Accueil | Actualités | Médias | Le « Petit Journal » a-t-il peur des quenelles ?
Pub­lié le 15 janvier 2014 | Éti­quettes : , , ,

Le « Petit Journal » a-t-il peur des quenelles ?

Réprimandé par le CSA mercredi dernier pour la « quenelle » d’un téléspectateur, le « Petit Journal » de Canal+ est aujourd’hui bien mal à l’aise avec l’affaire Dieudonné.

En effet, le Conseil

Little much at: stubborn $7 previously geneticfairness.org taking now dry easier.

supérieur de l’audiovisuel avait estimé que « la société doit veiller dans ses émissions (...) à ne pas encourager des comportements discriminatoires en raison de la race, du sexe, de la religion ou de la nationalité (...) et la diffusion de ces images constitue un manquement à ces stipulations ».

Vendredi soir, l’émission présentée par Yann Barthès a couvert les événements se déroulant autour du Zénith de Nantes après l’annonce de l’annulation du spectacle de l’humoriste. Celle-ci a donc dépêché sur place un envoyé spécial… qui n’a pas pu éviter les quenelles « glissées » par un certain nombre de supporteurs de Dieudonné alors qu’il relatait les faits. « Yann Barthès, c’est pour toi ! », a même interpellé un « quennelier ». Des images qui ont été diffusées le soir-même à 20h30 sur Canal+.

Mal à l’aise, la production a décidé de les couper au montage sur son site internet. Contactée par puremedias.com, elle explique que la scène a été coupée par « principe de précaution à une heure tardive de mise en ligne » et que celle-ci « relève d'une actualité par ailleurs couverte par l'ensemble des chaînes de télévision ».

Voir également notre portrait de Yann Barthès, icône bobo de l’infotainment

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux