Accueil | Actualités | Médias | Le Monde et le « Petit Journal » ne sont pas les bienvenus en Algérie
Pub­lié le 12 avril 2016 | Éti­quettes : ,

Le Monde et le « Petit Journal » ne sont pas les bienvenus en Algérie

À l'occasion du voyage officiel du Premier ministre Manuel Valls à Alger, les autorités algériennes ont refusé de délivrer un visa aux journalistes du Monde et du « Petit Journal » de Canal+. Une décision qui a poussé d'autres médias français à boycotter le voyage par solidarité.

D'après le chef du service politique du Monde, Thomas Wieder, le visa a été refusé à son journaliste « en représailles à la couverture par le journal des "Panama papers" ». En effet, dans un article du quotidien du soir, un ministre du gouvernement Bouteflika était mis en cause dans cette vaste affaire d'exil fiscal.

Pour ce qui est du « Petit Journal » de Canal+, la décision découle très certainement des relations tendues entre les équipes de Yann Barthès et les autorités algériennes. Dernièrement, des reporters de l'émission ont été expulsés du Maroc, pays frontalier de l'Algérie, alors qu'ils tournaient un sujet sur l'homophobie, sujet sensible au Maghreb.

Face à cette décision constituant une « entrave à la liberté de la presse » comme le rappelle Le Monde, Manuel Valls a, juste avant son départ, promis qu'il allait aborder le sujet avec les autorités algériennes. Sans plus...

Quoi qu'il en soit, en solidarité avec leurs confrères, plusieurs médias ont décidé de ne pas faire le voyage et de boycotter cette visite officielle. Il s'agit du Figaro, de Libération, de France Inter, de France Culture, de France Télévisions et de TF1. Pas sûr que cela fasse trembler Alger...

Crédit photo : magharebia via Flickr (cc)

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This