Ojim.fr
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
La Furia et le féminisme

9 novembre 2023

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | La Furia et le féminisme

La Furia et le féminisme

Temps de lecture : 2 minutes

Lors de son lancement fin 2021, nous avions présenté la revue du trio dans l’ordre alphabétique, Marsault, Obertone, Papacito, animateurs de la revue. Deux ans et 8 numéros plus tard, la revue trimestrielle célèbre son deuxième anniversaire avec un numéro « féministe ».

Féminisme, voilà du boudin

Un titre accrocheur qui donne le ton. Les fémin­istes de Marsault sont des insultes à l’amour et la car­i­ca­ture est par­fois dépassée par la réal­ité que l’on peut crois­er dans la rue ou sur les plateaux de télévi­sion (voir notre por­trait de Marine Baous­son à titre d’exemple).

Alors que le ciné­ma de genre est regret­table­ment émas­culé (auteur Romain R. Mar­tin, dessins Marsault), Papac­i­to exprime sa nos­tal­gie des homo­sex­uels arti­sanaux d’antan rem­placés par du « néo-pédé indus­triel et sans car­ac­tère » et Stéphane Édouard ter­mine son pal­marès admi­ratif des P.P.P.P. pal­marès des pires putes de Paris con­nues aus­si sous d’autres noms : bich­es, demi-mondaines, cour­tisanes, cocottes, grisettes, lau­rettes, lionnes et autres louves.

Nous exp­ri­mons notre préférence pour Augusti­na Otero Igle­sias, la belle Otero dont l’adage fut « Quand un homme est riche, il n’est plus laid », ce qui ne l’empêchera pas de mourir dans la mis­ère, emportée par sa pas­sion du jeu.

Un classement des femmes

Après un Ode aux lou­ves (Peno/Marsault) on peut s’intéresser au classe­ment de la femme désir­able selon des critères internes « La Furia » : beauté physique, fer­til­ité, per­for­mance sex­uelle, finances, cui­sine et con­fi­tures. Per­son­ne ne sera sur­pris de la dernière place de la Parisi­enne, ni de la pre­mière place de l’Alpine (encore que l’auteur de ces lignes préfère la Nor­mande seule­ment troisième), ni la sec­onde place de la Corse. On pour­ra regret­ter que l’Africaine soit supérieure à la Bre­tonne et les nordistes con­tes­teront avec indig­na­tion la dernière place de la Chtimi.

Aver­tisse­ment salu­taire de la pre­mière page de ce numéro huit :

« La Furia est une revue d’actualité satirique. Si vous êtes un indigné stan­dard, il est très pos­si­ble que votre pso­ri­a­sis s’aggrave à chaque ligne ». Dans le cas con­traire, le numéro est en vente en kiosque et dans cer­taines librairies.

La Furia, Fémin­isme, tiens voilà du boudin, octo­bre-décem­bre 2023, 140p, 14,90 €

NB : Sig­nalons sur les rap­ports hommes-femmes le dernier ouvrage de Lau­rent Ober­tone, Raisonnable­ment sex­iste, édi­tions Magnus.