L'Observatoire du journalisme est en régime d'été jusqu'au 22 août : au programme, les rediffusions de nos meilleures publications du premier semestre 2022.
Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Le Parisien, licenciements et numérique

28 mars 2021

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Le Parisien, licenciements et numérique

Le Parisien, licenciements et numérique

28 mars 2021

Temps de lecture : 3 minutes

Le Parisien se restructure, arrête ses informations locales, supprime 10 % de ses effectifs, et joue le numérique à fond.

Le quo­ti­di­en Le Parisien, pro­priété de Bernard Arnault, troisième for­tune mon­di­ale (76 mil­liards d’euros) der­rière Jeff Bezos et Bill Gates, est en grande dif­fi­culté et il vient d’annoncer qu’il sup­prime ses cahiers départe­men­taux (les nou­velles locales). Il est donc en train de se recon­ver­tir en un quo­ti­di­en nation­al comme les autres, avec la par­tic­u­lar­ité (tem­po­raire ?) de pub­li­er un cahi­er cen­tral appelé « Le Grand Parisien », qui lui lais­sera les apparences d’un quo­ti­di­en région­al et jus­ti­fiera la con­ser­va­tion du titre.

Ce « Grand Parisien » est-il un clin d’œil au Petit Parisien d’avant-guerre, comme l’a écrit une dépêche d’agence de presse ? On a du mal à le croire car Le Petit Parisien parut jusqu’au 17 août 1944, et donc pen­dant toute la péri­ode de l’Occupation. Son pro­prié­taire fut certes acquit­té en 1951, dans le cadre de l’un des innom­brables procès en sor­cel­lerie et en col­lab­o­ra­tion d’après-guerre, mais on voit mal Le Parisien libéré, né d’une spo­li­a­tion des patrons du Petit Parisien, ren­dre en quelque sorte hom­mage à ses vic­times, volées il y a trois quarts de siè­cle. Mais ceci est un autre débat.

Le journal qu’on lit au zinc du bistrot

Ce qui nous intéresse, c’est de voir que Le Parisien réduit la voil­ure, vraisem­blable pré­pa­ra­tion à une fusion avec Aujourd’hui en France, dont le con­tenu est iden­tique, aux pages régionales près. Que se passe-t-il exacte­ment pour que ce quo­ti­di­en pop­u­laire, dont les tirages ont été con­sid­érables (près de 700 000 exem­plaires par jour dans les années 1970, avant une grande offen­sive con­tre lui de la CGT du Livre), en vienne à se retir­er de l’information locale en sup­p­ri­mant ses neuf cahiers départe­men­taux au prof­it d’un cahi­er de grande région, « grand parisien », fourre-tout qui ne lui fera pas gag­n­er de lecteurs ? C’est que la crise san­i­taire l’affecte en pre­mier chef : Le Parisien était par excel­lence le jour­nal qu’on lit au zinc du bistrot, devant un petit noir, avant de faire son tier­cé, son loto ou son grattage. Plus de bistrots ouverts, donc plus de lecteurs. Le pub­lic du Parisien est peu diplômé, et ne se reporte guère sur la ver­sion numérique, qui ne décolle tou­jours pas. L’audience glob­ale du titre est donc très forte­ment en berne, et les annon­ceurs n’aiment pas.

En out­re Le Parisien est le jour­nal pop­u­laire par excel­lence, mais cer­tains édi­to­ri­al­istes comme David Doukhan jouent volon­tiers les ana­lystes poli­tiques sophis­tiqués à la Olivi­er Duhamel (sur ce plan-là unique­ment !), et le lecteur moyen, lui, ne s’y retrou­ve pas. Par ailleurs la haine affichée à l’égard de tout ce qui ressem­ble à la droite nationale, au sou­verain­isme, aux mar­queurs iden­ti­taires (français) décourage son cœur de cible.

Peu de synergies avec Les Échos

Quand LVMH, c’est-à-dire Bernard Arnault, avait acheté Le Parisien (en 2015), il avait déboursé 50 mil­lions. Pour apur­er les dettes du titre, il avait ajouté 83 mil­lions. Le pre­mier con­fine­ment et la décon­fi­ture du dis­trib­u­teur monop­o­lis­tique Presstal­is ont coûté 36 mil­lions de plus. On com­prend que l’industriel, tout mul­ti­mil­liar­daire qu’il soit – et ten­ant à le rester –, ait crié : « Halte au feu ! », et ait exigé une refonte en pro­fondeur du titre.

Le Parisien cible les abon­nés numériques. C’est une néces­sité pour décrocher de la pub­lic­ité. Pour l’heure, il n’en compterait que 40 000 (ce qui, pour Présent, serait évidem­ment un chiffre mag­nifique), et espère attein­dre les 200 000, mais son pub­lic habituel est peu enclin à lire son jour­nal sous cette forme.

L’autre prob­lème du Parisien, c’est que ce titre ne présente guère de syn­er­gies (si ce n’est sur le plan tech­nique, et encore) avec Les Echos, qui est égale­ment détenu par le mul­ti­mil­liar­daire. Impos­si­ble de présen­ter des offres pub­lic­i­taires com­munes. Impos­si­ble d’affecter des jour­nal­istes aux deux titres simultanément.

Tout laisse penser que, pour Le Parisien, les beaux jours sont der­rière lui. D’autant qu’Arnault ne le lais­sera jamais se réori­en­ter, aller à la ren­con­tre de son pub­lic naturel, si peu en phase avec ses intérêts propres. •

Fran­cis Bergeron
Source : Présent 23 mars 2021.

Voir aussi

Cet article vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Vidéos à la une

Derniers portraits ajoutés