Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Accueil | Veille médias | Quand le « Petit Journal » fait son travail sur i24news et l’empire Drahi
Quand le « Petit Journal » fait son travail sur i24news et l’empire Drahi

16 août 2016

Temps de lecture : 2 minutes

Accueil | Veille médias | Quand le « Petit Journal » fait son travail sur i24news et l’empire Drahi

Quand le « Petit Journal » fait son travail sur i24news et l’empire Drahi

Quand le « Petit Journal » fait son travail sur i24news et l’empire Drahi

[Pre­mière dif­fu­sion le 25 mai 2016] Red­if­fu­sions esti­vales 2016

Comme nous vous l’annoncions le 21 mai dernier, l’interview de Manuel Valls en Israël a été entièrement prise en charge, verrouillée, par les journalistes appartenant au groupe de Patrick Drahi.

Dif­fusé sur i24news, chaîne d’in­for­ma­tion en con­tinu basée à Tel Aviv et pro­priété de Drahi, l’en­tre­tien a été mené par Paul Amar (i24news), Apolline de Mal­herbe (BFMTV), Christophe Bar­bi­er (L’Ex­press) et Lau­rent Jof­frin (Libéra­tion). 4 jour­nal­istes pour 4 médias… appar­tenant tous à Drahi.

Une fois n’est pas cou­tume, le « Petit Jour­nal » a, lui aus­si, fait son tra­vail jour­nal­is­tique en rap­pelant ce ver­rouil­lage dis­cret. Soulig­nant égale­ment la con­cen­tra­tion des médias dans les mains du mil­liar­daire israélien, patron de SFR/Numérique, les équipes de Yann Barthès en ont prof­ité pour ten­ter de con­naître la ligne édi­to­r­i­al d’i24news, chaîne réputée pour son prisme pro-israélien.

Lorsque le reporter de l’émis­sion de Canal+ inter­roge le député français Mey­er Habib, sou­tien indé­fectible de l’É­tat juif, celui-ci ne voit « aucun mal » à être pro-sion­iste et rétorque : « Vous préférez être pro-islamiste ? Pro-Jihad ? Pro-Daech ? »… CQFD. De son côté, Paul Amar a très mal pris ces inter­ro­ga­tions sur la ligne éditoriale.

Alors qu’il était reproché à la chaîne qu’il dirige d’employer, par exem­ple, le mot « implan­ta­tion » plutôt que celui de « colonie » pour par­ler des ter­ri­toires occupés, ce dernier a pris la mouche. « Non, vous ne regardez pas tous les jour­naux. Regardez-les et vous serez extrême­ment sur­pris par la diver­sité des points de vue qui sont dif­fusés sur i24news. (…) Vous serez sur­pris de voir le nom­bre de reportages que l’on con­sacre aux Pales­tiniens. 10 fois, 100 fois plus que n’im­porte quel média français qui se pré­tend ami des Pales­tiniens. Allez salut ! », a‑t-il lancé avant de met­tre brusque­ment fin à l’en­tre­tien sur un sourire irrité.

Quant à Patrick Drahi, de toute sa hau­teur, il s’est refusé au moin­dre com­men­taire. « Vous êtes gen­tils, mer­ci », a‑t-il lâché. Une chose est sûre : il y a des ques­tions qui fâchent…

Publicité

Derniers portraits ajoutés

Cyril Hanouna

PORTRAIT — Incar­na­tion de la « télé-poubelle », Cyril Hanouna truste les suc­cès et les places dans le Paysage Audio­vi­suel Français (PAF) en tant que pro­duc­teur, ani­ma­teur sur D8 avec « Touche pas à mon poste » et de radio à Europe 1 ou acteur de cinéma.

Christian Terras

PORTRAIT — C’est un homme qui appa­rait régulière­ment dans les médias quand il s’agit de faire le procès de l’Église catholique. Présen­té comme « théolo­gien », ou comme un « grand spé­cial­iste du catholi­cisme », il est con­sid­éré comme un inter­locu­teur val­able et objectif.

Mélissa Theuriau

PORTRAIT. Incar­na­tion vivante de la mix­ité heureuse et bour­geoise, cette grande prêtresse de la tolérance offi­cie depuis l’île-Saint-Louis, loin des car­cass­es de voitures brûlées et des vapeurs de haschich.

Audrey Pulvar

PORTRAIT — Audrey Pul­var est née le 21 févri­er 1972 à Fort-de-France (Mar­tinique). Son père, Marc Pul­var, est le fon­da­teur du Mou­ve­ment indépen­dan­tiste mar­tini­quais et secré­taire de la cen­trale syn­di­cale des tra­vailleurs mar­tini­quais (CSTM).

Luc Bronner

Né le 14 mai 1974 à Gap, fils de médecins général­istes, il gagne une pre­mière recon­nais­sance en dres­sant  un por­trait infor­mé et sans con­ces­sions des ban­lieues français­es, à une époque où peu de jour­nal­istes s’y risquaient.