Accueil | Actualités | Médias | Le Huffpost ferme son site au Maghreb
Pub­lié le 8 décembre 2019 | Éti­quettes : , ,

Le Huffpost ferme son site au Maghreb

Quand on est entièrement dépendant de la publicité, quand on est un média clairement dirigé vers le profit comme objectif principal, quand on a été racheté par AOL en 2011, lui-même racheté par un grand opérateur téléphonique américain en 2015, le Maghreb ne compte que bien peu. La disparition des éditions d’Afrique du Nord du Huffpost en l’illustration.

De Huffington à Huffpost

C’est en 2005 que Arianna Huffington (portrait) lance son média tout en ligne dans une optique libérale libertaire sur le plan politique et avec un modèle simple : de jeunes rédacteurs payés au lance-pierres, des têtes de gondoles connues par pays (par exemple Anne Sinclair en France) et de la publicité par Internet à un moment où cette dernière était encore balbutiante. En 2011 Clara vend son Huffington à l’opérateur AOL pour 315 millions de dollars, AOL sera à son tour racheté par l’opérateur téléphonique Verizon, le titre se raccourcit en avril 2017 en HuffPost. 

Les maghrébins apprendront l’anglais

Le 3 décembre 2019 le Huffpost Maghreb annonçait sa disparition à ses lecteurs et les invitait à se reporter à l’édition… américaine. Les trois rédactions d’Alger, Rabat et Tunis sont licenciées. En décembre 2018 Verizon avait diminué dans ses comptes la valeur de ses actifs médias (AOL/Yahoo/Huffpost) de 5 milliards de dollars. Début 2019 Verizon annonçait le licenciement de 800 personnes, soit 7% du nombre de ses employés dans les médias. Au même moment Buzzfeed annonçait un plan de licenciement de 15% de ses effectifs, illustrant les difficultés dans un marché archi dominé par Google et Facebook.

Voir également notre infographie

Infographie : Le Huffington Post

 

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This