Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
L’arroseuse arrosée, Elisabeth Laborde licenciée des Inrocks

28 août 2019

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | L’arroseuse arrosée, Elisabeth Laborde licenciée des Inrocks

L’arroseuse arrosée, Elisabeth Laborde licenciée des Inrocks

Les Inrocks, sa musique djeune, son look djeune, son propriétaire (Matthieu Pigasse) banquier/rocker djeune (son infographie), ses chasses aux sorcières djeunes de la Ligue du LOL, ses licenciements en série si djeunes. Pas très jeune finalement tout ça. Et un retour de flamme pour son ex directeur de la publication Elisabeth Laborde, chasseuse de scalps et finalement mise à l’écart par son patron mi-juillet 2019.

Chasseuse de scalps

Nous évo­quions en févri­er 2019 l’affaire de la Ligue du LOL. Un arti­cle de Libéra­tion du 8 févri­er 2019 dénonce une « bande » de harceleurs for­mée par cer­tains jour­nal­istes dont deux par­mi la rédac­tion des Inrocks. Trois jours après (trois jours c’est bien peu pour une enquête sérieuse sur la vérac­ité des faits, la déon­tolo­gie implique pour­tant la véri­fi­ca­tion dit la charte de Munich des jour­nal­istes) le rédac­teur en chef David Doucet est mis à pied. Le lende­main (oui, vous lisez bien : le lende­main) con­tre toutes les règles de la pré­somp­tion d’innocence, la direc­trice de la pub­li­ca­tion fait pub­li­er (avec les sig­na­tures de la rédac­tion, volon­taires d’office) un com­mu­niqué à charge, véri­ta­ble mise à mort pro­fes­sion­nelle et sociale du jour­nal­iste incrim­iné et de son adjoint : sadisme, acharne­ment, pul­sion féroce de dom­i­na­tion, manip­u­la­tions, humil­i­a­tions. En ter­mes d’entreprise on appelle cela un pare-feu : la désig­na­tion d’un bouc émis­saire qui vous exonère de vos pro­pres respon­s­abil­ités. L’incriminé sera en effet licen­cié pour faute grave, une manière de détourn­er l’attention. Par la suite aucune vic­time de la Ligue du LOL ne désign­era David Doucet ou son adjoint (licen­cié égale­ment) comme harceleurs.

L’affaire Bertrand Cantat

En octo­bre 2017, Les Inrocks font leur Une avec un por­trait de Bertrand Can­tat,. Ce dernier, con­damné pour le meurtre de sa com­pagne Marie Trintig­nant dans des cir­con­stances sor­dides a effec­tué sa peine et reprend sa car­rière de chanteur. La cou­ver­ture et l’entretien don­nent une couleur hagiographique du per­son­nage ce qui provoque un scan­dale et une forte chute des ventes. Alors que la rédac­tion est partagée sur le choix de la cou­ver­ture, la direc­trice de la pub­li­ca­tion sou­tient sa pub­li­ca­tion, ouvrant une crise à l’hebdomadaire.

Un arti­cle d’Olivier Mialet, ex jour­nal­iste des Inrocks dans Medi­um du 8 juil­let 2019 remet l’affaire dans son con­texte. Il sig­nale entre autres que David Doucet et son adjoint s’étaient opposés à cette cou­ver­ture con­tre l’avis de leur direc­tion : 

David Doucet et François-Luc D. ont été les vic­times émis­saires de cette panique morale qui a amené la direc­tion des Inrocks à choisir de se débar­rass­er subite­ment d’eux pour ne pas détéri­or­er l’image du jour­nal, déjà dégradée du fait de choix mal­heureux. Ils payent mal­gré eux les dif­fi­cultés d’un titre frag­ilisé par la crise de la presse et ses pro­pres erreurs rédac­tion­nelles (comme par exem­ple la une sur Bertrand Can­tat, à laque­lle s’étaient pour­tant vaine­ment opposés David Doucet et François-Luc D.). Pour ne pas aggraver cette mau­vaise (e-)réputation, ses dirigeants ont choisi de céder face au raz-de-marée de Twit­ter et con­sorts.”

Mauvaise publicité pour Matthieu Pigasse

Pigasse, ban­quier heureux est moins chanceux dans les médias. Con­traint de reven­dre une par­tie de sa par­tic­i­pa­tion dans Le Monde au tchèque Kretinsky, Radio Nova qui viv­ote, Rock en Seine en petite forme, l’affaire Can­tat, la baisse cat­a­strophique des ventes et main­tenant la Ligue du LOL et une défense qui peut paraître mal­adroite d’Elisabeth Labor­de : je n’ai rien vu, je ne savais rien, c’est pas moi, c’est les autres. L’hebdomadaire appa­raît comme un bateau ivre sans gou­ver­nail ni per­son­ne à la barre sinon un cap­i­tanat qui se défausse en chargeant ses col­lab­o­ra­teurs. De quoi s’agacer et s’inquiéter.

L’entretien de l’intéressée à France Inter du 7 mars 2019 où elle se s’exonère gen­ti­ment en par­lant d’une péri­ode où elle n’était pas là n’a rien dû arranger. Elle était secré­taire général de la hold­ing des LNEI depuis jan­vi­er 2017 (respon­s­able notam­ment des ques­tions sociales) et direc­trice de la pub­li­ca­tion depuis juin 2017. Pour l’actionnaire prin­ci­pal, l’argument « je ne savais rien » sem­ble dif­fi­cile à enten­dre.

Arrive Emmanuel Hoog à la tête des entre­pris­es médias de Pigasse. Le 2 mai 2019 il est nom­mé directeur général des LNEI la hold­ing média de Pigasse en rem­place­ment de Bernard Zekri qui reste DG de Radio Nova. Elis­a­beth Labor­de qui aupar­a­vant pou­vait ambi­tion­ner de suc­céder à Zekri sent sa posi­tion men­acée et demande à par­tir via une rup­ture con­ven­tion­nelle. La négo­ci­a­tion se passe mal et ce sera in fine un licen­ciement sec le 19 juil­let 2019. Con­traire­ment à ce qu’affirme Lau­rent Mauduit dans Médi­a­part du 17 juil­let, ce licen­ciement est bien con­sé­cu­tif à une demande avortée de rup­ture con­ven­tion­nelle et y voir une part de « machisme » n’est qu’un con­tre­sens, symp­tôme du fémin­isme mal­adif du moment.

Voir aussi

Retour sur la Ligue du LOL, une analyse fouil­lée sur Medi­um

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Camille Vigogne Le Coat

PORTRAIT — C’est la petite jour­nal­iste libérale lib­er­taire qui monte. Dis­sim­u­lant der­rière un joli minois une volon­té de nuire à toutes les per­son­nal­ités de la droite non alignée, Camille Vigogne Le Coat se rêve en nou­velle Ari­ane Chemin sa con­sœur du Monde.

Laurent Joffrin

PORTRAIT — Lau­rent Jof­frin, de son vrai nom Lau­rent (André Marie Paul) Mouchard est né en juin 1952 à Vin­cennes. Sa car­rière se car­ac­térise par des allers et retours inces­sant entre Libéra­tion et Le Nou­v­el Obser­va­teur.

Nicolas Beytout

PORTRAIT — Groupe de Bilder­berg, Le Siè­cle, Medef, Com­mis­sion Tri­latérale, ami intime de Nico­las Sarkozy, petit-fils de l’ancienne pro­prié­taire des Échos, Nico­las Beytout est LE porte-voix de la pen­sée unique mon­di­al­iste dans les médias.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).