Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Gilets jaunes et médias déconnectés du réel : un cas d’école, Isabelle Saporta sur RTL

18 janvier 2019

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Gilets jaunes et médias déconnectés du réel : un cas d’école, Isabelle Saporta sur RTL

Gilets jaunes et médias déconnectés du réel : un cas d’école, Isabelle Saporta sur RTL

Outre l’incompréhension entre « ceux qui ne sont rien » et « les premiers de cordée » du système politique en place, la crise des gilets jaunes révèle un autre malaise : celui qui oppose une grande partie de la France populaire aux « élites » médiatiques. Un cas d’école avec la chronique d’Isabelle Saporta sur RTL.

Ce n’est évidem­ment pas la pre­mière fois depuis le début de la crise que RTL s’en prend verte­ment aux gilets jaunes. L’intervention d’Isabelle Sapor­ta est cepen­dant un mod­èle du genre. La chronique est dif­fusée en direct chaque jour dans RTL matin, ani­mé par Yves Calvi. Elle s’intitule « C’est comme ça ». Le titre du jour ? Gilets jaunes : les jour­nal­istes sont des médi­a­teurs de la République. Yves Calvi donne la parole à Isabelle Sapor­ta ain­si : « Vous voulez revenir ce matin sur les vio­lences inad­mis­si­bles dont ont fait preuve cer­tains gilets jaunes, notam­ment à Rouen à l’encontre d’une équipe de nos con­frères de LCI ».

Saporta file la métaphore militaire

Sapor­ta étant elle-même jour­nal­iste, le ton de la chronique, que l’on peut réé­couter ici, est con­va­in­cu et la métaphore mil­i­taire : à qui s’attaquent les gilets jaunes en s’en prenant aux jour­nal­istes ? « Aux troupes qui vont au plus près du ter­rain, aux troupes qui fil­ment le désar­roi des gilets jaunes, aux troupes qui met­tent en lumière les vio­lences poli­cières quand elles ont lieu ; ce sont ces troupes-là qu’il faudrait punir ? Les punir de quoi au juste, de faire leur méti­er ? ».

Édi­fi­ant. La pro­fes­sion ne s’interroge pas sur la seule vraie ques­tion : pourquoi une telle défi­ance vis-à-vis de ces « médi­a­teurs de la République » que seraient les jour­nal­istes ? Des esprits taquins répon­dront que c’est la faute de ceux qui cri­tiquent la pro­fes­sion, comme L’Ojim ou Acrimed. Plus sérieuse­ment, la ques­tion devrait être pro­longée par celle-ci : que font ou ne font pas les jour­nal­istes et qui entraîne cette défi­ance ? Et pourquoi pas : que se passe-t-il, à chaque élec­tion, sur tous les médias, quand il s’agit de choisir entre deux can­di­dats, dont l’un est un clone idéologique de l’immense majorité des jour­nal­istes ?

Isabelle Sapor­ta voit d’autres raisons que cela : « Qu’est-ce qui les gêne ? Que les jour­nal­istes témoignent aus­si de la vio­lence qui s’est emparée d’une par­tie des gilets jaunes ? Et quand les gilets jaunes empêchent des quo­ti­di­ens de la presse régionale de paraître, à qui s’en pren­nent-ils encore ? (…) Et qui témoign­era encore quand il n’y aura plus de jour­nal­istes ?

De la défiance ?

Inter­ven­tion de Calvi, expli­quant en s’appuyant sur le dernier baromètre du CEVIPOF, qu’il y « a une défi­ance crois­sante de nos conci­toyens vis-à-vis des médias ». Les médias n’ayant que 23 % de con­fi­ance. « Oui, Yves, nous les jour­nal­istes, nous sommes comme les maires, comme les syn­di­cats, des corps inter­mé­di­aires, passeurs d’informations vers le haut et vers le bas, c’est notre job pour que la république fasse encore société ». L’auditeur se frotte les yeux : est-il réelle­ment pos­si­ble que le stu­dio mati­nal de RTL n’ait pas con­science de la prin­ci­pale source de cette défi­ance : la dif­fu­sion quo­ti­di­enne d’une infor­ma­tion for­matée sociale-libérale ou libérale-sociale, qui ne s’ouvre à d’autres con­cep­tions du monde que pour les atom­iser au son de la reduc­tio ad hitlerum ? « Le prob­lème c’est qu’aujourd’hui, on paie très cer­taine­ment des excès de notre pro­fes­sion mais on paie surtout les excès lan­gagiers d’hommes et de femmes poli­tiques qui nous ont accusé d’être des col­la­bos du sys­tème ».

Violence et silence

La chroniqueuse repro­duit la cause exacte de ce dont elle se plaint : le mépris pour ces hommes et femmes qui pensent autrement, et surtout elle ne voit pas la vio­lence qui est faite régulière­ment con­tre ces per­son­nal­ités poli­tiques mais aus­si con­tre nom­bre d’intellectuels. C’est de cette vio­lence, ou du silence qui est aus­si une vio­lence, que découle ce que subis­sent cer­tains médias pour­tant, de même pour cette accu­sa­tion de « col­labo ». Qui ignore com­bi­en les médias ont col­laboré à l’élection de Macron et con­tribuent à ce que la majorité des Français ne soient pas représen­tés, en dia­bolisant aux sons de « l’extrême » toute con­cep­tion autre que celle de l’idéologie libérale cul­turelle dom­i­nante ? Il n’est que d’écouter un média offi­ciel un matin, si l’invité est mem­bre du RN (comme aus­si dans une moin­dre mesure des Insoumis), en péri­ode d’élection, pour saisir où est le prob­lème. Vient alors le soupçon de com­plot, évidem­ment, Sapor­ta iro­nisant : « parce que nous seri­ons tous ven­dus au grand cap­i­tal, c’est bien con­nu ». Il est vrai que les prin­ci­paux médias… sont pos­sédés par 10 mil­liar­daires et que selon Reporters dans fron­tières la France arrive en 33e posi­tion en ce qui con­cerne la lib­erté de sa presse. Autre exem­ple du prob­lème : Isabelle Sapor­ta ne sem­ble pas con­sciente de ces faits. Pire : « Même le prési­dent de la république se défie de nous, nous seri­ons inca­pables de saisir sa pen­sée com­plexe. En un mot, nous seri­ons ou ven­dus ou trop cons ».

La chronique se ter­mine comme il est d’usage dans les prin­ci­paux médias, par le con­stat pré­ten­du d’une absence d’alternative : Sapor­ta le dit, c’est nous les vrais et gen­tils jour­nal­istes, neu­tres et inno­cents, respon­s­ables de rien dans la défi­ance évo­quée, ou bien ce sera le chaos des réseaux soci­aux aux mains des GAFFA dont « les patrons sont mul­ti mil­liar­daires » et des fake news… « Et d’ailleurs qui les démonte les fake news ? ». Isabelle Sapor­ta pou­vait pos­er une autre ques­tion, comme par exem­ple qui finance le décodex du Monde ? C’est comme ça, ter­mine-t-elle, c’est vrai et cela ne risque pas de s’améliorer au vu de l’absence com­plète de regard cri­tique de la pro­fes­sion sur elle-même.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Camille Vigogne Le Coat

PORTRAIT — C’est la petite jour­nal­iste libérale lib­er­taire qui monte. Dis­sim­u­lant der­rière un joli minois une volon­té de nuire à toutes les per­son­nal­ités de la droite non alignée, Camille Vigogne Le Coat se rêve en nou­velle Ari­ane Chemin sa con­sœur du Monde.

Laurent Joffrin

PORTRAIT — Lau­rent Jof­frin, de son vrai nom Lau­rent (André Marie Paul) Mouchard est né en juin 1952 à Vin­cennes. Sa car­rière se car­ac­térise par des allers et retours inces­sant entre Libéra­tion et Le Nou­v­el Obser­va­teur.

Nicolas Beytout

PORTRAIT — Groupe de Bilder­berg, Le Siè­cle, Medef, Com­mis­sion Tri­latérale, ami intime de Nico­las Sarkozy, petit-fils de l’ancienne pro­prié­taire des Échos, Nico­las Beytout est LE porte-voix de la pen­sée unique mon­di­al­iste dans les médias.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).