Accueil | Actualités | Médias | Le quotidien Présent, une histoire singulière

Le quotidien Présent, une histoire singulière

Devinette estivale : quel est le quotidien français existant depuis 37 ans, jamais quasi cité par ses confrères, réalisé avec moins d’une poignée de cartes de presse, vivant du soutien de ses lecteurs et atteignant un lectorat qui tend à rejoindre celui de L’Humanité ? C’est le quotidien Présent, son directeur de publication, Francis Bergeron, en dresse le portrait dans un livre enlevé, paru en 2019.

La bande des cinq

Ils sont cinq à présider au lancement du journal, deux numéros zéro fin 1981, et un numéro un daté du 5 janvier 1982 : François Brigneau, Pierre Durand, Hugues Kéraly, Jean Madiran et Romain Marie dans l’ordre alphabétique. Ils saluent la naissance du « premier quotidien de la contre-révolution et de la tradition française depuis 37 ans » faisant allusion à l’Action Française disparue en 1944.

Alors que les fondateurs avaient un objectif de 8000 abonnés en pré-lancement, le quotidien n’en aura que 5000 lors de la sortie du premier numéro. Un nombre suffisant pour survivre mais insuffisant pour subsister sans faire appel aux lecteurs.

Crises et crises de succession

Le journal n’est pas à l’abri des crises de son environnement : les conflits autour de Monseigneur Lefebvre en 1988, la scission du Front National en 1998 où ses lecteurs se partagent entre des camps différents et peu enclins à la réconciliation.

Crise de succession aussi après le décès de Jean Madiran en juillet 2013. La situation du journal est alors catastrophique. La forme et le contenu tendent à ressembler à celui d’un (mauvais) bulletin paroissial et le déficit est abyssal. Pire, certains journalistes - bon catholiques mais avant tout soucieux de leur intérêt - souhaitent la disparition du quotidien pour toucher leurs indemnités parfois rondelettes. D’où des procès en cascade, certains gagnés d’autres perdus, la plupart en appel, qui affaiblissent le journal.

Relance et nouvelle équipe

En 2014 une nouvelle équipe rafraîchit la maquette, rajeunit les contenus via des reportages et des entretiens, double la pagination, règle la distribution en kiosque, met en place une politique du numérique, crée un prix des lecteurs etc. Les ventes en kiosque repartent, la solidarité des lecteurs joue.

Une comparaison avec L’Humanité est effectuée par le rédacteur. En simplifiant un peu, Présent a moins de 5% des moyens du quotidien communiste (voir notre infographie avec le détail des subventions) : nombre de journalistes et aide à la presse. Et encore beaucoup moins de publicité. Francis Bergeron estime que leur lectorat est à peu près identique en nombre, ce qui nous semble un peu exagéré. Mettons 10000 lecteurs pour Présent et 20000 pour L’Humanité, la performance de Présent par rapport aux moyens déployés est tout simplement étonnante. Un livre à lire et consulter pour tous ceux qui s’intéressent à la presse et pour ceux qui - comme le journal - se veulent « catholique et national ».

Francis Bergeron, Présent un défi au quotidien, Dualpha éd, 2019, 196p, 23 € (+5€ de frais de port) par correspondance sur www.francephi.com et en librairie

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This