Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Les Baylet ne manquent pas d’air

29 février 2016

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Les Baylet ne manquent pas d’air

Les Baylet ne manquent pas d’air

La nomination de Marie-France Baylet à la présidence de La Dépêche du midi est un exemple frappant du mélange des genres entre médias et politique

Le groupe toulou­sain, présidé depuis lun­di 15 févri­er par Marie-France Marc­hand-Baylet, a finale­ment con­fir­mé l’in­for­ma­tion dans un entre­filet paru le 21 févri­er dans le quo­ti­di­en La Dépêche du midi. Et pour cause, la famille Baylet, pro­prié­taire de 100% de La Dépêche, est plutôt gênée aux entour­nures avec cette pro­mo­tion digne d’une pièce de théâtre de boule­vards. Reprenons le cours des événements.

Lors du dernier replâ­trage gou­verne­men­tal, Jean-Michel Baylet, patron de La Dépêche du midi, est nom­mé le 11 févri­er min­istre de l’amé­nage­ment du ter­ri­toire, au titre du Par­ti Rad­i­cal de Gauche (PRG) qu’il cor­naque. Au pas­sage il reprend le maro­quin de Sylvie Pinel, qui serait à la ville sa com­pagne, selon plusieurs sources con­cor­dante. Baylet sait par ailleurs depuis longtemps qu’il ne peut cumuler le poste de patron de presse et de min­istre. Lui qui s’est tou­jours rêvé un des­tin nation­al, il a évidem­ment prévu ses arrières. Jean-Michel passera les clés du groupe à sa femme, Marie-France, dont il est séparé depuis une quin­zaine d’an­née, mais pour­tant non divor­cé. Cette dernière, elle-même l’amie offi­cielle de l’an­cien min­istre des affaires étrangères Lau­rent Fabius, présidait jusqu’à présent la Fon­da­tion La Dépêche. Une fonc­tion plus ou moins hon­ori­fique, en tout cas éloignée de la con­duite d’un groupe de presse régionale. Plus opéra­tionnelle était en revanche le pilotage du comité financier de La Dépêche du Midi qu’as­sur­ait aus­si Marie-France Baylet. Au-delà des com­pé­tences de cette ex chef de pub­lic­ité pour diriger un empire qui pèse désor­mais, avec Les Jour­naux du Midi, plus de 300 mil­lions d’eu­ros de chiffre d’af­faires annuel, se pose la ques­tion des raisons réelles de cette mon­tée en flèche.

Après le vaude­ville ver­sion Fey­deau, les motifs fis­caux remon­tent à la sur­face. Jean-Michel et Marie France, tou­jours offi­cielle­ment mari et femme, con­tin­u­ent à ne for­mer qu’un seul foy­er fis­cal. Selon plusieurs sources, le statu quo ain­si main­tenu per­me­t­trait au “cou­ple” d’être exonéré de l’im­pôt sur la for­tune con­cer­nant l’outil de tra­vail, en l’oc­cur­rence le groupe La Dépêche. La for­tune des Baylet, elle, va pour le mieux. Jean Nico­las, directeur général de La Dépêche, et l’un des deux fils du “cou­ple”, n’en a pour­tant pas abusé. Lors de son remariage avec Nicole Fito­lite le 29 août 2015, il s’est fait offrir par ses proches un mod­este voy­age de noce à Tahi­ti d’une valeur de 6000 euros. Avant d’en exhiber les pho­tos sur le site Millemercismariage.com.

Publicité

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Derniers portraits ajoutés

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coronavirus.

Bernard de la Villardière

PORTRAIT — Bernard de la Vil­lardière, né Bernard Berg­er de la Vil­lardière, est un jour­nal­iste et ani­ma­teur de télévi­sion et de radio français. Né en mars 1958 au Rheu, dans le départe­ment d’Ille-et-Vilaine en Bre­tagne, il a trois frères et est désor­mais père de qua­tre enfants.

Alexis Orsini

PORTRAIT — Alex­is Orsi­ni traque les dés­in­for­ma­teurs tous azimuts pour 20 Min­utes. Il se dis­tingue régulière­ment par son manque de scrupules dans la véri­fi­ca­tion des faits et sa célérité à point­er du doigt l’extrême-droite, comme nom­bre de ses confrères

Ruth Elkrief

PORTRAIT — Par­ti­sane d’une droite libérale lib­er­taire et mod­érée, Ruth Elkrief a tou­jours affiché une détes­ta­tion du Front nation­al. Elle défend vigoureuse­ment les droits de l’homme en France, et ceux du sion­isme en Israël.

Franz-Olivier Giesbert

PORTRAIT — Celui qui a quit­té début 2014 la direc­tion du Point a passé sa vie dans une ambiguïté toute assumée avec philoso­phie, jonglant entre la droite et la gauche, entre la cam­pagne et la ville, entre les chèvres et le Siè­cle, entre l’indépendance et la con­nivence. FOG, c’est la schiz­o­phrénie réfléchie.