Accueil | Actualités | Médias | Le Monde et le « Petit Journal » ne sont pas les bienvenus en Algérie
Pub­lié le 12 avril 2016 | Éti­quettes : ,

Le Monde et le « Petit Journal » ne sont pas les bienvenus en Algérie

À l'occasion du voyage officiel du Premier ministre Manuel Valls à Alger, les autorités algériennes ont refusé de délivrer un visa aux journalistes du Monde et du « Petit Journal » de Canal+. Une décision qui a poussé d'autres médias français à boycotter le voyage par solidarité.

D'après le chef du service politique du Monde, Thomas Wieder, le visa a été refusé à son journaliste « en représailles à la couverture par le journal des "Panama papers" ». En effet, dans un article du quotidien du soir, un ministre du gouvernement Bouteflika était mis en cause dans cette vaste affaire d'exil fiscal.

Pour ce qui est du « Petit Journal » de Canal+, la décision découle très certainement des relations tendues entre les équipes de Yann Barthès et les autorités algériennes. Dernièrement, des reporters de l'émission ont été expulsés du Maroc, pays frontalier de l'Algérie, alors qu'ils tournaient un sujet sur l'homophobie, sujet sensible au Maghreb.

Face à cette décision constituant une « entrave à la liberté de la presse » comme le rappelle Le Monde, Manuel Valls a, juste avant son départ, promis qu'il allait aborder le sujet avec les autorités algériennes. Sans plus...

Quoi qu'il en soit, en solidarité avec leurs confrères, plusieurs médias ont décidé de ne pas faire le voyage et de boycotter cette visite officielle. Il s'agit du Figaro, de Libération, de France Inter, de France Culture, de France Télévisions et de TF1. Pas sûr que cela fasse trembler Alger...

Crédit photo : magharebia via Flickr (cc)

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux