Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Midi Libre : les ventes plongent, le journal en danger selon le SNJ

15 décembre 2017

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | not_global | Midi Libre : les ventes plongent, le journal en danger selon le SNJ

Midi Libre : les ventes plongent, le journal en danger selon le SNJ

Prendre systématiquement parti contre le maire de Béziers Robert Ménard ne suffit pas nécessairement à renflouer un journal. C’est du moins ce qui arrive au Midi Libre, qui dépend depuis 2015 du groupe La Dépêche du Midi. Ce dernier groupe est présidé par Jean-Michel Baylet, ancien président du Parti Radical de Gauche. Depuis 2015 Le Midi Libre porte donc bien mal son nom, et surtout à un nombre de moins en moins grand de lecteurs, selon une analyse de la section SNJ du journal.

Déjà en 2015, alors que Le Midi Libre sor­tait d’un plan social, le rachat par le groupe la Dépêche met­tait sur la sel­l­ette 191 nou­veaux postes, soit 20% de la masse salar­i­ale. En sep­tem­bre 2016 le SNJ fait état d’un pro­jet de trans­for­ma­tion du quo­ti­di­en Cen­tre Presse (Avey­ron) en agence de Midi Libre. La mutu­al­i­sa­tion des postes entre La Dépêche et Cen­tre Presse a con­duit à la sup­pres­sion de 8 CDI de jour­nal­istes et à la fer­me­ture de plusieurs rédac­tions, d’abord à Ville­franche de Rouer­gue, tan­dis que d’autres fer­me­tures sont prévues à Decazeville, Cap­denac et Espalion, dénonce le SNJ début 2017. Les diminu­tions des ventes ont motivé ces regroupe­ments : les ventes ont con­tin­ué à s’éroder après les sup­pres­sions de postes et de rédac­tions. Par­al­lèle­ment les salariés de l’Indépendant – ceux qui restent du moins, 40 sont par­tis sur 150 depuis 2015 – entrent en fronde, dénonçant pêle-mêle en juin la baisse de la pag­i­na­tion, l’accroissement de la charge du tra­vail, la sup­pres­sion de ser­vices, etc.

Une assem­blée générale de la rédac­tion a eu lieu le 23 novem­bre au siège du Midi Libre à Saint-Jean de Védas. Y étaient présents ou représen­tés 60 jour­nal­istes sur les 170 que compte le titre. « Jamais notre titre a con­nu une telle crise », s’est insurgé le SNJ qui dénonce des « réor­gan­i­sa­tions et des sup­pres­sions de postes aux dépens de la qual­ité édi­to­ri­ale », puisque 10% des postes pour­ront encore être sup­primés à court terme, dont 12 CDD à des postes « struc­turels » dès début 2018.

Pis : les rédac­tions de Mende et de Mil­lau devraient être mutu­al­isées pour sup­primer un poste de rédac­teur tan­dis qu’un cli­mat de grande ten­sion règne à celle de Mont­pel­li­er où deux jour­nal­istes devraient être déplacés con­tre leur volon­té. Par ailleurs, suite à des sig­nale­ments de salariés, l’Inspection du Tra­vail est descen­due dans les rédac­tions de Nîmes, Mont­pel­li­er et Saint-Jean de Védas, au siège, où elle a imposé une feuille quo­ti­di­enne de présence avec le nom­bre légal d’heures à respecter pour chaque salarié et la tenue exacte des dépasse­ments horaires.

Pour le SNJ ce n’est pas le plus grand dan­ger : « la dif­fu­sion payante du titre s’effondre. Moins 8,4% en semaine ‑dif­fu­sion print- pour le seul mois d’octobre ! ». En mars 2008, relève le syn­di­cat, la dif­fu­sion sur sept jours était de 153 000 exem­plaires. Elle s’est effon­drée d’un tiers moins de dix ans après, puisqu’elle est désor­mais de 101 468 sur le papi­er et le web à la fin du mois de sep­tem­bre.

Et la direc­tion sem­ble avoir aban­don­né la cause, assène le SNJ : « Rien n’est fait pour redress­er les ventes : pour la direc­tion, la sup­pres­sion des postes est l’unique solu­tion », il n’y a ni réflex­ion sur la ligne édi­to­ri­ale, ni sur l’avenir numérique. Selon le syn­di­cat, sup­pres­sions de postes et restruc­tura­tions plombent la qual­ité édi­to­ri­ale et les lecteurs se détour­nent de plus en plus d’un jour­nal dont la qual­ité s’effondre.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.

Patrick Drahi

PORTRAIT — À la tête d’un empire économique colos­sal, Patrick Drahi a com­mencé à s’intéresser aux médias à par­tir des années 2000, rachetant Libéra­tion, L’Express, L’Expansion, Stu­dio Ciné Live, Lire, Mieux vivre votre argent, Clas­si­ca, etc., avant de lorgn­er vers le groupe Nex­tRa­dioTV.

Ivanne Trippenbach

PORTRAIT — Ivanne Trip­pen­bach est une jour­nal­iste de L’Opinion qui a fait de “l’extrême-droite” son cheval de bataille, a grand coups de dénon­ci­a­tions choc. Pour dia­bolis­er son adver­saire idéologique, la jour­nal­iste n’est pas à un détail près.

Paul Amar

PORTRAIT — Paul Amar est né le 11 jan­vi­er 1950 à Con­stan­tine (Algérie) de Charles (agent de la SNCF) et Julie Ghenas­sia. La famille sera rap­a­triée en 1961 et s’installera dans la région lyon­naise.