L'Observatoire du journalisme est en régime d'été jusqu'au 22 août : au programme, les rediffusions de nos meilleures publications du premier semestre 2022.
Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Usul2000, une critique hémiplégique des médias

11 juin 2016

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Usul2000, une critique hémiplégique des médias

Usul2000, une critique hémiplégique des médias

11 juin 2016

Temps de lecture : 3 minutes

Depuis avril 2014 le youtubeur Usul produit sur sa chaîne une série « Mes chers contemporains » dont chaque épisode est consacré à une personnalité (BHL, Besancenot, Chouard, Lordon, Elizabeth Lévy, Pujadas) ou à un thème (la génération Y, le salaire à vie, la pensée 68).

Ces épisodes d’une durée de 20 à plus de 50 min­utes, financés main­tenant sans pub­lic­ité via Tipee et con­stru­its d’une manière agréable et pro­fes­sion­nelle sont large­ment suiv­is et dif­fusés via le web mil­i­tant « révo­lu­tion­naire ». À tra­vers le dernier opus « Le Jour­nal­iste, David Pujadas », l’Ojim a voulu savoir de quoi il retournait.

Démar­rant de façon hila­rante avec les com­pli­ments qua­si obséquieux de Fab­rice Luc­chi­ni et Jamel Deb­bouze envers le jour­nal­iste, virant sur un entre­tien com­plaisant avec Nico­las Sarkozy et une ques­tion incom­préhen­si­ble de Pujadas à ce dernier sur le CSA (3’30) le por­trait annonce la couleur : une dénon­ci­a­tion du jour­nal­isme de com­plai­sance. La remise d’une laisse d’or (4’50) à David Pujadas est un moment amu­sant et la défense de Claude Séril­lon écarté pour des raisons poli­tiques est jus­ti­fiée. Mais pourquoi ne pas par­ler de la mise au plac­ard tout aus­si poli­tique de Fab­rice Le Quin­trec ? (voir le por­trait de l’Ojim « Fab­rice Le Quin­trec, la lib­erté au fond d’un plac­ard »).

La cri­tique des médias « très pop­u­laire à l’extrême droite » est l’objet d’un numéro de bon­neteau vir­tu­ose. La cri­tique hors de la gauche marx­isante serait exprimée par le seul « Alain Bon­net de Soral », curieuse­ment anobli pour l’occasion. Exit le tra­vail de l’Ojim, ses 180 por­traits (dont celui de Pujadas), ses info­gra­phies, exit Les Bobards d’or de la fon­da­tion Polémia… Mieux : une intéres­sante jux­ta­po­si­tion per­met d’éliminer par un mécan­isme de con­ta­gion tout un pan de la cri­tique (8’19), réin­for­ma­tion = mer­dias = gauchi­asse = jour­nalopes = pen­sée unique = bien-pen­sance. Résumons, celui qui cri­tique la pen­sée unique est au mieux un éruc­teur d’insultes ou un grossier per­son­nage. Encore mieux : grand rem­place­ment = com­plot juif = com­plot bobo/franc-maçon = com­plot LGTB anti-France. Citer l’expression grand rem­place­ment fait de celui qui l’emploie un com­plo­tiste anti­sémite. On pour­rait atten­dre plus de finesse.

Les inter­ven­tions de la chapelle troskyste Acrimed (6’27, 10’15, 21’53, 44’49 etc.) sont dans la droite ligne jarg­onante des bour­dieu­sants sous-esti­mant curieuse­ment l’importance des pro­prié­taires des médias et pas­sant sous silence l’habi­tus (pour­tant un con­cept bour­dieu­sant) des jour­nal­istes, leur quant-à-soi, leur con­formisme idéologique con­sen­tant, l’écrasant for­matage des écoles de jour­nal­isme et le culte de la pen­sée unique (une expres­sion à pro­hiber il est vrai, voir supra).

Au-delà d’excellentes cri­tiques de la super­fi­cial­ité du JT de Pujadas (les toi­lettes en inox des accusés de ter­ror­isme, un reportage com­plaisant sur un investisse­ment chi­nois), la vidéo prend un tour­nant sur les cha­peaux de roues… dans la repen­tance for­cée. Si les JT ne par­lent pas de l’Afrique sub­sa­hari­enne c’est que « ces gens ne sont même pas blancs » (sic) et si on passe sous silence ou presque les grèves à May­otte c’est parce que ce sont « des noirs qui font grève » ce qui s’explique car « il règne dans les médias un cer­tain entre soi blanc » qui con­cerne « les téléspec­ta­teurs tous blancs et tous un peu racistes ». On pour­rait faire remar­quer « qu’il règne chez les blogueurs un cer­tain entre soi blanc » dont Usul blanc hon­teux représente un échan­til­lon type.

Une juste cri­tique de la poli­tique de course à l’audience par Claude Séril­lon, un décryptage du « con­cours de dédi­caces » des can­di­dats à la pri­maire côté Répub­li­cains (20’13), un pas­sage en revue des dif­férents reg­istres des émis­sions con­sacrées aux atten­tats de Brux­elles (polici­er, film cat­a­stro­phe, politi­cien, sécu­ri­taire, émo­tion), le manque d’analyses géopoli­tiques, une excel­lente analyse de l’inanité des micro trot­toirs, autant de moments intéres­sants et fouil­lés des JT de France2.

A l’opposé qual­i­fi­er le Petit Jour­nal « d’émission de diver­tisse­ment » est un con­tre-sens com­plet. Usul ne saisit pas que le Petit Jour­nal est le fin du fin du cap­i­tal­isme libéral : la défense du sys­tème sous cou­vert de déri­sion con­trôlée. De la même façon que Vice News (action­naires entre autres : Dis­ney et Pigasse) recy­cle la fausse rébel­lion au ser­vice du cap­i­tal en met­tant ensem­ble les élé­ments qui « relient l’insurrection ado­les­cente et le cap­i­tal­isme » (Libéra­tion, 28 mars 2013).

La con­clu­sion est juste : les JT de Pujadas nous ren­seignent sur une chose « les opin­ions des jour­nal­istes dom­i­nants parisiens ». On pour­rait com­pléter en amont par l’effrayant for­matage idéologique des écoles de jour­nal­isme et le non moins effrayant con­formisme intel­lectuel d’une majorité (non certes la total­ité) de jour­nal­istes. Cama­rade, encore un effort !

Voir aussi

David Pujadas, la ser­vil­ité tran­quille (por­trait)

Voir aussi

Cet article vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Vidéos à la une

Derniers portraits ajoutés