sont le fait de musul­mans, ce que la jus­tice con­firme. Com­ment se fait-il que ce ne soit pas indiqué ? Par crainte de met­tre à mal le « vivre ensem­ble » qui a rem­placé la notion de Bien pub­lic dans les écoles ?

Ce doc­u­men­taire doit sem­bler éton­nant dans cer­taines écoles con­fron­tées au quo­ti­di­en au « vivre ensem­ble ».

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Abel Mestre

PORTRAIT — Faut-il class­er Abel Mestre dans la caté­gorie jour­nal­iste ? Abel Mestre con­stitue à lui seul un fourre-tout de l’extrême extrême-gauche, allant du stal­in­isme à l’anarchisme en pas­sant par le trot­skisme expéri­men­tal et l’action de rue.

Sophia Aram

PORTRAIT — Issue d’une famille d’o­rig­ine maro­caine, Sophia Aram est née à Ris-Orangis (Essonne) le 29 juin 1973. Sophia Aram s’ini­tie à l’art de l’im­pro­vi­sa­tion dans les étab­lisse­ments sco­laires de Trappes puis au sein de la com­pag­nie « Déclic Théâtre », où elle côtoie Jamel Deb­bouze.

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision