Accueil | Actualités | Médias | L’Express méfiant vis-à-vis de Drahi et Laufer
Pub­lié le 10 janvier 2015 | Éti­quettes : , , , , , ,

L’Express méfiant vis-à-vis de Drahi et Laufer

Dès l'annonce, le 5 janvier, de la vente probable du navire amiral du groupe Express Roularta (GER), au duo Patrick Drahi-Marc Laufer, les journalistes de L'Express ont tiré la sonnette d'alarme. La Société des journalistes du newsmagazine, mais aussi la Société des rédacteurs du mensuel L'Expansion, ont adressé une mise en garde au nouveau futur actionnaire.

Les deux structures, qui ont réuni leurs troupes mercredi 7 janvier, entendent bien que Patrick Drahi s'engage sur plusieurs points déontologiques cruciaux. Avant que la cession soit définitive, l'homme d'affaires franco-israélien, propriétaire d'Altice (Numericable) devra promettre de respecter la charte sur l'identité et l'indépendance de L'Express. Cette dernière englobe aussi L'Expansion, situé dans le périmètre proche de l'hebdomadaire. La SDJ et la SDR demande à Drahi de préciser son projet éditorial et les moyens qu'il mettra en œuvre pour y parvenir. Cette méfiance vis-à-vis de Patrick Drahi est essentiellement dirigée vers son bras droit, Marc Laufer. Actuellement à la tête du petit groupe de presse professionnel et grand public Newsco (01 magazine, Mesures), Laufer représente notamment les intérêts de Drahi à Libération, dont le milliardaire est devenu copropriétaire en juin 2014. Selon plusieurs sources, Marc Laufer, ancien numéro deux de Nextradio TV jusqu'en 2011, a laissé le souvenir d'un cost killer vis-à-vis du quotidien La Tribune. Nextradio TV avait repris le titre à LVMH en 2007 pour finalement jeter l'éponge. Le PDG, Alain Weill, l'a cédé à sa directrice générale, Valérie Decamp en 2011. Jean-Christophe Tortora, qui a lui-même racheté La Tribune en 2013, a depuis supprimé l'édition print et réduit les effectifs à une trentaine de salariés.

Infographie : Roularta Media Group

Infographie : Roularta Media Group

Cette perspective low cost inquiète les quelque 120 journalistes des deux titres, a fortiori en raison de leur situation financière. L'Express a perdu 4,38% de sa diffusion en 2013-2014 (DSH OJD : 411 726 exemplaires). L'Expansion est lui en recul de 3,6% (DSH OJD 2013-2014 : 131 427 exemplaires). Les deux titres du pôle "News", qui ont vu conjointement leurs recettes publicitaires baisser, sont déficitaires. Leur remise sur les rails passerait inévitablement par des coupes dans les effectifs, encore confortables, à L'Express. L'Expansion a lui été restructuré en mars 2012 et ses troupes ont fondu, pour ne plus comprendre qu'une vingtaine de rédacteurs.

Le duo Drahi-Laufer devrait être en revanche plus serein concernant les magazines du pôle "Culture" (Classica, Lire, Studio) et le mensuel patrimonial Mieux vivre. Il est contraint de les reprendre avec L'Express, pour des questions de consolidation d'audience sur lexpress.fr. Sauf s'il décide de s'en séparer à moyen terme, intention qui est régulièrement prêté au duo en interne, la situation est nettement plus calme de ce côté-là.

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This