Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Déconfiture de Presstalis, les éditeurs indépendants de la SAEP se rebiffent !

26 avril 2020

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Déconfiture de Presstalis, les éditeurs indépendants de la SAEP se rebiffent !

Déconfiture de Presstalis, les éditeurs indépendants de la SAEP se rebiffent !

Alors que Presstalis est en cessation de paiement, la conciliatrice proposerait aux éditeurs de magazine de transférer les possibles indemnités versées par l’État à un « Presstalis » bis dont ils ne pourraient sortir pendant six ans… à la fureur de ces éditeurs. Nous reproduisons le communiqué de leur association, le Syndicat de l’Association des Éditeurs de Presse (SAEP).

Le SAEP saisit l’Autorité de la Concurrence : les éditeurs indépendants refusent de couler avec Presstalis

Le SAEP a saisi, ce jour, l’Autorité de la Con­cur­rence afin de faire con­stater que les modal­ités du plan de restruc­tura­tion envis­agé par la con­cil­i­atrice de la mes­sagerie, Maître Hélène Bour­bouloux, sont con­traires aux règles de la con­cur­rence et la lib­erté du com­merce.

En effet, Maître Bour­bouloux fait des propo­si­tions abu­sives aux édi­teurs pris au piège du dépôt de bilan de Presstal­is :

  1. Maître Bour­bouloux demande d’abord aux édi­teurs de s’asseoir défini­tive­ment sur l’argent que leur doit Presstal­is alors même que l’État, par la voix du Min­istre de la Cul­ture, s’est engagé à dédom­mager inté­grale­ment et sans con­di­tion les dif­fuseurs de presse.
    Rap­pelons qu’une telle dis­crim­i­na­tion entre les créanciers chi­rographaires, d’une société en ces­sa­tion de paiement, est illé­gale et qu’il est de principe que tous les créanciers placés au même rang doivent être indem­nisés de manière égal­i­taire.
    Ain­si si l’État indem­nise les dif­fuseurs sans con­trepar­tie, il n’a pas d’autre choix que d’indemniser les édi­teurs selon les mêmes modal­ités.
  2. Maître Bour­bouloux exige ensuite que les édi­teurs de Presstal­is s’engagent à con­fi­er leurs pub­li­ca­tions à un « nou­veau Presstal­is » pen­dant six ans.

Vous avez aimé le chaos de ces six derniers mois ? Vous allez ador­er le chaos des six prochaines années.
Ce gel des trans­ferts sur six ans est bien enten­du illicite dans la mesure où la réforme de la loi de la dis­tri­b­u­tion de la presse a prévu qu’un tel gel ne pou­vait excéder six mois renou­ve­lables.

Con­damn­er les édi­teurs de Presstal­is à un gel des trans­ferts de six années est un détourne­ment de la procé­dure de l’ARCEP et un abus de pou­voir.

Pour couron­ner le tout, Maître Bour­bouloux ne dis­pose d’aucun pou­voir de négo­ci­a­tion car la con­cil­i­atrice va se trou­ver immé­di­ate­ment des­saisie de l’affaire Presstal­is à l’instant où le Tri­bunal de Com­merce de Paris va pronon­cer la mise en redresse­ment judi­ci­aire de la mes­sagerie.

Abu­sant d’une posi­tion qu’elle exerce sans droit, Maître Bour­bouloux pro­pose aux édi­teurs de Presstal­is de les rem­bours­er de la créance qu’ils per­dent dans la décon­fi­ture de la mes­sagerie, en con­traig­nant ces mêmes édi­teurs, en con­trepar­tie du rem­bourse­ment de l’argent qui leur est dû par Presstal­is, à redonner immé­di­ate­ment ce même argent à un « nou­veau Presstal­is » tout en exigeant que les édi­teurs en ques­tion s’engagent à rester chez ce « nou­veau Presstal­is » pen­dant six ans.

Maître Bour­bouloux sem­ble ain­si maîtris­er par­faite­ment l’art du bon­neteau.

 Car quel est bel et bien l’objectif de cette arnaque ?

Que les édi­teurs de mag­a­zines paient et paient encore pour que les édi­teurs de quo­ti­di­ens se gavent sur le « nou­veau Presstal­is » pen­dant les deux ou trois années qui leur sont néces­saires pour aban­don­ner défini­tive­ment la dif­fu­sion au numéro de leurs pub­li­ca­tions.

 En clair, Maître Bour­bouloux emprunte leur Rolex aux édi­teurs de mag­a­zines pour leur don­ner l’heure et leur ren­dra dans six ans quand les édi­teurs de quo­ti­di­ens auront saigné le « nou­veau Presstal­is » et se seront réfugiés der­rière le con­fort des pay­walls de leurs sites Inter­net.

Les édi­teurs de mag­a­zines, en bonne mules bien dociles, paieront alors pour une nou­velle liq­ui­da­tion d’une insti­tu­tion dev­enue inutile aux heureux pro­prié­taires des quo­ti­di­ens.

Face à cette manœu­vre, le SAEP a saisi l’autorité de la con­cur­rence afin que les édi­teurs de mag­a­zines soient resti­tués dans leurs droits et soient libres de choisir les parte­naires de dis­tri­b­u­tion qu’ils jugeront com­pé­tents et solv­ables pour main­tenant et pour l’avenir.

Par ailleurs, le SAEP exige que l’État assume ses respon­s­abil­ités et rem­bourse les édi­teurs de la total­ité des créances qui leur sont dues par Presstal­is.

 En effet, l’État et l’État seul est respon­s­able de la sit­u­a­tion actuelle.

 En Mars 2018, c’est l’État, à tra­vers le CIRI, qui a organ­isé un plan de redresse­ment abra­cadabran­tesque de Presstal­is qui n’avait, de l’avis de tous, aucune chance de se rétablir. Il suf­fit de lire le rap­port Rameix pour com­pren­dre que le main­tien arti­fi­ciel de Presstal­is in bonis n’avait pour but que de fournir le délai néces­saire aux groupes Lagardère et Berlus­coni pour se débar­rass­er, en urgence et à vil prix, de leurs activ­ités de presse en France.

Dès ces opéra­tions réal­isées, l’ARCEP est entrée en scène en organ­isant le gel des trans­ferts, prenant au piège les édi­teurs qui avaient com­pris que le redresse­ment judi­ci­aire était inéluctable.

L’État est donc pleine­ment respon­s­able des pertes que vont subir les édi­teurs.

L’État doit assumer et l’État doit pay­er l’argent dû aux édi­teurs sans con­di­tion tout comme il s’est engagé à pay­er l’argent dû aux dif­fuseurs sans con­di­tion.

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Abel Mestre

PORTRAIT — Faut-il class­er Abel Mestre dans la caté­gorie jour­nal­iste ? Abel Mestre con­stitue à lui seul un fourre-tout de l’extrême extrême-gauche, allant du stal­in­isme à l’anarchisme en pas­sant par le trot­skisme expéri­men­tal et l’action de rue.

Sophia Aram

PORTRAIT — Issue d’une famille d’o­rig­ine maro­caine, Sophia Aram est née à Ris-Orangis (Essonne) le 29 juin 1973. Sophia Aram s’ini­tie à l’art de l’im­pro­vi­sa­tion dans les étab­lisse­ments sco­laires de Trappes puis au sein de la com­pag­nie « Déclic Théâtre », où elle côtoie Jamel Deb­bouze.

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision