Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Laurent Joffrin et Libération divorcent : Hollande à la manœuvre ?

19 juillet 2020

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Laurent Joffrin et Libération divorcent : Hollande à la manœuvre ?

Laurent Joffrin et Libération divorcent : Hollande à la manœuvre ?

Avec Laurent Mouchard alias Joffrin de son nom de plume et Libération, c’est la politique des allers retours. Un mouvement pendulaire entre le quotidien et l’hebdomadaire Le Nouvel Observateur (devenu l’Obs) qui s’achève en 2020. 

La politique du yoyo

Vous avez cer­taine­ment joué au yoyo quand vous étiez petit, ce jeu pen­du­laire où un galet monte et descend le long d’une cordelette. Lau­rent Jof­frin devait en être friand car sa car­rière se résume large­ment, en-dehors d’un pas­sage à l’AFP, à un mou­ve­ment per­pétuel entre les deux jour­naux emblé­ma­tiques d’une cer­taine France urbaine CSP+ libérale lib­er­taire, qu’on en juge :

1981/1988 : Libéra­tion où il crée le ser­vice économie à un moment où le quo­ti­di­en ne se pas­sion­nait pas pour ce secteur. Il prend ensuite le ser­vice société et d’autres fonc­tions élar­gies.

1988/1996 : Pre­mier pas­sage au Nou­v­el Obser­va­teur.

1996/1999 : Directeur de la rédac­tion de Libéra­tion.

1999/2006 : Retour au Nou­v­el Obser­va­teur.

2006/2011 : Le nou­veau pro­prié­taire de Libéra­tion, Édouard de Rotschild, le bom­barde directeur de la pub­li­ca­tion.

2011/2014 : Rebe­lote au Nou­v­el Obser­va­teur.

2014 : Atout et dix de der, revient à Libéra­tion.

Juil­let 2020 : Fin de par­tie, il quitte le jour­nal pour la poli­tique avec en ligne de mire la pré­pa­ra­tion de l’élection prési­den­tielle de 2022.

Vous trou­verez son por­trait ici.

Poussé vers la sortie ?

Patrick Drahi a décidé de laiss­er tomber Libéra­tion en con­fi­ant le jour­nal à une « Fon­da­tion » dont nous avons évo­qué les con­tours très incer­tains. Surtout, il a nom­mé Denis Olivennes pour pilot­er l’opération et les rela­tions Jof­frin-Olivennes ne sont pas des plus cor­diales. Pire, l’ancien directeur du quo­ti­di­en israélien Haaretz (une sorte de Monde en Israël) a été recruté pour un audit dont on imag­ine volon­tiers qu’il ne sera pas favor­able à Lau­rent Jof­frin qui cumule en divers­es péri­odes 21 ans de présence au jour­nal. D’où sa démis­sion des postes de cogérant, directeur de la pub­li­ca­tion et directeur délégué de la rédac­tion du jour­nal. Il a annon­cé souhaiter con­serv­er son édi­to­r­i­al, soule­vant la colère des salariés du quo­ti­di­en. Restera-t-il admin­is­tra­teur de la toute nou­velle fon­da­tion créée par Patrick Drahi ?

La politique Monsieur, la politique

In fine Lau­rent Jof­frin a tou­jours mené une poli­tique libérale lib­er­taire depuis ses débuts. Entré au PS à 20 ans, par­ti­san d’un cap­i­tal­isme éclairé, ancien Young Leader de la French Amer­i­can Foun­da­tion et atlantiste bon teint, suiv­ant les modes du moment de l’anti-racisme à l’écologie, il épouse les con­tours du temps avec habileté. Demeuré très proche de François Hol­lande (dont il a été par­fois le nègre lit­téraire), cer­tains voient la pat­te de ce dernier dans la manœu­vre, pour pré­par­er son retour à la faveur de l’élection prési­den­tielle de 2022. Une hypothèse que dément fer­me­ment Lau­rent Jof­frin, désireux de créer un mou­ve­ment ni vert (com­prenez EELV) ni rouge (com­prenez LFI) mais à la fois un peu vert et un peu rouge. Un espace qui sem­ble rel­a­tive­ment étroit avec un PS affaib­li, un PC en voie d’attrition et une foul­ti­tude de petits clubs et mou­ve­ments où les egos (Hamon, Glucks­mann) sont inverse­ment pro­por­tion­nels aux effec­tifs des troupes.

 

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Camille Vigogne Le Coat

PORTRAIT — C’est la petite jour­nal­iste libérale lib­er­taire qui monte. Dis­sim­u­lant der­rière un joli minois une volon­té de nuire à toutes les per­son­nal­ités de la droite non alignée, Camille Vigogne Le Coat se rêve en nou­velle Ari­ane Chemin sa con­sœur du Monde.

Laurent Joffrin

PORTRAIT — Lau­rent Jof­frin, de son vrai nom Lau­rent (André Marie Paul) Mouchard est né en juin 1952 à Vin­cennes. Sa car­rière se car­ac­térise par des allers et retours inces­sant entre Libéra­tion et Le Nou­v­el Obser­va­teur.

Nicolas Beytout

PORTRAIT — Groupe de Bilder­berg, Le Siè­cle, Medef, Com­mis­sion Tri­latérale, ami intime de Nico­las Sarkozy, petit-fils de l’ancienne pro­prié­taire des Échos, Nico­las Beytout est LE porte-voix de la pen­sée unique mon­di­al­iste dans les médias.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).