Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Jean-Michel Baylet, nouvelles fonctions, nouvelles subventions

4 octobre 2018

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Jean-Michel Baylet, nouvelles fonctions, nouvelles subventions

Jean-Michel Baylet, nouvelles fonctions, nouvelles subventions

Ex-sénateur, ex ministre, ex Président du parti radical de gauche, une gauche rose pâle souvent présentée comme cassoulet mâtinée franc mac, Jean-Michel Baylet règne sur un empire médiatique dans sa région et ne cesse d’accumuler les présidences, sans jamais oublier son intérêt.

Présidences, et un, et deux, et trois

Après quinze mois passés au gou­verne­ment de Manuel Valls (amé­nage­ment du ter­ri­toire), Baylet avait été réélu comme PDG du groupe La Dépêche du Midi en juil­let 2017, un poste qu’il occu­pait depuis 1995 mais lais­sé à son ex femme Marie-France Marc­hand Baylet le temps passé à son min­istère. Après le rachat du groupe Midi en 2015 il est la fig­ure dom­i­nante dans les médias du grand sud-ouest avec cinq quo­ti­di­ens et une dizaine d’hebdomadaires.

Ce n’était pas suff­isant et le tou­jours fringant Jean-Michel était élu comme prési­dent de l’Union de la presse en région (UPREG) le 16 jan­vi­er 2018. L’UPREG résulte de l’union de deux organ­i­sa­tions syn­di­cales le Syn­di­cat de la presse quo­ti­di­enne régionale (SPQR) et le Syn­di­cat de la presse quo­ti­di­enne départe­men­tale (SPQD) et représente depuis avril 2014 les intérêts de 64 quo­ti­di­ens en région.

Plus haut, plus fort, Jean-Michel cumule depuis sep­tem­bre 2018 avec la prési­dence de la toute nou­velle Alliance de la presse d’information générale (APIG). L’alliance regroupe les syn­di­cats de la presse quo­ti­di­enne nationale, de la presse quo­ti­di­enne régionale et de la presse heb­do­madaire régionale, ces dif­férentes instances sub­sis­tant cha­cune de leur côté. Par­mi les mem­bres du bureau et les admin­is­tra­teurs se retrou­ve l’essentiel des noms qui comptent dans les médias dom­i­nants et large­ment sub­ven­tion­nés.

Et une jolie subvention au passage pour l’imprimerie maison

Plus haut, plus fort, plus cher aus­si, enten­du au sens des chers intérêts bien com­pris. Les imprimeries de labeur – celles qui impri­ment la presse — sont glob­ale­ment en sur­ca­pac­ité. Aus­si le Fonds stratégique pour le développe­ment de la presse (FSDP, rat­taché au Min­istère de la Cul­ture) ne finance-t-il plus d’imprimerie en zone de sur­ca­pac­ité (source Let­tre A du 1er octo­bre 2018). Sur­prise, sur­prise, l’ami Jean-Mi va recevoir 3,4 M€ de sub­ven­tions publiques pour faire pass­er une rota­tive de son groupe de l’offset au numérique. Cette somme représente plus de la moitié du coût total et presque 40% des sommes disponibles sur le FSDP en 2018 (hors sauve­tage de Presstal­is).

Ce bien joli cadeau a été fait mal­gré un avis négatif de la Direc­tion générale des médias et des indus­tries cul­turelles (DGMIC) du min­istère de la cul­ture. On par­le de pres­sions de Bercy (d’habitude les pres­sions du Tré­sor vont dans le sens de l’économie et non pas celui de la dépense) et qui sait même venues de beau­coup plus haut. Les élec­tions européennes sont presque demain, les munic­i­pales sont dans deux ans, Jean-Michel a de l’entregent et quand on aime ses amis on ne compte pas.
Crédit pho­to : Par­ti Social­iste via Flickr (cc)

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Procès Ramzi Khiroun contre Ojim/Claude Chollet : première audience le 7 octobre 2020

L’Observatoire du journalisme (OJIM), créé en 2012 par Claude Chollet et quelques amis, rentre dans sa neuvième année d’existence. En 230 portraits publiés, 30 infographies et plus de 4500 articles nous n’avions eu — jusqu’à présent — aucune plainte en justice. À la suite d’un article de 2018 où nous parlions du groupe Lagardère et de manière incidente sur deux lignes du porte-parole du groupe, Monsieur Ramzi Khiroun, ce dernier a porté plainte pour « injures publiques ». La première audience est fixée au 7 octobre 2020 à 13h30. Lire la suite

 

Derniers portraits ajoutés

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux soci­aux.

Rudy Reichstadt

PORTRAIT — Omniprésent dans les médias, l’ambitieux Reich­stadt sait se ren­dre indis­pens­able, fort de l’expertise qu’il s’auto-attribue. Au même titre que celle des Décodeurs du Monde, dont il est le pen­dant, sa parole est d’or (c’est du plaqué) dès lors qu’il s’agit de sépar­er le bon grain de l’ivraie et d’éduquer les généra­tions futures…

Alexandre Adler

PORTRAIT — Véri­ta­ble caméléon poli­tique, Alexan­dre Adler a été tour à tour com­mu­niste, social­iste puis néo-con­ser­va­teur, favor­able à la guerre en Afghanistan et en Irak, par­ti­san du oui au référen­dum sur la con­sti­tu­tion européenne et sou­tien de Nico­las Sarkozy en 2007.

Lucie Soullier

PORTRAIT — C’est la jour­nal­iste « spé­cial­iste de l’extrême droite » qui monte au Monde. Comme ses com­pères Tris­tan Berteloot (Libé), Ivanne Trip­pen­bach (L’Opinion) ou Camille Vigogne (L’Express), Lucie Soul­li­er ne sem­ble pas avoir de l’appétence pour son sujet, mais au con­traire, un dégoût qui peut con­fin­er à la haine.

Laure Adler

De sa thèse d’histoire sur le fémin­isme aux nom­breuses biogra­phies qu’elle a con­sacrées, tout au long de sa car­rière, à des grandes fig­ures féminines, Lau­re Adler n’aura cessé d’être fascinée par les glo­rieux des­tins de femmes et, à sa manière, en aura incar­né un.