Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Joffrin et Collin laissent leur place à la tête du Nouvel Obs
Publié le 

14 mars 2014

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Joffrin et Collin laissent leur place à la tête du Nouvel Obs

Joffrin et Collin laissent leur place à la tête du Nouvel Obs

Comme prévu, la direction du Nouvel Observateur a été poussée vers la sortie en vue du rachat du titre par le trio Bergé-Niel-Pigasse.

Ain­si Nathalie Collin, directeur général, et Lau­rent Jof­frin, directeur de la rédac­tion, tous deux coprési­dents du direc­toire, ont-ils annon­cé mer­cre­di 12 mars leur démis­sion. Cette démis­sion inter­vient suite « à la réal­i­sa­tion de l’opéra­tion d’ac­qui­si­tion du Nou­v­el Obser­va­teur par LML de manière à laiss­er la place à une nou­velle gou­ver­nance et une nou­velle équipe », annonce le com­mu­niqué.

Claude Per­driel, pro­prié­taire du mag­a­zine, et les futurs action­naires du groupe Le Monde Libre (LML) « ont remer­cié (…) de leur col­lab­o­ra­tion et de leur tra­vail ces dernières années ». « Par ailleurs, Claude Per­driel et les trois asso­ciés de LML ont indiqué qu’ils souhaitaient que Lau­rent Jof­frin, qui a accom­pa­g­né le développe­ment du jour­nal depuis 1988, puisse pour­suiv­re sa col­lab­o­ra­tion dans les pages du “Nou­v­el Obser­va­teur” en tant qu’édi­to­ri­al­iste », propo­si­tion qu’il a accep­té. « Dans l’at­tente de la nom­i­na­tion d’un nou­veau Direc­toire, Lau­rent Jof­frin garde toutes ses respon­s­abil­ités à la tête du jour­nal », con­clut le com­mu­niqué. La tran­si­tion se fera à la mi-avril, quand l’Autorité de la con­cur­rence aura validé le rachat du titre par le trio B‑N-P.

Ces derniers s’étaient enten­dus en jan­vi­er dernier avec Claude Per­driel pour racheter 65% des parts de l’hebdomadaire pour un prix « sym­bol­ique » de 13,4 mil­lions d’euros. Per­driel, le fon­da­teur du titre, con­servera 35%. « Quand il y a une ces­sion majori­taire du cap­i­tal dans une entre­prise défici­taire, il n’est pas illogique qu’une dynamique nou­velle implique une nou­velle incar­na­tion. Et pour créer une dynamique, mieux vaut qu’une nou­velle équipe soit en place lorsque la ces­sion sera effec­tive », a‑t-on réa­gi chez LML.

Un rachat qui a lieu dans une sit­u­a­tion extrême­ment dif­fi­cile pour le pre­mier mag­a­zine d’actualité français. Lour­de­ment défici­taire, Le Nou­v­el Obser­va­teur a per­du 9,8 mil­lions d’euros en 2013, a annon­cé LML. Si ses ventes (500 000 par semaine) restent plutôt sta­bles grâce à un grand nom­bre d’abonnés indi­vidu­els (400 000), le jour­nal souf­fre comme l’ensemble du secteur de l’effondrement du marché pub­lic­i­taire. L’une des con­di­tions don­nées par Per­driel aux nou­veaux pro­prié­taires a d’ailleurs été que le rachat n’entraine pas de plan social.

Quoi qu’il en soit, suite aux démis­sions de Jof­frin et Collin, Le Monde Libre veut un nou­veau direc­toire, un tan­dem com­posé d’un ges­tion­naire et d’un respon­s­able édi­to­r­i­al. Pour l’heure, aucun nom n’a fil­tré offi­cielle­ment mais on par­le déjà, pour la direc­tion de la rédac­tion, de Renaud Dély (Obs), de Vin­cent Giret et Arnaud Lep­ar­men­tier (Le Monde), ou encore de Matthieu Crois­sandeau (Le Parisien).

À 62 ans, Lau­rent Jof­frin quitte le Nou­v­el Obs pour la troisième fois. Un départ qui, cette fois-ci, sera prob­a­ble­ment sans retour. « Nous avons un pince­ment au cœur car Lau­rent Jof­frin était très respec­té. Qu’il reste comme édi­to­ri­al­iste est ras­sur­ant », a expliqué un jour­nal­iste à Média+. Un son de cloche dif­férent s’est fait enten­dre du côté de Libéra­tion. Un salarié de l’Obs a affir­mé qu’« il n’y avait plus d’ad­hé­sion à Jof­frin au sein de la rédac­tion ». Côté direc­tion, les rela­tions entre Jof­frin et Claude Per­driel s’était ten­dues ces derniers temps, entraî­nant des crises devant la rédac­tion au sujet des unes du mag­a­zine. Lau­rent Jof­frin, directeur de la rédac­tion, reprochait en effet à Per­driel d’empiéter sur son domaine et de s’attribuer des pou­voirs édi­to­ri­aux.

Enfin, Matthieu Pigasse, de la banque Lazard, est en passe de devenir un mag­nat des médias. Déjà pro­prié­taire des Inrocks, du jour­nal Le Monde (avec Pierre Bergé et Xavier Niel) et action­naire du Huff­in­g­ton Post, il pour­rait être nom­mé à la prési­dence du con­seil du Nou­v­el Obser­va­teur lorsque le rachat sera effec­tif…

Infographies liées : Groupe Le MondeMatthieu PigasseXavier Niel

Portraits liés : Laurent JoffrinClaude Perdriel

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coro­n­avirus.

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

Cyrille Eldin

PORTRAIT — Né au Ches­nay, près de Ver­sailles, en mai 1973, Cyrille Eldin est un acteur et ani­ma­teur français. Il accède à la célébrité en 2016, lorsqu’il rem­place Yann Barthès à la tête du « Petit Jour­nal » sur Canal Plus.

Christophe Alévêque

PORTRAIT — Né le 29 octo­bre 1963 au Creusot (71), Christophe Alévêque est un humoriste « engagé » à gauche. Il fait par­tie depuis 2016 du pool d’hu­moristes offi­ciels de France Inter, mis­sion­nés pour démolir, avec l’ar­gent du con­tribuable, les enne­mis poli­tiques et idéologiques de l’État social­iste.

Éric Naulleau

PORTRAIT — Éric Naul­leau, la gauche qui agace la gauche. « Moi, je suis con­sid­éré par la gauche comme un enne­mi. Elle me com­bat. C’est ain­si. Mais Naul­leau, lui, est con­sid­éré comme un traître ! Et c’est bien pire… » Éric Zem­mour, Valeurs Actuelles, 2012.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision