Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Libération a‑t-il « censuré » son entretien avec François Ruffin ?

8 juin 2016

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Libération a‑t-il « censuré » son entretien avec François Ruffin ?

Libération a‑t-il « censuré » son entretien avec François Ruffin ?

Lundi 6 juin, Libération publiait une double page d’entretien avec François Ruffin dans lequel le réalisateur du documentaire « Merci patron ! » évoquait son programme politique et déroulait une critique en règle contre le PS.

Aus­sitôt l’en­tre­tien paru dans le quo­ti­di­en, avec un appel de une, Ruf­fin se fendait, sur le site de Fakir, d’un bil­let où il dénonçait la cen­sure de ses pro­pos. « Au cours de nos échanges avec les jour­nal­istes, j’avais taclé régulière­ment Lau­rent Jof­frin, le directeur de Libéra­tion, et surtout Patrick Drahi, l’actionnaire prin­ci­pal, patron de SFR, L’Express, BFM, etc. Rien n’en a été retenu », a‑t-il écrit, évo­quant une « censure/autocensure ».

Dans ses pro­pos, il taclait Lau­rent Jof­frin, directeur de Libé. Pour lui, c’est une « impos­ture » de voir ce dernier « par­ler sur les plateaux télé au nom de la gauche ». Con­cer­nant Drahi, action­naire majori­taire du quo­ti­di­en, il s’in­ter­ro­geait : « Com­ment veut-on que la presse s’attaque sérieuse­ment au blanchi­ment d’argent, à la folle finance, alors qu’elle est entre les mains de cham­pi­ons des hold­ings et des par­adis fis­caux ? » Ces pas­sages n’ont effec­tive­ment pas été retenus dans l’en­tre­tien pub­lié.

Pour­tant, il le recon­naît lui-même, « ayant relu l’interviou, je l’ai d’ailleurs accep­tée. C’est une règle du jeu médi­a­tique, qu’on peut néan­moins dénon­cer : l’impossibilité de cri­ti­quer les patrons de presse dans la presse. » Ain­si Ruf­fin avait-il accep­té de jouer le jeu avant de crier à la cen­sure. C’est d’ailleurs ce qu’a rap­pelé Johan Huf­nagel, co-directeur de la rédac­tion de Libéra­tion. Pour puremedias.com, il rap­pelle que les pas­sages préc­ités n’ont pas été inté­grés « en accord » avec le réal­isa­teur. « François Ruf­fin est libre de penser ce qu’il veut mais le papi­er avait un angle pré­cis et cela n’y ren­trait pas. On ne fai­sait pas un débat sur Lau­rent Jof­frin ou Patrick Drahi », a‑t-il ajouté, rap­pelant que la rédac­tion de son jour­nal était « libre » d’évo­quer ce sujet, comme elle l’avait fait pen­dant le traite­ment des Pana­ma Papers.

Même dis­cours du côté des deux jour­nal­istes ayant réal­isé l’en­tre­tien. Dans une réponse à Ruf­fin pub­liée dans Libé, ces derniers esti­ment que deux pleines pages « sur le fond, c’é­tait trop beau ». Trop beau, et « telle­ment con­traire à ce qu’il dénonce », à savoir une presse sys­té­ma­tique­ment aux ordres du pou­voir. Ain­si, dans une « espèce de réflexe pavlovien », Ruf­fin s’est sen­ti obligé de savour­er sa « petite entre­prise de dénon­ci­a­tion » de la presse main­stream. Les deux hommes rap­pel­lent qu’é­tant don­né la taille de l’en­tre­tien brut (qua­tre pages), il fal­lait de toute évi­dence couper.

« Ne soyons cepen­dant pas hyp­ocrites. Nous n’allons pas dire que nous étions ravis de ces pas­sages qui tapaient sur notre média et notre directeur », con­fessent-ils cepen­dant. Mal­gré tout, ils jugent que cela aurait mérité un vrai débat, face à Jof­frin par exem­ple. De plus, pour eux, l’ac­cu­sa­tion liant les activ­ités fis­cales dou­teuses de Drahi à l’indépen­dance des jour­nal­istes de Libé ne tient pas la route. « En quoi la ges­tion de ses cap­i­taux par notre action­naire prin­ci­pal, aus­si dis­cutable soit-elle, empêcherait-elle les jour­nal­istes de Libé d’être impar­ti­aux ? », inter­ro­gent-ils, un brin naïfs.

En résumé, bien que le procédé a pu sur­pren­dre les jour­nal­istes de Libé, le mes­sage délivré par le cinéaste quant à la dépen­dance des rédac­tions envers leurs pro­prié­taires a le mérite d’être passé.

Voir notre infographie de Libération et notre portrait de Patrick Drahi

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Camille Vigogne Le Coat

PORTRAIT — C’est la petite jour­nal­iste libérale lib­er­taire qui monte. Dis­sim­u­lant der­rière un joli minois une volon­té de nuire à toutes les per­son­nal­ités de la droite non alignée, Camille Vigogne Le Coat se rêve en nou­velle Ari­ane Chemin sa con­sœur du Monde.

Laurent Joffrin

PORTRAIT — Lau­rent Jof­frin, de son vrai nom Lau­rent (André Marie Paul) Mouchard est né en juin 1952 à Vin­cennes. Sa car­rière se car­ac­térise par des allers et retours inces­sant entre Libéra­tion et Le Nou­v­el Obser­va­teur.

Nicolas Beytout

PORTRAIT — Groupe de Bilder­berg, Le Siè­cle, Medef, Com­mis­sion Tri­latérale, ami intime de Nico­las Sarkozy, petit-fils de l’ancienne pro­prié­taire des Échos, Nico­las Beytout est LE porte-voix de la pen­sée unique mon­di­al­iste dans les médias.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).