Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
L’Absurdistan français vu par les médias, Allemagne et France

26 novembre 2020

Temps de lecture : 6 minutes
Accueil | Veille médias | L’Absurdistan français vu par les médias, Allemagne et France

L’Absurdistan français vu par les médias, Allemagne et France

Le 12 novembre 2020, le journal allemand Die Zeit publiait un article sur l’« Absurdistan autoritaire » imposé par le gouvernement français à ses concitoyens. Les règles du confinement dans notre pays y sont décrites sans concession. Mais le sujet est loin d’avoir été épuisé, comme en témoignent de nombreux articles et émissions à ce sujet. Revue de presse des délires technocratiques.

La plume acerbe de la journaliste du Zeit

La jour­nal­iste de l’hebdomadaire alle­mand d’information et d’analyse poli­tique Die Zeit, Anni­ka Joeres, avait-elle mesuré que son arti­cle allait avoir un impact aus­si impor­tant en France ? Peut-être pas. Ce regard étranger a mis des mots sur une réal­ité que les Français con­nais­sent trop bien. Bien que factuelle, la descrip­tion a fait mouche auprès de nom­breux lecteurs tant out­re-Rhin qu’en France. Il est vrai qu’il y a de la matière :

  • des « ainés inter­dits de baig­nage mal­gré un avis médi­cal », comme le soulig­nait égale­ment un reportage du Huff­post le 7 novem­bre,
  • des sor­ties d’agrément de son domi­cile lim­itées à une heure et dans un ray­on de un kilo­mètre, ce qui expose les promeneurs urbains aux exha­laisons des joggeurs, alors que les parcs et forêts sont vides,
  • les Français qui s’autorisent à sor­tir de chez eux en sig­nant leur bon de sortie,
  • la méfi­ance de nom­breux Français vis-à-vis des règles imposées par le gou­verne­ment, qui se con­tre­dis­ent parfois,
  • les super­marché qui ne sont plus autorisés à ven­dre des livres, des jou­ets, des vête­ments et des chaus­sures, avec le spec­ta­cle hal­lu­ci­nant de livres et de chaus­sons recou­verts de rubalis­es car con­sid­érés comme « non essentiels »,
  • les déci­sions de san­té publique pris­es de façon monar­chique par le prési­dent de la République en « Con­seil de défense », une instance qui n’existe pas dans les institutions,
  • un état d’urgence san­i­taire voté pour cinq mois qui donne des pou­voirs exor­bi­tants au gou­verne­ment et sus­pend nom­bre de lib­ertés publiques,
  • la con­cen­tra­tion du pou­voir par une caste d’énarques très éloignés des réal­ités des Français.

L’article a entrainé beau­coup de réac­tions en France. Pour n’en citer que quelques-unes :

Des exemples à rire et à pleurer

La lec­ture des médias nous apprend que les autorités français­es ne se sont pas arrêtées en si bon chemin.

France bleu nous informe le 15 novem­bre qu’« une librairie reste ouverte à Cannes, mal­gré le con­fine­ment ». La gérante indique que l’ouverture de sa librairie est une ques­tion de survie et que « les policiers sont passés deux fois indi­quant (à la gérante) qu’elle serait bien­tôt ver­bal­isée ». On apprend qu’un mou­ve­ment de sol­i­dar­ité a vu le jour, avec des écrivains qui se sont engagés à pay­er les amendes aux­quelles la com­merçante s’expose. Sur Sud Radio le 17 novem­bre, l’écrivain Alexan­dre Jardin indique que la librairie encourt une fer­me­ture admin­is­tra­tive. Il ajoute que « le Click&Collect en librairie n’ap­porte même pas de quoi pay­er un loy­er ».

« En même temps », BFM Busi­ness nous informe qu’ « Ama­zon a triplé son béné­fice net au troisième trimestre ». L’article de la chaîne économique vante les vel­léités « sociales »  du patron de l’entreprise de vente en ligne. Il est vrai que Jeff Bezos a fort à faire, entre « opti­mi­sa­tion fis­cale », destruc­tion des inven­dus soulignée par le jour­nal­iste Benoît Berth­elot sur France Inter et mau­vais­es con­di­tions de tra­vail de ses salariés, aux États-Unis selon Phone Android comme au cen­tre de Mon­téli­mar selon Cap­i­tal.

Aurons-nous un sapin de noël cette année ? La ques­tion peut sem­bler saugrenue. Le gou­verne­ment a pour­tant longtemps tenu les Français en haleine. Le Point rap­pelle le 17 novem­bre qu’un « décret (a été) pris par le gou­verne­ment après la fronde des libraires et des petits com­merçants, inter­dis­ant la vente des « pro­duits non essen­tiels » dans les com­merces restés ouverts ». Par­mi ceux-ci : les sap­ins de noël…

« Vous pou­vez acheter votre sapin de noël dès ce ven­dre­di », nous informe avec sat­is­fac­tion La Dépêche.

Faire ses cours­es était autre­fois une tâche anodine. Le con­fine­ment a changé la donne. Ne vous avisez pas à faire vos cours­es dans un autre départe­ment, vous vous exposez à la maréchaussée. C’est le sort qu’ont con­nu des habi­tants d’Eure et Loir « ver­bal­isés pour avoir fait leurs cours­es… en Essonne », le départe­ment voisin, nous informe Le Parisien le 19 novem­bre.

Pen­dant ce temps, les « vio­lences urbaines » con­tin­u­ent en ban­lieue, comme à Vaulx-en-Velin le 19 novem­bre, dans plusieurs com­munes du départe­ment de l’Ain le 14 novem­bre, à Macon, Cler­mont-Fer­rand et Sois­sons le 14 novem­bre, Vénissieux le 11 novem­bre, Valence et Romans-sur-Isère le 7 novem­bre, Oyon­nax le 6 novem­bre, lors de la nuit d’Halloween un peu partout en France selon Europe 1.

Par con­tre, les médias qui ont con­sacré un arti­cle à ces vio­lences ne don­nent aucune infor­ma­tion sur d’éventuelles ver­bal­i­sa­tions pour non-respect du con­fine­ment par les jeunes des cités. S’agit-il d’un autre sujet ou alors, une fois de plus, comme lors du pre­mier con­fine­ment, s’agit-il d’être fort avec les faibles et faible avec les forts ?

Le Préfet de police des Bouch­es-du-Rhône a organ­isé une opéra­tion de con­trôle des attes­ta­tions, de jour, il est vrai. S’exprimant au micro de BFMTV, il souligne que « per­son­ne par­mi les vendeurs et les acheteurs de drogue n’avait d’attestation ».

« En 2020, il est donc pire de sor­tir sans attes­ta­tion que de ven­dre de la drogue », souligne le séna­teur Jere­my Bac­chi sur Twit­ter.

Le deuxième confinement moins bien vécu que le premier

Plusieurs médias met­tent en avant l’impact économique du ralen­tisse­ment for­cé de l’activité.

La Tri­bune souligne de façon très factuelle qu’ « un mois de con­fine­ment coûte “entre 50 et 75 mil­liards d’eu­ros” et près de 3 points de PIB à l’é­conomie, en plus de mesures de relance qui vont être mul­ti­pliées par l’État ».

L’Opinion nous informe le 18 novem­bre que « Privés de débouchés, les pro­fes­sion­nels de l’agroalimentaire qui ali­mentent les cafés et restau­rants français craig­nent, eux aus­si, les fail­lites massives ».

Der­rière les chiffres et les sta­tis­tiques qui dégringo­lent, il y a des hommes et des femmes.

Sur CNews, un médecin général­iste affirme le 11 novem­bre : « Par­mi nos patients il y a des com­merçants, des arti­sans… Ils nous dis­ent tous qu’ils sont à bout (…) En 40 ans de car­rière je n’ai jamais vu ça ».

Alors qu’en Bel­gique, le sui­cide mi-novem­bre d’une indépen­dante fait la une des cou­ver­tures de nom­breux médias, en France, les médias de grand chemin essaient de tenir le pub­lic en haleine avec les affaires Daval et Fourniret. Des affaires qui sont tout sauf représen­ta­tives de la pri­or­ité du moment pour de nom­breux entre­pre­neurs et salariés privés d’emplois : survivre.

Un confinement qui fait douter

Sur les plateaux de télévi­sion, des pro­fes­sion­nels de san­té émet­tent des doutes sur l’efficacité du confinement.

Sur CNews, le pro­fesseur Michaël Pey­ro­mau­re, chef du ser­vice d’urologie de l’hôpital Cochin à Paris estime qu’« on va mas­sacr­er un pays pour sauver 10 ou 20 ou 30 000 vies ». À plusieurs repris­es lors d’un débat le 18 novem­bre, il estime hum­ble­ment « ne pas savoir » si le con­fine­ment est effi­cace. Le pro­fesseur souligne égale­ment l’absence d’utilisation max­i­male de la « réserve » dans les hôpi­taux et des places disponibles dans les clin­iques privées.

Lors de l’émission « Bercoff dans tous ses états » le 19 novem­bre, le Pro­fesseur J.-F. Tou­s­saint présente une étude sci­en­tifique menée dans de nom­breux pays qui aboutit à une con­clu­sion édi­fi­ante : le con­fine­ment n’au­rait aucun impact sur la mortalité.

Pour parachev­er le tout, le 17 novem­bre lors du JT de LCI, une jour­nal­iste apporte plusieurs élé­ments met­tant en avant l’absence de lien entre le con­fine­ment et la baisse de la pandémie observée durant les dernières semaines.

Dans l’édition du 21 novem­bre du Figaro, Jean-Louis Théri­ot appelle à « sor­tir de l’Absurdistan, vite ». Les chiffres qu’il présente sur la stratégie du gou­verne­ment, qui con­fine plus qu’il ne teste et n’isole, sont cru­els pour la France par rap­port à d’autres pays européens.

L’état psy­chique de nom­breux français se détéri­ore. Sput­niknews donne la parole à une psy­chi­a­tre qui rap­pelle qu’« être coupé de la vie sociale rend fou ». Dans un arti­cle du 16 novem­bre, Le Parisien souligne que « le con­fine­ment fait cra­quer les plus jeunes » dont cer­tains, de plus en plus nom­breux, sont en proie à la dépres­sion et aux idées suicidaires.

Un confinement de plus en plus impopulaire

Si les man­i­fes­ta­tions con­tre le con­fine­ment se mul­ti­plient en France, c’est en toute dis­cré­tion médi­a­tique. Des com­merçants, comme à Gap, des croy­ants qui récla­ment le droit d’exercer leur culte, dans de nom­breuses villes de France, de citoyens qui man­i­fes­tent dans dif­férentes villes de France, tout cela est acces­soire à voir le black-out médi­a­tique à ce sujet.

Comme le souligne l’économiste Philippe Her­lin sur son compte Twit­ter le 20 novembre :

« Il y a de nom­breuses et régulières man­i­fes­ta­tions con­tre le #con­fine­ment et la fer­me­ture des #com­merces, mais dont les médias nationaux ne par­lent pas… ».

Dans ces con­di­tions, il ne faut pas s’étonner que les Français cherchent l’information ailleurs, comme en témoigne le suc­cès phénomé­nal du récent doc­u­men­taire « Hold up »

Pour pren­dre un peu de recul vis-à-vis d’un gou­verne­ment qui sem­ble – très mal — gér­er son risque pénal à l’aune des entrées en réan­i­ma­tion, sig­nalons la récente con­férence d’Olivi­er Rey sur « l’idolâtrie de la vie », qui retrace l’évolution de la représen­ta­tion de la mort en France dans l’histoire. Ou bien voir le dossier dirigé par Ludovic Maubreuil dans la revue Élé­ments, numéro octobre/novembre 2020. On peut y trou­ver bien des expli­ca­tions tant sur l’hystérie du moment que sur le remède de cheval imposé aux Français.

Derniers portraits ajoutés

Jean-Michel Décugis

Jean-Michel Décugis est surtout con­nu pour ses bévues jour­nal­is­tiques, ali­men­tant en infox/fake news les médias pour lesquels il travaille.

Claude Perdriel

PORTRAIT — Claude Per­driel, décrit partout comme un amoureux de la presse, est surtout un homme d’af­faires con­va­in­cu de ses idéaux de gauche pour lesquels il a bâti un empire d’in­flu­ence grâce à l’ar­gent des sani­broyeurs qu’il a inventé.

Laurence Haïm

PORTRAITS — Née le 14 novem­bre 1966 à Paris, Lau­rence Haïm est jour­nal­iste poli­tique à l’in­ter­na­tion­al. En 2017, elle devient pour quelques mois porte-parole de La République en Marche.

Samuel Gontier

Jour­nal­iste chez Téléra­ma, blogueur et désor­mais auteur, Samuel Gon­tier s’applique con­scien­cieuse­ment à dénich­er le “faschisme” (pronon­ci­a­tion a l’Italienne), l’Islamophobie et le racisme, SURTOUT là où ils ne sont pas.

David Perrotin

PORTRAIT — David Per­rotin a réus­si, en quelques années, à se forg­er une répu­ta­tion de mil­i­tant de gauche doté d’une carte de presse. Il est vrai que l’orientation de ses arti­cles est sans ambiguïté, tous les dis­cours et toutes les thé­ma­tiques tra­di­tion­nelle­ment asso­ciées à la droite étant sys­té­ma­tique­ment discrédités.