Accueil | Actualités | Médias | Clause de conscience des journalistes, un exemple qui met en difficulté le quotidien catholique Présent
Pub­lié le 5 février 2020 | Éti­quettes : , ,

Clause de conscience des journalistes, un exemple qui met en difficulté le quotidien catholique Présent

Parmi les quotidiens de diffusion nationale, Présent constitue un cas à part. Paraissant contre vents et marées depuis 40 ans, quasi moribond en 2014 avant d’être repris par une nouvelle équipe, le journal s’est vu priver récemment de manière arbitraire de ses aides à la presse quotidienne d’information générale et à faibles revenus publicitaires. La raison invoquée ? Le prix de vente au numéro n’est pas assez élevé (sic). La solidarité des lecteurs a permis de pallier ce coup dur. Mais un procès des anciens dirigeants menace de nouveau l’édifice. Visite juridique guidée et détour par des règlements de comptes peu catholiques.

Conflit sur l’orientation du titre

Madame Smits et Monsieur Figueras, époux à la ville, à la fois anciens responsables et journalistes ont fait jouer leur clause de conscience après la reprise du titre. Portant l’affaire aux prud’hommes, ils ont dans un premier temps été déboutés de leur plainte. Mais la cour d’appel a contredit le conseil des prud’hommes le 14 janvier 2020. Elle estime que la ligne de Présent a changé en 2014 « par un soutien direct au Front National », un jugement étonnant quand on connaît la ligne précédente qui a toujours été très proche de Jean-Marie Le Pen y compris par son fondateur, Jean Madiran décédé en 2013.

Risques encourus

Les deux démissionnaires devraient recevoir des indemnités de licenciement supérieures à 100.000 euros au titre des 15 premières années d’ancienneté, sans compter un possible supplément pour les années au-delà de 15 ans d’ancienneté, déterminé par la commission paritaire arbitrale des journalistes, ce qui pourrait doubler la mise.

La décision du Tribunal est théoriquement exécutoire au 8 février, peu de temps avant que le Tribunal de commerce n’examine le plan de continuité à dix ans de la société éditrice. Quelle est la morale de l’affaire ? Il pourrait y en avoir plusieurs.

Tout d’abord, la clause de conscience est une nécessaire protection des journalistes. Ensuite, le raisonnement du Tribunal d’appel paraît spécieux, le quotidien est bien resté « national » et « catholique » avant et après 2014, que l’on apprécie ou pas ces termes. Enfin il peut paraître étrange qu’une équipe dirigeante qui a pratiquement amené à la ruine un journal en soit d’une certaine manière récompensée. Le tout sans doute au nom de la bonne morale catholique. Les voies du Seigneur sont, dit-on, impénétrables.

 

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This