Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Accueil | Veille médias | AOL/Yahoo!, plus dure sera la chute
AOL/Yahoo!, plus dure sera la chute

10 mai 2021

Temps de lecture : < 1 minute

Accueil | Veille médias | AOL/Yahoo!, plus dure sera la chute

AOL/Yahoo!, plus dure sera la chute

AOL/Yahoo!, plus dure sera la chute

AOL ou bien Yahoo! : une histoire tumultueuse, qui vérifie que les sociétés, comme les hommes, sont faillibles et parfois mortelles.

AOL : de Quantum à Time

C’est en 1985 que l’à peine diplômé Steve Case crée une société appelée Quan­tum, qui sera renom­mée Amer­i­can On Line en 1991, puis plus tard AOL. C’est le début des cota­tions stratosphériques sur le Nas­daq, la société rachète le nav­i­ga­teur Netscape en 1998 et surtout réalise une méga fusion avec Time Warn­er en 2001. Le mariage échoue et la valeur d’AOL est divisée par dix pas­sant de plus de 200 mil­liards de dol­lars à 20 mil­liards. Time Warn­er met fin à l’aventure en 2009. Quelques années plus tard l’opérateur télé­phonique Ver­i­zon rachète la société pour un mai­gre 4,4 mil­liards de dollars.

AOL, les rêves envolés de Monsieur Yang

Non ce n’est pas le mon­sieur Yang du Lotus Bleu d’Hergé, mais Jer­ry Yang qui crée Yahoo! (une mar­que bien trou­vée) en 1994 après ses études à Stan­ford. C’est l’époque bénie des nou­velles entre­pris­es inter­net, Yahoo! fait son marché, intè­gre Rock­et­mail (qui devien­dra le Yahoo! Mail) et Geoc­i­ties. En octo­bre 2000 l’action vaut 120 dol­lars, un an plus tard seule­ment 8 dol­lars, la bulle inter­net vient d’exploser. Mais Yang rebon­dit et en juin 2008 Microsoft fait une offre de rachat à 44 mil­liards de dol­lars… qui est refusée. Trois ans plus tard de sim­ples accords tech­niques seront signés entre les deux sociétés. Yahoo! ne fait plus de bonds et est racheté par Ver­i­zon pour 4,8 mil­liards de dollars.

Et main­tenant, que vais-je faire ? chante Ver­i­zon. Je brade, et au print­emps 2021, je vends les deux en paquet cadeau Yahoo! + AOL à un fonds d’investissement améri­cain pour 5 mil­liards de dol­lars. À leur apogée les deux sociétés valaient plus de 300 milliards.

Voir aussi  Coronavirus ? Les GAFAM en pleine forme !

Publicité

Derniers portraits ajoutés

Edward Snowden

PORTRAIT — À l’o­rig­ine des infor­ma­tions qui ont provo­qué une crise poli­tique et diplo­ma­tique d’am­pleur inter­na­tionale, Edward Snow­den, jeune infor­mati­cien et ancien employé de la NSA, est le citoyen mon­di­al qui a dom­iné la scène médi­a­tique de ces dernières années.

Guillaume Roquette

PORTRAIT — La nom­i­na­tion de Guil­laume Roquette à la tête de la rédac­tion du Figaro mag­a­zine est le couron­nement d’un par­cours dis­cret mais sans faute. Elle est aus­si le signe d’un dur­cisse­ment de la presse de « droite » du à l’al­ter­nance, avec le pas­sage du directeur de la rédac­tion de Valeurs actuelles au Figaro magazine.

Julian Assange

PORTRAIT — Avant Edward Snow­den, avant Bradley Man­ning, il y avait Julian Assange. Ancien infor­mati­cien et hack­er, fon­da­teur de la plate­forme Wik­iLeaks, Julian Assange s’est attiré les foudres du gou­verne­ment améri­cain lorsqu’il a mis en lumière les dessous de la guerre d’Irak.

Emmanuel Kessler

PORTRAIT — Né en 1963 à Paris, d’un père directeur de recherche au CNRS et d’une mère qui enseignait le judaïsme, Emmanuel Kessler a eu une for­ma­tion philosophique, avant de com­mencer à tra­vailler en 1986 pour la Gazette des Communes.

Patrick de Carolis

PORTRAIT — Dis­cret, fier de ses racines provençales, n’ayant jamais caché sa foi chré­ti­enne et réputé proche de la Droite (ten­dance chi­raqui­enne) mais au cen­tre des réseaux de pou­voir (Le Siè­cle), accusé de pla­giat et pro­mo­teur de la diver­sité à France Télévi­sions, Patrick de Car­o­lis est un OVNI médiatique.