Accueil | Actualités | Médias | Guillaume Durand : les Français ont « une vision rance de la culture »
Pub­lié le 8 novembre 2015 | Éti­quettes : , , ,

Guillaume Durand : les Français ont « une vision rance de la culture »

Le mot « rance » est à la mode. Après Jean-Michel Aphatie, pour qui Éric Zemmour incarne « la France rance », c'est au tour de Guillaume Durand de s'en prendre à un confrère et à son public, en la personne de Stéphane Bern. Pour le très conformiste animateur de Radio Classique, qui se livrait à TéléObs, « on a la télévision qu'on mérite ».

« Quand vous avez des patrons qui ne s'y intéressent pas (à la culture, NDLR) ou qui la laissent tomber délibérément par peur de faibles audiences, que voulez-vous faire ? Donc, ils invitent Louane », constate Durand. Et de poursuivre : « Quand il y a eu l'exposition Picasso et ses maîtres à Paris, j'ai été reçu par une directrice des programmes du service public pour lui proposer une émission. Or la seule chose qui la préoccupait, c'était son brushing et d'allumer une bougie. Et à la fin, elle m'a dit : 'J'aime tellement Stéphane Bern!' »

Or pour le présentateur, Stéphane Bern incarne justement une vision de la culture qu'il juge « rance » : « Bern existe parce que les gens nourrissent une obsession dingue pour les châteaux ! C'est une vision rance de la culture », commente-t-il.

Qu'ils sont crétins ces Français à s'intéresser avec tant de passion au patrimoine millénaire de leur pays, reflet d'une époque où la France produisait ce qu'il y avait de mieux en matière de raffinement artistique ! Ils feraient mieux d'écouter les émissions de Guillaume Durand, dandy rive droite par excellence, afin d'en savoir plus sur des livres que personne ne lit, plutôt que de persévérer dans cette direction on ne peut plus réactionnaire et mue par un instinct monarchiste à peine refoulé...

Voir notre portrait de Guillaume Durand

Guillaume Durand à la conférence du MEDEF en 2008. Crédit : Olivier Ezratty (cc)

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

22% récolté
Objec­tif : avril 2019 ! Nous avons récolté 445,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux