Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Accueil | Veille médias | Médias culpa et manipulations intéressées, de Serge Halimi et Pierre Rimbert
Médias culpa et manipulations intéressées, de Serge Halimi et Pierre Rimbert

19 juin 2021

Temps de lecture : 2 minutes

Accueil | Veille médias | Médias culpa et manipulations intéressées, de Serge Halimi et Pierre Rimbert

Médias culpa et manipulations intéressées, de Serge Halimi et Pierre Rimbert

Médias culpa et manipulations intéressées, de Serge Halimi et Pierre Rimbert

La lecture du Monde diplomatique – on a bien sûr le droit de ne pas être en accord avec tous les articles – est toujours roborative. Nous résumons en publiant certains extraits, un excellent papier de Serge Halimi et Pierre Rimbert, paru dans le mensuel de juin 2021.

Médias culpa

« Quand une guerre s’enlise, ceux qui veu­lent la pro­longer ont plusieurs manières de procéder. Ils pré­ten­dent que le dernier quart d’heure a son­né, que céder devant l’ennemi reviendrait à poignarder dans le dos des sol­dats qui se sont sac­ri­fiés pen­dant des années. Ils prédis­ent que tout recul sur un front pré­cip­it­era une déban­dade générale, la « chute des domi­nos ». Trahi­son de l’armée par les civils, aveu­gle­ment face à l’apocalypse, intel­li­gence avec l’ennemi… Mais, depuis quelques années, une autre tech­nique gagne du ter­rain aux États-Unis : à coup de fake news fab­riquées con­join­te­ment par les ser­vices de sécu­rité et la presse libérale on pré­tend que l’Amérique, blanche colombe démoc­ra­tique aux ailes d’ange, serait la cible d’un com­plot our­di par les Russ­es à l’extérieur et par les « extrêmes » à l’intérieur. » (ver­ba­tim de l’introduction).

L’exemple afghan

Trump annonce qu’il retir­era les troupes améri­caines de l’Afghanistan, où ils sont présents en vain depuis 20 ans. Que titre le New York Times le 20 juin 2020 ? « La Russie a offert secrète­ment des primes aux mil­i­tants afghans pour qu’ils tuent des sol­dats améri­cains, affir­ment les ser­vices améri­cains ». Le lende­main le Wash­ing­ton Post de Jeff Bezos et le Wall Street Jour­nal néo-con­ser­va­teur repren­nent l’information, sans aucune preuve à l’appui.

La thèse ? Trump est com­plice, car la Mai­son Blanche est restée inerte devant les ingérences russ­es, ceci en pleine cam­pagne élec­torale. Les médias de grand chemin améri­cains du type de la chaine de télévi­sion MSNBC, surenchéris­sent dans l’indignation, pour le prof­it de Sleep­ing Joe Biden. Plus tard le NYT avoue que « bien des élé­ments man­quent dans les infor­ma­tions selon lesquelles la Russie a payé pour que des attaques visent les forces améri­caines et celles de la coali­tion en Afghanistan », mais le coup est par­ti. Presque un an plus tard, le NYT recon­naît l’inexistence de preuves, alors que Sleep­ing Joe Biden s’était enflam­mé « Toute la prési­dence de Don­ald Trump a con­sti­tué un cadeau pour Pou­tine, mais là ça dépasse les bornes. C’est une trahi­son de notre devoir nation­al le plus sacré : pro­téger nos troupes lorsqu’en les envoie affron­ter le dan­ger ». Sleep­ing Joe fini­ra élu.

L’exemple du mort du policier au Capitole

Autre exem­ple détail­lé dans l’article, la mort du polici­er Bri­an Sick­nick lors de l’invasion du Capi­tole par des par­ti­sans de Trump pour pro­test­er con­tre de pos­si­bles fraudes élec­torales. Sa mort est présen­tée par le NYT comme un meurtre com­mis par des « émeu­tiers pro-Trump », qui « l’ont frap­pé à la tête avec des extinc­teurs » , détails repris par l’agence Asso­ci­at­ed Press, CNN, le Guardian, le Wall Street Jour­nal, l’information fera le tour du monde. Elle est fausse, Bri­an Sick­nick est décédé de mort naturelle. Où avez-vous vu un démenti ?

Lire la suite sur le site du Monde diplo­ma­tique.

Publicité

Le Néo-féminisme à l'assaut d'Internet

Cet article gratuit vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € pour un article, 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Derniers portraits ajoutés

Pierre Ménès

PORTRAIT — Pierre Ménès, né en juin 1963 à Paris, est un jour­nal­iste sportif français. Car­ac­téris­tiques : une grande gueule et une forte corpulence.

Patrick Cohen

PORTRAIT — Patrick Cohen est né en août 1962 à Mon­treuil. Il est l’un des chefs d’orchestre de l’information. Se cam­ou­flant der­rière une neu­tral­ité de façade, Patrick Cohen s’est longtemps fait le chantre de la lib­erté d’expression tant qu’elle demeu­rait dans les lim­ites du poli­tique­ment correct.

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux sociaux.

Hervé Gattegno

PORTRAIT — Né le 28 juil­let 1964, Hervé Gat­teg­no a été rédac­teur en chef de l’édition française de Van­i­ty Fair jusqu’en 2016, puis est devenu directeur de la rédac­tion du JDD. Il est mar­ié et a trois enfants avec Anne-Cécile Sar­fati, rédac­trice en chef du mag­a­zine féminin Elle.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Sonia Dev­illers s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos ».