Accueil | Actualités | Médias | La méthode Médiapart, vue par Pierre Péan dans Le Monde diplomatique
Pub­lié le 10 octobre 2019 | Éti­quettes : , ,

La méthode Médiapart, vue par Pierre Péan dans Le Monde diplomatique

Le journaliste Pierre Péan (portrait) est décédé le 25 juillet 2019. Il collaborait au Monde diplomatique depuis 1975 et a fait parvenir avant sa mort, à ce journal un article rédigé en mai et que le mensuel a publié en septembre 2019. Péan était très critique vis-à-vis de ceux qui se définissent comme « journalistes d’investigation », qu’il voyait plutôt comme des sous-traitants d’informations fournies par la police ou les magistrats. L’article est réservé aux abonnés du mensuel ou aux acheteurs au numéro, nous en extrayons quelques pépites en rendant un hommage posthume à Pierre Péan, et un hommage tout court au journal qui l’a publié pendant plus de quarante ans. Le titre est de Pierre Péan, les intertitres sont de notre rédaction.

Dans les cuisines de l’investigation

Depuis le milieu des années 1980, la vie publique française semble marquée par un paradoxe. D’un côté la montée du chômage, des inégalités sociales et géographiques, la mondialisation économique, le désengagement de l’Etat-providence tel qu’il fut conçu après la seconde guerre mondiale et son redéploiement au profit des entreprises privées ont scandé notre temps. De l’autre, le monde médiatique a hissé au sommet de sa hiérarchie non pas l’enquête sociale ou le reportage économique, susceptibles d’éclairer ces transformations mais un genre et une figure qui d’ordinaire prospèrent quand tout se délite : le scandale de corruption politico-financière et le journaliste dit « d’investigation »… Ces anges dévolus corps et âme à la vertu suprême, le droit à l’information, forment une élite au sein de leur profession…

Opacité de fonctionnement

(…) Une singularité de cette activité menée au nom de la morale et de l’exigence de transparence est son opacité. Un gouffre sépare en effet l’image du journaliste d’investigation véhiculée par la presse elle-même à coup de portraits d’enquêteurs, individus au regard ombreux et aux facultés supposées exceptionnelles, photographiés dos à dos comme sur les affiches des films d’espionnage et la pratique du métier…

(…) Bien qu’elles prétendent généralement suivre ce chemin escarpé, la plupart des têtes d’affiche du journalisme travaillent d’une manière radicalement différente (de celle du journalisme d’enquête classique, NDR). Il ne s’agit pas d’enquêter mais d’attendre une fuite. Celle d’un procès-verbal d’audition ou d’enquête que transmet un juge, un policier, un avocat… L’intrépide limier s’emploie ensuite à le réécrire en style journalistique… L’ascension de ce journalisme qui défraie la chronique découle ainsi d’une alliance de circonstance entre une petite fraction du monde judiciaire et une tête d’épingle du monde médiatique…

Présomption d’innocence et secret de l’instruction aux oubliettes

(…) l’enquêteur est un gestionnaire de fuites. Le deuxième aspect tient justement à l’origine et à l’usage de ces informations. Leur exploitation repose sur la violation de deux lois, la présomption d’innocence et le secret de l’instruction, au nom d’un principe, le droit à l’information… En d’autres termes, le journaliste ne se contente plus d’aider à la manifestation de la vérité et d’éclairer le jugement des lecteurs : il se fait, dans le cas d’espèce, auxiliaire de justice, voire de police…

Effets pervers

(…) Cette économie de l’investigation a un double effet pervers. Les journalistes qui acceptent de nouer l’alliance médiatico-judiciaire payent l’accès aux documents d’une extrême dépendance aux sources… Compte tenu du tout petit nombre de magistrats, d’avocats ou de policiers qui acceptent de s’affranchir du secret de l’instruction, le nombre de « grands journalistes d’investigation » se consacrant aux affaires fortement judiciarisées s’est jusqu’ici limité en France à une douzaine… un quarteron d’enquêteurs détient le monopole de l’accès aux pièces d’instruction des affaires sensibles…

L’article en entier mérite lecture, nous espérons que cet emprunt au Monde diplomatique incitera nos lecteurs se procurer le numéro de septembre 2019.

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.

Share This