Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Accueil | Veille médias | Coût du plan de sauvetage de Presstalis
Coût du plan de sauvetage de Presstalis

18 février 2020

Temps de lecture : 2 minutes

Accueil | Veille médias | Coût du plan de sauvetage de Presstalis

Coût du plan de sauvetage de Presstalis

Coût du plan de sauvetage de Presstalis

Le distributeur Presstalis est à l’agonie comme vous avez pu le lire ici et , le plan présenté par le président démissionnaire ne sera pas appliqué, mais quelque soit le prochain plan retenu, il coûtera cher, très cher…

Un plan drastique et refusé

On ne saurait imput­er au prési­dent démis­sion­naire les erre­ments des vingt dernières années et plus. Dominique Bernard avait présen­té au con­seil d’administration un pro­gramme d’amaigrissement indis­pens­able (source Let­tre A du 11/02/2020) mais par­ti­c­ulière­ment ample : la société serait passée de plus de 900 salariés à moins de 200 équiv­a­lents temps plein. Seraient par­tis plus de la moitié des effec­tifs au siège et au bas­tion de la CGT à Bobigny (dis­tri­b­u­tion des quo­ti­di­ens), et la total­ité des effec­tifs dans les cen­tres régionaux. Le tout pour un coût, suiv­ant les con­ven­tions col­lec­tives extrême­ment favor­ables dans le secteur, proche de 90M€. Coût sans doute sup­porté au moins par­tielle­ment par les AGS, autrement dit par vos impôts.

Une victoire pour les quotidiens ?

Dominique Bernard était con­sid­éré comme proche des mag­a­zines qui reprochent (à juste titre) aux quo­ti­di­ens de les con­sid­ér­er comme des vach­es à lait. Son départ ne devrait pas déplaire à Louis Drey­fus, prési­dent du direc­toire du groupe Le Monde mais aus­si prési­dent de la Coopéra­tive de Dis­tri­b­u­tion des Quo­ti­di­ens (CDQ). Par défaut, il devient l’homme fort de la mes­sagerie ; on lui prête l’intention de faire vot­er par voie lég­isla­tive ou régle­men­taire une inter­dic­tion de trans­fert des titres de Presstal­is vers la société coopéra­tive MLP pour une durée de deux ans. Les mag­a­zines seraient ain­si con­damnés au goulag de Presstal­is, au prof­it des quo­ti­di­ens suiv­ant une pra­tique anci­enne. Le prési­dent du groupe d’études Presse de l’Assemblée Nationale est le député LREM de la Haute-Garonne Jean-François Por­tar­rieu… ancien directeur de pub­li­ca­tion des mag­a­zines de La Dépêche du midi de Jean-Michel Baylet, lui-même en bons ter­mes avec Louis Drey­fus, un petit cer­cle d’amis.

Nouveau président venu de Conforama

Un nou­veau prési­dent a été nom­mé, Cédric Dugardin ex PDG de Con­fora­ma licen­cié après cinq mois d’activité à l’automne 2019. On peut lui souhaiter bien du plaisir au moment où cer­tains groupes comme Pris­ma média (pre­mier client de Presstal­is avec Télé-Loisirs, Voici, Gala, Femme actuelle et bien d’autres titres) retar­dent la paru­tion de leurs sup­plé­ments ou hors-série, craig­nant que les recettes cor­re­spon­dantes ne soient jamais encais­sées. Comme on dit dans les feuil­letons : à suivre…

Publicité

Derniers portraits ajoutés

Cyril Hanouna

PORTRAIT — Incar­na­tion de la « télé-poubelle », Cyril Hanouna truste les suc­cès et les places dans le Paysage Audio­vi­suel Français (PAF) en tant que pro­duc­teur, ani­ma­teur sur D8 avec « Touche pas à mon poste » et de radio à Europe 1 ou acteur de cinéma.

Christian Terras

PORTRAIT — C’est un homme qui appa­rait régulière­ment dans les médias quand il s’agit de faire le procès de l’Église catholique. Présen­té comme « théolo­gien », ou comme un « grand spé­cial­iste du catholi­cisme », il est con­sid­éré comme un inter­locu­teur val­able et objectif.

Mélissa Theuriau

PORTRAIT. Incar­na­tion vivante de la mix­ité heureuse et bour­geoise, cette grande prêtresse de la tolérance offi­cie depuis l’île-Saint-Louis, loin des car­cass­es de voitures brûlées et des vapeurs de haschich.

Audrey Pulvar

PORTRAIT — Audrey Pul­var est née le 21 févri­er 1972 à Fort-de-France (Mar­tinique). Son père, Marc Pul­var, est le fon­da­teur du Mou­ve­ment indépen­dan­tiste mar­tini­quais et secré­taire de la cen­trale syn­di­cale des tra­vailleurs mar­tini­quais (CSTM).

Luc Bronner

Né le 14 mai 1974 à Gap, fils de médecins général­istes, il gagne une pre­mière recon­nais­sance en dres­sant  un por­trait infor­mé et sans con­ces­sions des ban­lieues français­es, à une époque où peu de jour­nal­istes s’y risquaient.