Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Le Dalaï-lama : trop politiquement incorrect pour certains médias

4 juillet 2019

Temps de lecture : 2 minutes

Accueil | Veille médias | Le Dalaï-lama : trop politiquement incorrect pour certains médias

Le Dalaï-lama : trop politiquement incorrect pour certains médias

Le Dalaï-lama : trop politiquement incorrect pour certains médias

Accueil | Veille médias | Le Dalaï-lama : trop politiquement incorrect pour certains médias

4 juillet 2019

Le chef spirituel tibétain a son franc parler et ne s’embarrasse pas de conventions. Il a aussi un humour piquant que certains de ses interlocuteurs peuvent ne pas – ou ne veulent pas – saisir. Il était récemment invité par la BBC pour une interview diffusée le 27 juin 2019. Les réactions des médias de grand chemin aux déclarations du moine bouddhiste ont oscillé entre indignation et soigneuse sélection des extraits de l’interview. Probablement afin de ne pas diffuser des arguments politiquement trop incorrects. Un bel exercice de manipulation par omission.

Des déclarations « sexistes »

Évo­quant sa suc­ces­sion, le Dalaï-lama affirme en riant : « Si la prochaine Dalaï-lama est une femme, elle devra être plus attrac­tive ». Il n’en fal­lait pas plus pour que cer­tains médias qual­i­fient cette déc­la­ra­tion de « sex­iste », comme Glam­our. Pour Paris-Match, il s’agit de « pro­pos con­tro­ver­sés » sur les femmes. Sur la radio publique (France Inter et France cul­ture), c’est le black-out total le 30 juin… hormis une men­tion lors de la revue de presse (5e mn) de Frédéric Pom­mi­er sur France Inter. Ce qui retient l’attention du jour­nal­iste, ce sont les pro­pos du Dalaï-lama repris par le Huff­in­g­ton Post… au sujet de son suc­cesseur qui, si elle est une femme, doit être de préférence atti­rante. Un comble, non ?

L’Europe aux européens

Aucune des déc­la­ra­tions du Dalaï-lama sur l’immigration n’est reprise sur les ondes publiques. Dom­mage. Au sujet de l’afflux de migrants en Europe, le moine boud­dhiste déclare en substance :

« Les réfugiés devraient retourn­er sur leurs pro­pres ter­res avec cer­taines compétences ».
« Je pense que l’objectif devrait être de recon­stru­ire les pays que les migrants ont fui ».

Et si les migrants veu­lent rester en Europe ? demande la journaliste.

« Un petit nom­bre, ça va. Mais l’Europe peut devenir musul­mane ou africaine. Impos­si­ble ».

Pour­tant vous êtes un réfugié vous-même ?

« Ils seraient mieux dans leurs pays. Lais­sez l’Europe aux européens ».

Il ne s’agit pas de pro­pos de cir­con­stance : ce sont grosso modo les mêmes que ceux tenus en mai 2016 au quo­ti­di­en alle­mand FAZ et repris par Le Monde. Le prix Nobel de la paix 1989 indi­quait qu’« à présent il y a trop de réfugiés » en Europe.

Des pro­pos choquants ? Le moine tibé­tain sait de quoi il par­le : le Tibet fait l’objet depuis 60 ans d’une poli­tique de peu­ple­ment organ­isée par le gou­verne­ment chinois.

L’ONU et la Commission Européenne, main dans la main

Une com­para­i­son déplacée ? N’est ce pas l’ONU qui nous annonce que 244 mil­lions de per­son­nes sont en route et que la migra­tion est « inévitable, néces­saire et désir­able » ?

N’est-ce pas le com­mis­saire européen aux Migra­tions et aux Affaires intérieures qui affirme à la Tri­bune de Genève, «  L’Europe va avoir besoin de 6 mil­lions d’immigrés ». « Nous allons ouvrir des bureaux (pour les per­mis de séjours) dans tous les pays de la rive sud de la Méditer­ranée et en Afrique de l’Ouest ».

N’est-ce pas selon RFI le par­lement européen qui a par un récent vote des par­lemen­taires dou­blé le Fonds asile, migra­tion et inté­gra­tion, des­tiné à « soutenir la migra­tion légale vers les États mem­bres en fonc­tion de leurs besoins économiques et soci­aux » ? Ce qui le porte de 5 à 10 mil­liards d’euros. Pris dans vos poches. Il vaut mieux repren­dre en boucle les paroles lénifi­antes du pape François tou­jours prêt à faire la leçon aux européens pour accueil­lir tou­jours plus de migrants africains. Un mes­sage reçu 5 sur 5 par les médias de grand chemin en France.

Crédit pho­to : Christo­pher Michel via Flickr (cc)

Voir aussi

Les médias libéraux et le pays réel, qua­tre ques­tions à Matthieu Baumier

Rediffusion estivale

Voir aussi

Cet article vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Derniers portraits ajoutés