Accueil | Actualités | Médias | Le « Petit Journal » a‑t-il peur des quenelles ?
Pub­lié le 15 janvier 2014 | Éti­quettes : , , ,

Le « Petit Journal » a‑t-il peur des quenelles ?

Réprimandé par le CSA mercredi dernier pour la « quenelle » d’un téléspectateur, le « Petit Journal » de Canal+ est aujourd’hui bien mal à l’aise avec l’affaire Dieudonné.

En effet, le Conseil

Little much at: stubborn $7 previously geneticfairness.org taking now dry easier.

supérieur de l’audiovisuel avait estimé que « la société doit veiller dans ses émissions (...) à ne pas encourager des comportements discriminatoires en raison de la race, du sexe, de la religion ou de la nationalité (...) et la diffusion de ces images constitue un manquement à ces stipulations ».

Vendredi soir, l’émission présentée par Yann Barthès a couvert les événements se déroulant autour du Zénith de Nantes après l’annonce de l’annulation du spectacle de l’humoriste. Celle-ci a donc dépêché sur place un envoyé spécial… qui n’a pas pu éviter les quenelles « glissées » par un certain nombre de supporteurs de Dieudonné alors qu’il relatait les faits. « Yann Barthès, c’est pour toi ! », a même interpellé un « quennelier ». Des images qui ont été diffusées le soir-même à 20h30 sur Canal+.

Mal à l’aise, la production a décidé de les couper au montage sur son site internet. Contactée par puremedias.com, elle explique que la scène a été coupée par « principe de précaution à une heure tardive de mise en ligne » et que celle-ci « relève d'une actualité par ailleurs couverte par l'ensemble des chaînes de télévision ».

Voir également notre portrait de Yann Barthès, icône bobo de l’infotainment

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This