Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Accueil | Veille médias | Hongrie : Libération ment, des médias partagés entre pro et anti-Orban
Hongrie : Libération ment, des médias partagés entre pro et anti-Orban

11 mars 2021

Temps de lecture : < 1 minute

Accueil | Veille médias | Hongrie : Libération ment, des médias partagés entre pro et anti-Orban

Hongrie : Libération ment, des médias partagés entre pro et anti-Orban

Hongrie : Libération ment, des médias partagés entre pro et anti-Orban

Il est parfois difficile de départager le journalisme de paresse (ou d’incompétence) du journalisme de propagande. Libération du 10 mars 2021 illustre sa couverture sous le titre « Médias en Europe, la censure se lève à l’est ».

Taisons — par bon­té — le nom du jour­nal­iste qui pour illus­tr­er son pro­pos inter­roge l’Inter­na­tion­al Press Insti­tute (IPI), une éma­na­tion directe de l’Open Soci­ety de George Soros. Gageons que l’IPI repren­dra l’article de Libéra­tion qui à son tour repren­dra l’IPI ou une autre éma­na­tion de Soros sur les médias comme Project Syn­di­cate. Un jeu de miroirs assez effi­cace et l’exact con­traire du journalisme.

Nous extrayons une pho­togra­phie du rap­port de force entre médias pro et anti Orban faite fin 2018 et que nous avons pub­lié en août 2020 (la sit­u­a­tion peut avoir légère­ment évoluer depuis) qui donne une image plus juste des rap­ports de forces.

Com­para­i­son des capac­ités d’audience des médias :

  • Anti-gou­verne­men­taux : 4 440 630
  • Pro-gou­verne­men­taux : 3 092 527 (dont KESMA : 2 232 062)

Par caté­gorie de média :

  • TV : 54% anti, 46% pro
  • Radio :      53% anti, 47% pro
  • Papi­er : 28% anti, 72% pro
  • Inter­net : 71% anti, 29% pro

Au total, en 2018 la répar­ti­tion des audi­ences en général est la suiv­ante : 59% d’audience pour les médias anti-gou­verne­men­taux et 41% d’audience pour les médias pro-gou­verne­men­taux (fin 2018). Avec de pos­si­bles erreurs de cal­cul à la marge, des chiffres qui sem­blent proches d’un 50/50.

N’hésitez pas à con­sul­ter notre dossier en trois par­ties sur les médias en Hon­grie : par­tie 1, par­tie 2, par­tie 3 (con­clu­sion).

Voir égale­ment, un arti­cle de décem­bre 2020 de notre con­frère Junge Frei­heit sur l’influence de Project Syn­di­cate et de George Soros en Alle­magne.

Publicité

Sur le même sujet

Related Posts

Derniers portraits ajoutés

Pierre Plottu

PORTRAIT — Pierre Plot­tu, spé­cial­iste auto­proclamé de l’ex­trême-droite, a l’at­ti­rail du par­fait mil­i­tant. Vic­time col­latérale du virage édi­to­r­i­al de France-Soir, dont il fut viré sans ménage­ment, il prophé­tise dans Libéra­tion et Slate.

Gaël Brustier

PORTRAIT — Poli­to­logue né en 1978, Gaël Brusti­er a longtemps lou­voyé entre plusieurs chapelles de la gauche sou­verain­iste, dans l’e­spoir de rénover une sociale-démoc­ra­tie acquise au néolibéralisme.

François-Régis Hutin

PORTRAIT — Tout en para­doxe, ce patron de presse a régné sans partage sur un empire de presse placé en sit­u­a­tion qua­si-monop­o­lis­tique sur le grand Ouest. Il s’est éteint le 10 décem­bre 2017 à Rennes.

Stéphane Simon

Le pro­duc­teur de Thier­ry Ardis­son n’est pas à une con­tra­dic­tion près : s’at­ti­rant les foudres de la droite sou­verain­iste lors de l’ère trans­gres­sive et imper­ti­nente des années 90, il s’arrange pour qu’elle lui mange dans la main trente ans plus tard.

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coronavirus.