Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Valeurs Actuelles et Minute exclus des aides à la presse

10 novembre 2015

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Valeurs Actuelles et Minute exclus des aides à la presse

Valeurs Actuelles et Minute exclus des aides à la presse

Fleur Pellerin l’avait annoncé ; c’est désormais chose faite. Lundi, le gouvernement a étendu ses aides à la presse pour les magasines en excluant les titres condamnés pour « incitation à la haine ou à la violence ».

Ces sub­ven­tions, des­tinées à aider les titres qui tirent moins de 25 % de leurs revenus de la pub­lic­ité, toucheront ain­si des mag­a­zines comme Le Monde Diplo­ma­tique, Témoignage Chré­tien, Pèlerin Mag­a­zine, Causette, Ter­ra Eco et une cinquan­taine d’autres.

4 mil­lions d’eu­ros ont été dégagés du bud­get 2015 pour aider des jour­naux jugés « essen­tiels à la vital­ité de la démoc­ra­tie ». Mais la démoc­ra­tie a ses lim­ites. À l’ini­tia­tive de la min­istre de la Cul­ture, ces aides ne con­cerneront que les titres qui ne dépassent pas la barre des 300 000 exem­plaires et… qui n’ont pas été con­damnés pour « inci­ta­tion à la haine ou à la vio­lence ».

L’oc­ca­sion de met­tre sur la touche des jour­naux comme Valeurs Actuelles, pour­tant l’un des rares qui pro­gresse, Minute ou encore Rivarol. « Cette réforme qui se con­cré­tise, c’est un signe poli­tique fort de mon sou­tien, du sou­tien de ce gou­verne­ment, au plu­ral­isme et à la lib­erté d’ex­pres­sion », avait pour­tant déclaré Fleur Pel­lerin.

Cepen­dant, tout comme la démoc­ra­tie, la lib­erté d’ex­pres­sion a aus­si ses lim­ites. Pas ques­tion d’aider des jour­naux « d’ex­trême droite », quand bien même les con­damna­tions pour inci­ta­tion à la haine raciale sont aujour­d’hui tout à fait arbi­traires et établies sur des critères avant tout poli­tiques.

Une preuve de plus, s’il en était besoin, que ces sub­ven­tions ont pour seul et unique but de garder tout ce petit monde médi­a­tique à l’in­térieur des clous, sous peine d’ex­clu­sion.

Quoi qu’il en soit, ces procédés n’ont pas l’air de déranger out­re-mesure le jour­nal Libéra­tion. Au bord du gouf­fre financier et en chute libre sur le plan des ventes, le quo­ti­di­en trou­ve néan­moins de l’én­ergie pour atta­quer ses con­frères, approu­vant la déci­sion du gou­verne­ment et jugeant que « la haine n’est pas du jour­nal­isme ».

En revanche, pour ce qui est des fraudeurs fis­caux comme Medi­a­part, à qui le fisc réclame plus de 4 mil­lions d’eu­ros, aucun prob­lème. C’est les copains, comme on dit. Dans une tri­bune sobre­ment inti­t­ulée « Leave Medi­a­part alone », Johan Huf­nagel numéro un bis de Libé, estime que « si le droit peut plaider pour le fisc, (…) la légitim­ité va aux deux médias (Medi­a­part et Arrêt sur images, NDLR) ». Le droit et la rigueur de la loi pour les uns, la légitim­ité hors la loi pour les autres.

Et que dire du jour­nal com­mu­niste L’Hu­man­ité, dont l’Assem­blée a effacé en 2013 une dette de 4 mil­lions d’eu­ros. Aujour­d’hui, le titre croule sous les sub­ven­tions et ne parvient tou­jours pas à redress­er la barre, soit tout autant d’ar­gent pub­lic jeté par les fenêtres… Heureuse­ment, il reste vis­i­ble­ment encore 4 mil­lions d’eu­ros en trop dans le bud­get de la min­istre pour arroser les mag­a­zines alignés.

Un jour, les exclus du débat « démoc­ra­tique », qui ren­con­trent les mêmes con­traintes finan­cières que leurs con­frères, en vien­dront peut-être à met­tre la clé sous la porte… et la plu­ral­ité ne sera plus qu’un vieux sou­venir. Pas sûr que ce scé­nario ne tire la moin­dre larme à ceux qui, depuis des années, ne doivent leur survie qu’à l’ar­gent du con­tribuable, indi­recte­ment for­cé de soutenir une presse qu’il ne lit plus depuis longtemps.

Crédit pho­to : AcuaLit­té via Flickr (cc)

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Abel Mestre

PORTRAIT — Faut-il class­er Abel Mestre dans la caté­gorie jour­nal­iste ? Abel Mestre con­stitue à lui seul un fourre-tout de l’extrême extrême-gauche, allant du stal­in­isme à l’anarchisme en pas­sant par le trot­skisme expéri­men­tal et l’action de rue.

Sophia Aram

PORTRAIT — Issue d’une famille d’o­rig­ine maro­caine, Sophia Aram est née à Ris-Orangis (Essonne) le 29 juin 1973. Sophia Aram s’ini­tie à l’art de l’im­pro­vi­sa­tion dans les étab­lisse­ments sco­laires de Trappes puis au sein de la com­pag­nie « Déclic Théâtre », où elle côtoie Jamel Deb­bouze.

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision