Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Les « mâles blancs » en ligne de mire : qu’en disent les médias ?

11 août 2018

Temps de lecture : 5 minutes
Accueil | Veille médias | Les « mâles blancs » en ligne de mire : qu’en disent les médias ?

Les « mâles blancs » en ligne de mire : qu’en disent les médias ?

Red­if­fu­sion. Pre­mière dif­fu­sion le 10 juil­let 2018

Le moins qu’on puisse dire, c’est que les « mâles blancs » n’ont pas bonne presse ces derniers temps. Sans parler de la dénomination désormais utilisée sans complexe (oserait-on évoquer les « femelles noires »), il devient courant dans certains milieux de fustiger ceux qui composent encore une large part de la population française. De quoi cette stigmatisation est-elle le nom et quel en est le traitement par les médias ? Il nous a paru important d’en faire une revue de presse.

Quelques précédents très médiatiques

En précurseur, avant qu’elle ne soit débar­quée avec perte et fra­cas, la Prési­dente d’Areva affir­mait en 2009 qu’« à com­pé­tences égales, eh bien désolée, on choisira la femme ou on choisira la per­son­ne venant de… autre chose que le mâle blanc, pour être clair ».

En sep­tem­bre 2015, la Prési­dente de France Télévi­sions Del­phine Ernotte esti­mait qu’ « on a une télévi­sion d’hommes blancs de plus de 50 ans et ça, il va fal­loir que ça change ».

En févri­er 2017, le can­di­dat à l’élection prési­den­tielle E. Macron fai­sait le con­stat au mag­a­zine Causette que « la société poli­tique, elle est mâle. Ce sont des mâles blancs de plus de 50 ans. »

En mars 2018, le désor­mais Prési­dent de la République souhaitait au Col­lège de France, dans un dis­cours sur l’in­tel­li­gence arti­fi­cielle, que les acteurs de ce secteur ne soient pas tous des « mâles blancs quadragé­naires for­més dans les uni­ver­sités européennes ou améri­caines ».

Plus près de nous, le 22 mai, le Prési­dent Macron pointait selon France Info « sans le nom­mer explicite­ment un rap­port (sur les ban­lieues NDLR) remis par l’an­cien min­istre Jean-Louis Bor­loo » : « Que deux mâles blancs ne vivant pas dans ces quartiers s’échangent l’un un rap­port, l’autre dis­ant on m’a remis un plan, je l’ai décou­vert … Ce n’est pas vrai. Cela ne marche plus comme ça ».

RT Actu nous relate que le 4 juin, lors de la présen­ta­tion de ses propo­si­tions pour « trans­former l’au­dio­vi­suel pub­lic », la min­istre française de la Cul­ture a affir­mé à l’adresse de Del­phine Ernotte :

« Del­phine, tu as dû te sen­tir bien seule lorsque tu por­tais un con­stat à la fois évi­dent et courageux. “L’homme blanc de plus de 50 ans”, vous vous en sou­venez. Tu n’es plus seule. Je porterai cette exi­gence avec autant de pas­sion qu’au sein de mon min­istère. Je n’aurai pas de tabou ».

Quelles ont été les réac­tions des médias aux pro­pos du Prési­dent de la République con­cer­nant les « mâles blancs » inca­pables de résoudre les prob­lèmes de la ban­lieue ?

Les réac­tions vont du con­stat et de l’explicitation à la dénon­ci­a­tion :

Par­mi les médias qui ne s’offusquent pas du dis­cours racial­iste du Prési­dent de la République, on trou­ve la rubrique Dés­in­tox co pro­duite par Arte et le jour­nal Libéra­tion. Les jour­nal­istes de la chaine publique ne s’intéressent qu’à la pater­nité de l’expression « mâle blanc ». Celle-ci ne serait pas un voca­ble exclusif des Indigènes de la République, un mou­ve­ment dont Thomas Guénolé, un poli­to­logue proche de la France Insoumise, a accusé son leader d’être « raciste, misog­y­ne et homo­phobe ». Le terme aurait pour orig­ine les travaux sur le « priv­ilège blanc » de l’universitaire Peg­gy Mac Intosh.

Le Huff­post indique de façon factuelle qu’« en huit ans, le dis­cours de Macron sur les “mâles blancs” a bien changé : « En 2010, le futur prési­dent refu­sait de s’ex­cuser d’être un jeune mâle blanc diplômé ».

Pour L’Humanité, le mes­sage du Prési­dent, c’est « un mâle blanc qui décide de tout mais se lave les mains en sig­nifi­ant à des mil­lions de citoyens qu’ils n’ont qu’à régler « leurs » prob­lèmes eux-mêmes ». Le con­stat est social. Par con­tre, pas un mot sur les mâles blancs implicite­ment accusés d’incompétence. Même analyse dans une tri­bune pub­liée par Le Monde : « L’expression “mâles blancs” envoie aux ban­lieues le mes­sage que la République les aban­donne ».

Ouest-France s’en tient au fait que « Macron iro­nise sur “deux mâles blancs” qui s’échangent un plan ». Europe 1, comme de nom­breux autres organes d’informations, se lim­ite à faire état « des cri­tiques à droite et à l’ex­trême droite » au sujet de l’emploi de l’ex­pres­sion “mâles blancs” par le Prési­dent de la République.

Les analyses critiques

Les cri­tiques du terme « mâle blanc » se trou­vent essen­tielle­ment dans la presse d’opinion de droite, à l’exception notable d’une tri­bune d’un uni­ver­si­taire dans l’Obs. Celui-ci estime que « l’expression caté­gorise. Autant dire qu’elle car­i­ca­ture. Elle oppose les per­son­nes de manière rad­i­cale et tranchée, sur la base d’un seul critère, physique de sur­croît : la peau. Retour aux exclu­sions d’un autre temps. Ceux qui con­sid­èrent que cette dis­tinc­tion jus­ti­fie et rend légitime un droit dif­féren­tiel à pren­dre la parole oublient un peu vite qu’elle s’enracine dans le manichéisme som­maire des théories racistes du XIXe siè­cle ».

Sophie Coignard s’exprime dans Le Point : « Mâle blanc : voilà le prési­dent qui sem­ble gliss­er sur la pente savon­neuse du com­mu­nau­tarisme sans corde de rap­pel. Car l’ex­pres­sion qu’il utilise emprunte au vocab­u­laire choisi par les chantres du séparatisme eth­nique et autres organ­isa­teurs d’assem­blées non mixtes ou inter­dites aux Blancs ».

Gilles William Gold­nadel dans une tri­bune du Figaro affirme : « Il ne serait pas arrivé au cerveau du Prési­dent d’évo­quer la couleur d’un Français blanc pour le com­pli­menter, par exem­ple, pour un exploit sportif. Mais pour dénier à deux hommes blancs la com­pé­tence à stat­uer sur les ban­lieues, la chose était pos­si­ble sans com­met­tre une trans­gres­sion médi­a­tique­ment, intel­lectuelle­ment et poli­tique­ment insup­port­able ».

Bar­bara Lefeb­vre signe une tri­bune dans Valeurs actuelles du 31 mai : « L’élément de lan­gage “racisé” du Prési­dent de la République indique l’horizon d’action de sa poli­tique (du Prési­dent NDLR). Il nous dit que la France doit opter pour le trib­al­isme racial­iste car ici ou là la séces­sion est actée ».

Causeur résume le buzz médi­a­tique au fait que « les pro­pos de Macron sur les “mâles blancs”, la presse de gauche n’en par­le plus à l’exception peut-être de Mar­i­anne ». Le jour­nal­iste con­clut au sujet de l’expression con­testée : « Même inver­sé, le racisme reste pour­tant du racisme ».

À lire

50 raisons de se sentir coupables

En pous­sant plus avant les recherch­es sur l’origine du terme « mâle blanc », une de ses inspi­ra­tri­ces, l’universitaire Peg­gy Mac Intosh, nous invite à une démarche en pro­fondeur de con­tri­tion et de cul­pa­bil­ité. La créa­trice du con­cept de « priv­ilège blanc » pro­pose pas moins de 50 exa­m­ens de sit­u­a­tions de la vie quo­ti­di­enne où le Blanc peut (doit ?) ressen­tir ses priv­ilèges indus. Nul doute que cet exer­ci­ce de con­tri­tion béné­fi­cie à la société dans son ensem­ble. Et qu’il aboutisse à amender nos com­porte­ments haute­ment mais incon­sciem­ment fau­tifs.

Hormis les médias d’opinion cat­a­logués à droite, l’emploi du terme de « mâle blanc » a sus­cité peu d’émoi dans les jour­naux et chaines d’information général­istes. On en oublierait presque l’essentiel : ce qui pointe dans ce novlangue est la stig­ma­ti­sa­tion, voire l’éviction d’individus – jour­nal­istes, pro­fes­sion­nels – non parce qu’incompétents mais parce que Blancs. Pour para­phras­er Bar­bara Lefeb­vre, on savait depuis Aris­tote que « l’homme est un ani­mal poli­tique ». À en juger l’absence de réac­tions de la société civile et de nom­breux médias, on com­prend main­tenant que la France est un zoo.

À sig­naler dans ce con­texte l’action en jus­tice d’un col­lec­tif con­tre les pro­pos de la Min­istre de la Cul­ture en sou­tien à la Prési­dente de France Télévi­sions. Nous con­clurons sur une cita­tion du philosophe autrichien Lud­wig Wittgen­stein. « Les fron­tières de mon lan­gage sont les fron­tières de mon monde ». C’était il y a un siè­cle, mais n’est-ce pas d’actualité ?

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.

Patrick Drahi

PORTRAIT — À la tête d’un empire économique colos­sal, Patrick Drahi a com­mencé à s’intéresser aux médias à par­tir des années 2000, rachetant Libéra­tion, L’Express, L’Expansion, Stu­dio Ciné Live, Lire, Mieux vivre votre argent, Clas­si­ca, etc., avant de lorgn­er vers le groupe Nex­tRa­dioTV.

Ivanne Trippenbach

PORTRAIT — Ivanne Trip­pen­bach est une jour­nal­iste de L’Opinion qui a fait de “l’extrême-droite” son cheval de bataille, a grand coups de dénon­ci­a­tions choc. Pour dia­bolis­er son adver­saire idéologique, la jour­nal­iste n’est pas à un détail près.

Paul Amar

PORTRAIT — Paul Amar est né le 11 jan­vi­er 1950 à Con­stan­tine (Algérie) de Charles (agent de la SNCF) et Julie Ghenas­sia. La famille sera rap­a­triée en 1961 et s’installera dans la région lyon­naise.