Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Pflimlin censure « Les Nouveaux chiens de garde »
Publié le 

11 décembre 2014

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Pflimlin censure « Les Nouveaux chiens de garde »

Pflimlin censure « Les Nouveaux chiens de garde »

L’excellent film de Gilles Balbastre et Yannick Kergoat, Les Nouveaux chiens de garde, sorti début 2012 a‑t-il été interdit d’antenne par le PDG de France Télévisions ?

C’est ce qu’affirme Acrimed dans un arti­cle signé par Hen­ri Maler et Julien Salingue et pub­lié le 9 décem­bre dont nous repro­duisons ci-dessous quelques extraits :

« Audi­tion­né le 20 novem­bre 2013 par la Com­mis­sion des affaires cul­turelles et la com­mis­sion des finances, “M. Rémy Pflim­lin, prési­dent de France Télévi­sions” était inter­rogé par la députée Isabelle Attard sur le refus de dif­fuser le film Les Nou­veaux chiens de garde […] Le temps man­qua au prési­dent pour répon­dre lors de l’audition. Il promit donc de répon­dre par écrit. Promesse non tenue ou réponse dila­toire ? Les deux si l’on en croit la députée (co-prési­dente de « Nou­velle Donne ») qui, un an plus tard, le mar­di 25 novem­bre 2014, lors de l’audition du même prési­dent, repose la même ques­tion avec une insis­tance et sur un ton acide plutôt réjouis­sants. Et le prési­dent de répon­dre sans répon­dre sur un ton patelin plutôt affligeant […] “Madame Attard, sur le choix de dif­fuser ou ne pas dif­fuser un film, ce sont des choix qui appar­ti­en­nent aux antennes, en toute indépen­dance. Et ces antennes choi­sis­sent, ou ne choi­sis­sent pas, je suis le garant de cette indépen­dance, et je suis devant vous le garant de cette indépen­dance. Et je dirais que, si aujourd’hui il y a une valeur essen­tielle du ser­vice pub­lic, c’est bien de préserv­er cette indépen­dance, gage de la con­fi­ance de nos conci­toyens. Il se trou­ve que cette con­fi­ance, elle existe aujourd’hui, nous faisons un cer­tain nom­bre de choix et en l’occurrence nous avons décidé, je vous le dis, de ne pas choisir ce film, comme nous n’avons pas choisi des dizaines, des cen­taines d’autres films. »

Rémy Pflim­lin a tous les dons qui font un bon prési­dent. Il parvient ain­si à « répon­dre » à une ques­tion por­tant pré­cisé­ment sur un film… sans même citer le titre du film au sujet duquel il est inter­rogé. Mieux : au moment où, sous son autorité, l’indépendance des rédac­tions de France 2 et France 3 est garantie par… leur fusion pro­gres­sive, il se pose en garant de l’indépendance des antennes. Une indépen­dance, ose-t-il dire, qui vaut à France Télévi­sions la “con­fi­ance” des téléspec­ta­teurs. À croire que pour être prési­dent, il est indis­pens­able de con­fon­dre l’audience et la con­fi­ance. C’est donc en toute indépen­dance – surtout à l’égard des téléspec­ta­teurs… – que France Télévi­sions a refusé de dif­fuser Les Nou­veaux chiens de garde. Et pour preuve de cette totale indépen­dance, Rémy Pflim­lin ne juge pas néces­saire d’indiquer sur quels critères cette dif­fu­sion a été refusée. Comme si France Télévi­sions était la pro­priété de son prési­dent et de ses respon­s­ables d’antennes.

On appren­dra tout au plus que le film – dont le titre écorcherait la bouche du prési­dent – a été refusé « comme des cen­taines d’autres ». Les cen­taines de doc­u­men­taires dif­fusés en salle devant 250.000 spec­ta­teurs et nom­més aux César de 2013 (caté­gorie meilleur film doc­u­men­taire), sans doute.

Et on se demande com­ment la dif­fu­sion des Nou­veaux Chiens de garde aurait pu être inter­prétée comme le signe d’un manque d’indépendance de France Télévi­sions, à moins de con­sid­ér­er qu’une telle dif­fu­sion puisse être perçue par les téléspec­ta­teurs comme une impar­donnable capit­u­la­tion face aux pres­sions et au chan­tage du puis­sant lob­by de la cri­tique des médias. Ce dont on peut se per­me­t­tre de douter.

Il con­vient donc de pos­er la ques­tion par écrit, et sans atten­dre une prochaine audi­tion :

« M. le prési­dent pour­rait-il avoir l’amabilité de deman­der aux antennes, en respec­tant scrupuleuse­ment leur indépen­dance, sur quels critères le film Les Nou­veaux chiens de garde a été inter­dit de dif­fu­sion ? Il serait en effet fâcheux que le prési­dent ne soit pas infor­mé de ce qui se passe dans la mai­son dont il a la garde. Et que l’arbitraire le plus total se pare des atours de l’indépendance ».

L’O­jim s’as­so­cie à la protes­ta­tion d’Acrimed, les téléspec­ta­teurs paient une rede­vance ; ils ont par con­séquent le droit de voir Les Nou­veaux chiens de garde, le meilleur doc­u­men­taire sur les médias des dix dernières années.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Étienne Gernelle

PORTRAIT — « C’est le sys­tème de Franz. Il jette des gens dans un aquar­i­um puis il regarde com­ment ça se passe. » Entré au Point en 2001, Éti­enne Ger­nelle est une pure expéri­men­ta­tion de Franz-Olivi­er Gies­bert.

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coro­n­avirus.

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

Cyrille Eldin

PORTRAIT — Né au Ches­nay, près de Ver­sailles, en mai 1973, Cyrille Eldin est un acteur et ani­ma­teur français. Il accède à la célébrité en 2016, lorsqu’il rem­place Yann Barthès à la tête du « Petit Jour­nal » sur Canal Plus.

Christophe Alévêque

PORTRAIT — Né le 29 octo­bre 1963 au Creusot (71), Christophe Alévêque est un humoriste « engagé » à gauche. Il fait par­tie depuis 2016 du pool d’hu­moristes offi­ciels de France Inter, mis­sion­nés pour démolir, avec l’ar­gent du con­tribuable, les enne­mis poli­tiques et idéologiques de l’État social­iste.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision