Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Enceintes connectées, attention aux grandes oreilles !

12 novembre 2019

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Enceintes connectées, attention aux grandes oreilles !

Enceintes connectées, attention aux grandes oreilles !

Pourquoi un article sur les enceintes sur un site dédié au journalisme ? Tout simplement parce que la technique qui nous envahit ne représente pas seulement un saut quantitatif (plus d’informations, plus rapidement) mais aussi qualitatif : imprégnation, sidération, collection de données ensuite centralisées, exploitation de ces éléments. Les nouvelles enceintes sont un pas de plus des GAFA pour envahir – et contrôler – notre quotidien.

AGA pas gaga

Non, ils ne sont pas gâteux les trois AGA, Apple, Google et Ama­zon qui présen­tent les trois enceintes disponibles sur le marché. Vos choix musi­caux, vos achats, vos itinéraires, vos deman­des d’information sont stock­és, analysés puis util­isés pour affin­er votre pro­fil socio-éco­nom­i­co-cul­turel afin de pou­voir vous envoy­er des pub­lic­ités ciblées. Des don­nées qui valent des mil­liards de dol­lars, et que vous allez fournir gra­tu­ite­ment tout en ayant payé votre obole pour dis­pos­er de votre bien-aimée enceinte.

Encore plus char­mant, les employés des trois sociétés sont sus­cep­ti­bles de vous écouter. Pour la bonne cause bien enten­du : mesures sta­tis­tiques, qual­ité de la recon­nais­sance vocale, iden­ti­fi­ca­tion des erreurs etc. Tou­jours plus déli­cieux, l’enregistrement peut se déclencher par erreur et vous risquez de don­ner votre numéro de carte ban­caire, vos mots de passe ou le nom de votre maîtresse ou de votre amant aux petites oreilles qui traînent.

Petites et grandes oreilles

Les petites oreilles sont celles des employés et les risques qu’ils abusent de leur posi­tion, même s’ils ne sont pas nuls, sont rel­a­tive­ment lim­ités. Il n’en est pas de même des grandes oreilles de la NSA et de la CIA. Depuis les révéla­tions d’Edward Snow­den (ex employé de la NSA) en 2013, nous savons que via le pro­gramme PRISM les sociétés suiv­antes se sont engagées à partager leurs don­nées avec la Nation­al Secu­ri­ty Agency (NSA), qui à son tour les partage avec la Cen­tral Intel­li­gence Agency (CIA) : Apple, Microsoft, Google, Face­book, Ama­zon, Yahoo, Youtube, Ver­i­zon, liste non limitative.

Alors atten­tion quand vous pronon­cerez les mots mag­iques, Alexa, Siri ou OK Google, vous risquez de n’être plus tout à fait seul. Si vous aimez la com­pag­nie c’est par­fait, sinon…

Publicité

Derniers portraits ajoutés

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coronavirus.

Bernard de la Villardière

PORTRAIT — Bernard de la Vil­lardière, né Bernard Berg­er de la Vil­lardière, est un jour­nal­iste et ani­ma­teur de télévi­sion et de radio français. Né en mars 1958 au Rheu, dans le départe­ment d’Ille-et-Vilaine en Bre­tagne, il a trois frères et est désor­mais père de qua­tre enfants.

Alexis Orsini

PORTRAIT — Alex­is Orsi­ni traque les dés­in­for­ma­teurs tous azimuts pour 20 Min­utes. Il se dis­tingue régulière­ment par son manque de scrupules dans la véri­fi­ca­tion des faits et sa célérité à point­er du doigt l’extrême-droite, comme nom­bre de ses confrères

Ruth Elkrief

PORTRAIT — Par­ti­sane d’une droite libérale lib­er­taire et mod­érée, Ruth Elkrief a tou­jours affiché une détes­ta­tion du Front nation­al. Elle défend vigoureuse­ment les droits de l’homme en France, et ceux du sion­isme en Israël.

Franz-Olivier Giesbert

PORTRAIT — Celui qui a quit­té début 2014 la direc­tion du Point a passé sa vie dans une ambiguïté toute assumée avec philoso­phie, jonglant entre la droite et la gauche, entre la cam­pagne et la ville, entre les chèvres et le Siè­cle, entre l’indépendance et la con­nivence. FOG, c’est la schiz­o­phrénie réfléchie.