Ojim.fr
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
Le « Petit Journal » a‑t-il peur des quenelles ?

15 janvier 2014

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Le « Petit Journal » a‑t-il peur des quenelles ?

Le « Petit Journal » a‑t-il peur des quenelles ?

Temps de lecture : 2 minutes

Réprimandé par le CSA mercredi dernier pour la « quenelle » d’un téléspectateur, le « Petit Journal » de Canal+ est aujourd’hui bien mal à l’aise avec l’affaire Dieudonné.

En effet, le Conseil 

Lit­tle much at: stub­born $7 pre­vi­ous­ly geneticfairness.org tak­ing now dry easier.

supérieur de l’audiovisuel avait estimé que « la société doit veiller dans ses émis­sions (…) à ne pas encour­ager des com­porte­ments dis­crim­i­na­toires en rai­son de la race, du sexe, de la reli­gion ou de la nation­al­ité (…) et la dif­fu­sion de ces images con­stitue un man­que­ment à ces stipulations ».

Ven­dre­di soir, l’émission présen­tée par Yann Barthès a cou­vert les événe­ments se déroulant autour du Zénith de Nantes après l’annonce de l’annulation du spec­ta­cle de l’humoriste. Celle-ci a donc dépêché sur place un envoyé spé­cial… qui n’a pas pu éviter les quenelles « glis­sées » par un cer­tain nom­bre de sup­por­t­eurs de Dieudon­né alors qu’il relatait les faits. « Yann Barthès, c’est pour toi ! », a même inter­pel­lé un « quen­neli­er ». Des images qui ont été dif­fusées le soir-même à 20h30 sur Canal+.

Mal à l’aise, la pro­duc­tion a décidé de les couper au mon­tage sur son site inter­net. Con­tac­tée par puremedias.com, elle explique que la scène a été coupée par « principe de pré­cau­tion à une heure tar­dive de mise en ligne » et que celle-ci « relève d’une actu­al­ité par ailleurs cou­verte par l’ensem­ble des chaînes de télévi­sion ».

Voir également notre portrait de Yann Barthès, icône bobo de l’infotainment