Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Accueil | Veille médias | Denis Olivennes nommé directeur général de Libération
Denis Olivennes nommé directeur général de Libération

13 juin 2020

Temps de lecture : 2 minutes

Accueil | Veille médias | Denis Olivennes nommé directeur général de Libération

Denis Olivennes nommé directeur général de Libération

Denis Olivennes nommé directeur général de Libération

Libération doit changer de statut et être placé sous l’égide d’une fondation « indépendante ». Dans ce cadre, le jeu des chaises musicales a commencé. Clément Delpirou quitte le navire et l’insubmersible Denis Olivennes prend les commandes, peu de temps après avoir rejoint CMI le groupe du Tchèque Daniel Křetínský (Elle, Marianne, Télé 7 jours, France Dimanche, Ici Paris).

Une fondation indépendante étroitement contrôlée

Patrick Drahi ne veut plus financer à fonds per­dus un jour­nal en déficit per­ma­nent. Il préfère le trans­fér­er à une fon­da­tion « indépen­dante » dont il tien­dra fer­me­ment les admin­is­tra­teurs. Par­mi les pre­miers nom­més, out­re Lau­rent Jof­frin qui obtient un bon de sor­tie hon­or­able pour quit­ter la direc­tion de la rédac­tion, Arthur Drey­fuss directeur général d’Altice média et Lau­rent Hal­i­mi directeur des fusions acqui­si­tions d’Altice Europe n’ont rien à refuser à Patrick Drahi.

Olivennes DG

Exit Clé­ment Delpirou qui part exercer ses tal­ents ailleurs, arrive Denis Olivennes. Denis Olivennes avait rejoint le groupe Křetín­ský en févri­er 2019, il n’y sera donc resté qu’une grosse année.

Olivennes a lais­sé der­rière lui une répu­ta­tion mit­igée en tant que chef d’entreprise. Comme le rel­e­vait Le Canard Enchaîné du 8 décem­bre 2010, « Il a adop­té la tac­tique dite du nénuphar, com­mente un grand patron. Telle la grenouille qui saute de plante en plante. Et il se barre juste avant l’échec, juste avant que cela ne se voie. Canal +, PPR, Air France, la Fnac, la grenouille a beau­coup sauté et n’a pas franche­ment mar­qué les mémoires. ”De lui, on ne se sou­vient de rien, aucune trace, sauf ses incroy­ables indem­nités de départ”, grince un malveil­lant. Un élu acerbe qui l’a beau­coup fréquen­té lorsqu’il était fabiusien alour­dit la bar­que : ”Il est plus fort pour faire par­ler de lui que pour accom­plir quoi que ce soit”. Et, ajoute un patron de presse, ”il est plus doué pour les rela­tions publiques que pour la ges­tion’ ».

Un juge­ment peut-être un peu rapi­de : Denis Olivennes con­naît tout le monde dans le secteur des médias. Pour Libéra­tion, sa con­nais­sance des réseaux lui per­me­t­tra de con­trôler – si pos­si­ble en douceur – la tran­si­tion du statut de presse clas­sique à celui de fon­da­tion. Avec sans doute une clause de con­science offerte aux jour­nal­istes, autrement dit un plan social enrobé de sucre.

Publicité

Derniers portraits ajoutés

Laurent Solly

PORTRAIT — Énar­que au nez creux et au réseau ten­tac­u­laire, Lau­rent Sol­ly incar­ne plus qu’aucun autre la muta­tion numérique mon­di­al­iste de la haute administration.

Nicolas Demorand

PORTRAIT — Nico­las Demor­and a débuté sa car­rière comme enseignant en lycée pro­fes­sion­nel (Cer­gy) et en class­es pré­para­toires, avant de choisir la voie du jour­nal­isme, en com­mençant comme cri­tique gas­tronomique au Gault&Millau et comme pigiste aux Inrockuptibles.

Pierre Ménès

PORTRAIT — Pierre Ménès, né en juin 1963 à Paris, est un jour­nal­iste sportif français. Car­ac­téris­tiques : une grande gueule et une forte corpulence.

Pierre Plottu

PORTRAIT — Pierre Plot­tu, spé­cial­iste auto­proclamé de l’ex­trême-droite, a l’at­ti­rail du par­fait mil­i­tant. Vic­time col­latérale du virage édi­to­r­i­al de France-Soir, dont il fut viré sans ménage­ment, il prophé­tise dans Libéra­tion et Slate.

Gaël Brustier

PORTRAIT — Poli­to­logue né en 1978, Gaël Brusti­er a longtemps lou­voyé entre plusieurs chapelles de la gauche sou­verain­iste, dans l’e­spoir de rénover une sociale-démoc­ra­tie acquise au néolibéralisme.