Ojim.fr
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
Le Monde diplomatique change de directeur, Bréville succède à Halimi

L’article que vous allez lire est gratuit. Mais il a un coût. Un article revient à 50 €, un portrait à 100 €, un dossier à 400 €. Notre indépendance repose sur vos dons. Après déduction fiscale un don de 100 € revient à 34 €. Merci de votre soutien, sans lui nous disparaîtrions.

12 février 2023

Temps de lecture : 4 minutes
Accueil | Veille médias | Le Monde diplomatique change de directeur, Bréville succède à Halimi

Le Monde diplomatique change de directeur, Bréville succède à Halimi

Temps de lecture : 4 minutes

Dans l’ensemble de la presse française, constituée essentiellement de journaux alignés sur les doxas de l’époque, la lecture du  Monde Diplomatique constitue une bouffée d’air frais. Citons les positions prises sur le conflit russo-ukrainien, qui montrent une hauteur de vue qu’on ne retrouve pas dans L’Express par exemple. Récemment, Serge Halimi a quitté ses fonctions de directeur de la revue, poste qu’il tenait avec un grand succès depuis 2008, et a été remplacé par Benoît Bréville, ancien rédacteur en chef adjoint. Le nouveau directeur a pris ses fonctions le 1er février 2023.

Un nouveau directeur discret

Les infor­ma­tions disponibles sur le nou­veau patron de la revue ne sont pas nom­breuses. Né en 1983, Benoît Bréville est his­to­rien de for­ma­tion. En 2011, il sou­tient une thèse à Paris I sous la direc­tion d’Anne Four­cault, dans laque­lle il fait une étude com­parée entre les straté­gies de lutte con­tre la pau­vreté, appliquées dans une ville du Cana­da et celles appliquées à Saint-Denis, en France. De ses travaux il tire cer­tains arti­cles, comme celui inti­t­ulé Un miroir de la pro­lo­pho­bie, pub­lié dans le Monde Diplo­ma­tique en juil­let 2022. Dans ce papi­er, Bréville explique la mau­vaise répu­ta­tion de la Seine-Saint-Denis pour des raisons pure­ment économiques. Ce départe­ment fait his­torique­ment par­tie d’une cein­ture noire autour de Paris qui, de tout temps, a fait trem­bler les milieux bourgeois.

In fine selon l’auteur, les pon­cifs lancés autour de ce départe­ment, tels que son islami­sa­tion ou son insécu­rité, crois­santes toutes deux, ne seraient que des « paniques, générale­ment forgées dans les milieux bour­geois et parisiens, mais qui finis­sent par gag­n­er de larges frac­tions de la société »[1]. De là Bréville con­clut : « Depuis deux siè­cles, les fan­tasmes accolés à la Seine-Saint-Denis ne se sont jamais réal­isés. Les apach­es n’ont pas défer­lé sur la cap­i­tale, pas plus que les ouvri­ers ivrognes, les com­mu­nistes hir­sutes ou les moud­jahidin embusqués dans les cités »[2]. Le retour des class­es dan­gereuses en quelque sorte, une analyse en par­tie exacte mais incom­plète mar­quant aus­si un aveu­gle­ment devant le change­ment de pop­u­la­tion du 9 cube, un con­stat pour­tant banal.

Ce papi­er, assez clas­sique pour un jour­nal­iste main­stream, pour­rait illus­tr­er cer­tains biais du nou­veau directeur du Monde Diplo­ma­tique. Dans un autre arti­cle en date d’avril 2022, con­cer­nant les réfugiés Ukrainiens et inti­t­ulé Imag­i­nons…, Benoît Bréville note, en rel­e­vant le silence des par­tis con­sid­érés comme d’ex­trême droite sur les venues de réfugiés ukrainiens, que : « Si l’on veut briguer l’asile dans l’U­nion, mieux vaut à l’év­i­dence être chré­tien, blanc et opposé à M. Vladimir Pou­tine. »[3]. On pour­rait facile­ment retourn­er la phrase pour le camp adverse, au moins pour les deux pre­miers adjectifs.

Contre-exemple

Out­re ses papiers dans le Monde Diplo­ma­tique, dont il était aupar­a­vant rédac­teur en chef, Bréville inter­vient pour d’autres médias. Citons Europe 1, France Cul­ture, Acrimed ou encore Manière de voir, le bimestriel du Monde Diplo­ma­tique. Dans une émis­sion sur Europe 1 en 2014, ani­mée par Frédéric Tad­deï, l’actuel directeur du Monde Diplo­ma­tique souligne que ce sont les États-Unis qui ont créé les con­di­tions prop­ices à la guerre froide, et pas l’URSS avec son rideau de fer con­traire­ment à une idée reçue. Il s’agit d’une prise de posi­tion à rebours, rejoignant la hau­teur de vue que prend sou­vent le Monde Diplomatique.

Cette prise en compte du réel s’ex­plique en grande par­tie par l’indépen­dance du jour­nal vis-à-vis du groupe Le Monde qui, certes, en détient 51% des parts, mais les 49% restantes sont entre les mains des lecteurs et du per­son­nel et le groupe n’intervient pas dans la ligne édi­to­ri­ale. Ce sont d’ailleurs la rédac­tion et les lecteurs qui pro­posent le nom du prési­dent. Nous ver­rons si Benoît Bréville saura main­tenir cette ligne qui fait, pour le moment encore, sor­tir par le haut  Le Monde Diplo­ma­tique du lot de la presse française.

Voir aus­si : La méth­ode Médi­a­part, vue par Pierre Péan dans Le Monde diplomatique

Notes

  • [1]Le Monde Diplo­ma­tique, juil­let 2022
  • [2]Le Monde Diplo­ma­tique, juil­let 2022
  • [3]Le Monde Diplo­ma­tique, avril 2022