L'Observatoire du journalisme est en régime d'été jusqu'au 22 août : au programme, les rediffusions de nos meilleures publications du premier semestre 2022.
Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Erdogan l’éradicateur, Le Point ne lâche rien

30 octobre 2019

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Erdogan l’éradicateur, Le Point ne lâche rien

Erdogan l’éradicateur, Le Point ne lâche rien

30 octobre 2019

Temps de lecture : 2 minutes

Dans son numéro du 24 octobre 2019, Le Point a sorti un dossier sur le président turc Erdogan et ses agissements à l’encontre des Kurdes en Syrie, en particulier depuis le lancement de l’opération “Source de paix” le 9 octobre. Pour illustrer son dossier, le journal a titré sa Une, “l’éradicateur”, déplaisant fortement au principal intéressé.

Le retour du crime de “lèse-majesté”

En réponse, son avo­cat a déposé plainte auprès du bureau du pro­cureur général d’Ankara, pour “insulte au chef de l’É­tat”. Plusieurs mil­liers de per­son­nes ont déjà été pour­suiv­ies en Turquie pour ce motif depuis son élec­tion en 2014.

En France, où la lib­erté d’expression n’est cepen­dant pas tou­jours au goût du jour (voir la sin­istre loi Avia), le délit d’offense au chef de l’Etat a été sup­primé depuis 2013.

Par cette plainte, sont visés plus pré­cisé­ment le rédac­teur en chef “inter­na­tion­al” du Point, Romain Gubert, et Eti­enne Ger­nelle, le directeur de l’hebdomadaire. Après les attaques de Français con­tre la lib­erté d’expression comme cela a été le cas récem­ment avec Zem­mour, c’est main­tenant un pays étranger qui s’en prend à elle.

Cette attaque n’est pas une pre­mière, puisqu’en mai 2018, suite à la Une du Point qual­i­fi­ant Erdo­gan de “dic­ta­teur”, l’arrachage d’affiches du jour­nal ain­si que des men­aces envers les kiosquiers avaient eu lieu.

La rhétorique fumeuse du porte-parole du président Erdogan

Le porte-parole du prési­dent, Ibrahim Kalin, s’en est pris sur Twit­ter à la “La France qui a colonisé de nom­breux pays africains comme l’Algérie et le Maroc, qui a mas­sacré des mil­liers de per­son­nes, pra­tiqué le com­merce des esclaves et qui a regardé le géno­cide au Rwan­da”.

Un peu culot­té, après l’esclavage mas­sif sous l’Empire ottoman, la coloni­sa­tion de nom­breux pays par ce dernier et le géno­cide arménien. La repen­tance à sens unique est dev­enue une véri­ta­ble arme de guerre idéologique.

Le Point ne lâche rien

Le Point assure cepen­dant ne rien lâch­er face aux “pul­sions de cen­sure” d’Erdogan, déjà réputé pour son manque de respect de la lib­erté de la presse dans son pro­pre pays. La Turquie a d’ailleurs été classée 157e sur 180 dans le classe­ment mon­di­al de la lib­erté de la presse 2019 de Reporters sans frontières.

Le Syn­di­cat des édi­teurs de la presse mag­a­zine (SEPM) a aus­si fait part de son sou­tien et annon­cé se tenir “indé­fectible­ment aux côtés du Point et de toute sa rédac­tion”. Il dénonce aus­si un “acte qui, au mieux relève d’une procé­dure bâil­lon, au pire d’un véri­ta­ble acte d’intimidation en vue de tarir tout dis­cours cri­tique sur le régime du prési­dent Erdo­gan”.

Cette fois, la presse ne sem­ble donc pas se dégon­fler pour défendre la lib­erté d’expression. On peut regret­ter que cela ne soit pas plus sou­vent et unique­ment face à des enne­mis extérieurs, édi­teurs encore un effort !

Mots-clefs :

Voir aussi

Cet article vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Vidéos à la une

Derniers portraits ajoutés