Accueil | Actualités | Médias | Les Français face à l’information, baromètre numérique
Pub­lié le 12 décembre 2019 | Éti­quettes :

Les Français face à l’information, baromètre numérique

Nous vous avons déjà parlé de l’Arcep, l’autorité de régulation des télécommunications. Cette dernière a publié au printemps 2019 un rapport sur les moyens d’information utilisés en France, la 19e édition du baromètre numérique dont la visite guidée apporte des précisions intéressantes. Quelques extraits en six points.

1. Il ne faut pas enterrer la télévision

Les jeunes ne regardent plus la télévision ? Que nenni ! Ils sont plus de 60% à la consulter, mais pas sur un téléviseur comme grand papa et grand maman, sur leur téléphone et parfois sur leur tablette. Et pour les personnes âgées (et pour les non diplômés), la télévision est de très loin le premier fournisseur d’informations. Les séries télévisées via la vidéo à la demande (voir le point 6) redonnent un coup de fouet à la bonne vieille télévision.

2. L’usage du téléphone intelligent ne dépend pas du revenu

Le smartphone s’est démocratisé et les téléphones y compris les plus chers sont devenus un cadeau classique (d’anniversaire, de Noël, de départ en retraite etc...). Ce sont les plus jeunes et les plus diplômés qui privilégient le téléphone. Par contre l’usage d’un ordinateur personnel est réservé globalement aux plus aisés. Pour les plus jeunes, le smartphone (plus rapide, avec un écran plus grand) remplace l’ordinateur.

3. La France déconnectée est la France péri-urbaine de Guilly

Environ 15% des français sont déconnectés ou quasi. Les services publics (impôts, URSSAF, services de santé etc) sont de plus en plus accessibles uniquement en ligne et l’usage professionnel du numérique (bien plus qu’une bonne orthographe) est une quasi obligation pour trouver un emploi. La France de Christophe Guilly est aussi celle qui souffre de difficultés d’accès au réseau.

4. Les enceintes connectées ne font pas de percée

Moins d’un Français sur 10 s’y intéresse contre 25% aux États-Unis, peut-être les Français n’ont-ils pas envie d’être écoutés par les grandes oreilles.

5. Tout le monde utilise la messagerie

Surtout les plus jeunes avec les conséquences inévitables : dépendances, zapping, difficultés à se concentrer, compétition avec le temps scolaire ou péri-scolaire comme l’a montré le professeur Michel Desmurget dans son ouvrage La Fabrique du crétin.

Mais l’usage de la messagerie mobile devient trans-générationnel, plus de 60% de la population avec une utilisation plus importante pour les plus hauts revenus.

6. Un tiers des Français utilisent la vidéo à la demande mais sont réticents à payer l’information

La diffusion des séries à succès (surtout anglo-saxonnes), Game of thrones, Crown, La Casa de papel, Downtown abbey, le Bureau des légendes etc... se généralise avec des offres devenues pléthoriques : Netflix, Amazon, Canal, bientôt Disney et le français Salto. Ces offres sont payantes et les français font un choix budgétaire en faveur du divertissement alors qu’ils sont réticents à payer pour de l’information. Un signe inquiétant pour une information de qualité.

 

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This