Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Les Français face à l’information, baromètre numérique

12 décembre 2019

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Les Français face à l’information, baromètre numérique

Les Français face à l’information, baromètre numérique

Nous vous avons déjà parlé de l’Arcep, l’autorité de régulation des télécommunications. Cette dernière a publié au printemps 2019 un rapport sur les moyens d’information utilisés en France, la 19e édition du baromètre numérique dont la visite guidée apporte des précisions intéressantes. Quelques extraits en six points.

1. Il ne faut pas enterrer la télévision

Les jeunes ne regar­dent plus la télévi­sion ? Que nen­ni ! Ils sont plus de 60% à la con­sul­ter, mais pas sur un téléviseur comme grand papa et grand maman, sur leur télé­phone et par­fois sur leur tablette. Et pour les per­son­nes âgées (et pour les non diplômés), la télévi­sion est de très loin le pre­mier four­nisseur d’informations. Les séries télévisées via la vidéo à la demande (voir le point 6) redonnent un coup de fou­et à la bonne vieille télévi­sion.

2. L’usage du téléphone intelligent ne dépend pas du revenu

Le smart­phone s’est démoc­ra­tisé et les télé­phones y com­pris les plus chers sont devenus un cadeau clas­sique (d’anniversaire, de Noël, de départ en retraite etc…). Ce sont les plus jeunes et les plus diplômés qui priv­ilégient le télé­phone. Par con­tre l’usage d’un ordi­na­teur per­son­nel est réservé glob­ale­ment aux plus aisés. Pour les plus jeunes, le smart­phone (plus rapi­de, avec un écran plus grand) rem­place l’ordinateur.

3. La France déconnectée est la France péri-urbaine de Guilly

Env­i­ron 15% des français sont décon­nec­tés ou qua­si. Les ser­vices publics (impôts, URSSAF, ser­vices de san­té etc) sont de plus en plus acces­si­bles unique­ment en ligne et l’usage pro­fes­sion­nel du numérique (bien plus qu’une bonne orthographe) est une qua­si oblig­a­tion pour trou­ver un emploi. La France de Christophe Guil­ly est aus­si celle qui souf­fre de dif­fi­cultés d’accès au réseau.

4. Les enceintes connectées ne font pas de percée

Moins d’un Français sur 10 s’y intéresse con­tre 25% aux États-Unis, peut-être les Français n’ont-ils pas envie d’être écoutés par les grandes oreilles.

5. Tout le monde utilise la messagerie

Surtout les plus jeunes avec les con­séquences inévita­bles : dépen­dances, zap­ping, dif­fi­cultés à se con­cen­tr­er, com­péti­tion avec le temps sco­laire ou péri-sco­laire comme l’a mon­tré le pro­fesseur Michel Desmur­get dans son ouvrage La Fab­rique du crétin.

Mais l’usage de la mes­sagerie mobile devient trans-généra­tionnel, plus de 60% de la pop­u­la­tion avec une util­i­sa­tion plus impor­tante pour les plus hauts revenus.

6. Un tiers des Français utilisent la vidéo à la demande mais sont réticents à payer l’information

La dif­fu­sion des séries à suc­cès (surtout anglo-sax­onnes), Game of thrones, Crown, La Casa de papel, Down­town abbey, le Bureau des légen­des etc… se généralise avec des offres dev­enues pléthoriques : Net­flix, Ama­zon, Canal, bien­tôt Dis­ney et le français Salto. Ces offres sont payantes et les français font un choix budgé­taire en faveur du diver­tisse­ment alors qu’ils sont réti­cents à pay­er pour de l’information. Un signe inquié­tant pour une infor­ma­tion de qual­ité.

 

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Rudy Reichstadt

PORTRAIT — Omniprésent dans les médias, l’ambitieux Reich­stadt sait se ren­dre indis­pens­able, fort de l’expertise qu’il s’auto-attribue. Au même titre que celle des Décodeurs du Monde, dont il est le pen­dant, sa parole est d’or (c’est du plaqué) dès lors qu’il s’agit de sépar­er le bon grain de l’ivraie et d’éduquer les généra­tions futures…

Alexandre Adler

PORTRAIT — Véri­ta­ble caméléon poli­tique, Alexan­dre Adler a été tour à tour com­mu­niste, social­iste puis néo-con­ser­va­teur, favor­able à la guerre en Afghanistan et en Irak, par­ti­san du oui au référen­dum sur la con­sti­tu­tion européenne et sou­tien de Nico­las Sarkozy en 2007.

Lucie Soullier

PORTRAIT — C’est la jour­nal­iste « spé­cial­iste de l’extrême droite » qui monte au Monde. Comme ses com­pères Tris­tan Berteloot (Libé), Ivanne Trip­pen­bach (L’Opinion) ou Camille Vigogne (L’Express), Lucie Soul­li­er ne sem­ble pas avoir de l’appétence pour son sujet, mais au con­traire, un dégoût qui peut con­fin­er à la haine.

Laure Adler

De sa thèse d’histoire sur le fémin­isme aux nom­breuses biogra­phies qu’elle a con­sacrées, tout au long de sa car­rière, à des grandes fig­ures féminines, Lau­re Adler n’aura cessé d’être fascinée par les glo­rieux des­tins de femmes et, à sa manière, en aura incar­né un.

Stéphane Kenech

PORTRAIT — Stéphane Kenech, ou l’histoire d’un jour­nal­iste d’images rêvant de s’ac­com­plir dans le reportage de guerre et d’in­ves­ti­ga­tion. Dans cette voca­tion en devenir, il se pas­sionne pour la Syrie au tra­vers de deux caus­es : le retour des dji­hadistes en France et la lutte con­tre le régime syrien. Par­fois au risque d’y oubli­er la déon­tolo­gie et de met­tre en dan­ger ceux qui lui font con­fi­ance.