Ojim.fr
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
Groupe Lagardère, le printemps sera chaud

L’article que vous allez lire est gratuit. Mais il a un coût. Un article revient à 50 €, un portrait à 100 €, un dossier à 400 €. Notre indépendance repose sur vos dons. Après déduction fiscale un don de 100 € revient à 34 €. Merci de votre soutien, sans lui nous disparaîtrions.

21 mars 2021

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Groupe Lagardère, le printemps sera chaud

Groupe Lagardère, le printemps sera chaud

Temps de lecture : 3 minutes

Les résultats annuels du groupe Lagardère, présentés par Arnaud Lagardère fin février 2021 sont d’une belle couleur rouge vermillon sur tous les plans sauf l’édition en bonne forme ; la prochaine assemblée générale prévue pour juin 2021 sera décisive pour la réorganisation du groupe. Ou son démantèlement ?

Des chiffres cruels

Le chiffre d’affaires – à 4,4 mil­liards d’euros – est en régres­sion de qua­si 40% et la perte abyssale atteint les 660M€, inter­dis­ant toute dis­tri­b­u­tion de div­i­den­des à un Arnaud Lagardère qui en aurait bien besoin pour faire face à un endet­te­ment préoc­cu­pant. Certes le groupe a eu une bouf­fée d’oxygène avec les 465M€ de prêt garan­ti par l’Etat accordés fin 2020, mais l’heure des comptes approche.

Escarmouche autour des Arènes

Non, ce ne sont pas les arènes des glad­i­a­teurs ni celles de la tau­ro­machie mais les Edi­tions des Arènes de Lau­rent Bec­ca­ria (édi­teur de Tri­er­weiller, de la revue XXI, entre autres. La hold­ing de tête des Arènes a cédé 49% de ses parts à Édi­tis (Bol­loré) et en même temps a rejoint Édi­tis comme dis­trib­u­teur. Mais c’est Hachette (Groupe Lagardère) qui assur­ait aupar­a­vant cette dis­tri­b­u­tion et demande plus de 4M€ de dédom­mage­ment. Un sujet de dis­corde de plus dans le com­bat que mène le Prési­dent d’Hachette Arnaud Nour­ry pour préserv­er son indépen­dance face à Éditis/Bolloré. Mais tout dépen­dra du partage des dépouilles entre les deux requins Arnault et Bolloré.

Rapport de forces incertain

Arnaud Lagardère gérant détient (en com­man­dite) 7,26% des actions du groupe opéra­tionnel et 11% des droits de vote. Mais il ne peut pas vot­er pour désign­er les mem­bres du con­seil de sur­veil­lance qui ont le pou­voir de nom­mer ou démet­tre le gérant. Bernard Arnault pos­sède un peu moins de 8% de la société mais son statut de com­man­di­taire comme pro­prié­taire de 24% des actions de la hold­ing per­son­nelle de Bernard Arnault rend dou­teux sa pos­si­bil­ité de vot­er pour élire le con­seil de surveillance.

Jusqu’ici le Qatar (23,8%), la Caisse des Dépôts et les salariés ont tou­jours voté pour Arnaud. Con­tin­ueront-ils à le faire ? Une étude de Oddo BHF éval­ue le rap­port de forces à la mi-mars 2021 à 54/46 en faveur de Bolloré/Amber con­tre le bloc Arnault/Arnaud. Un rap­port de force incer­tain qui pour­rait évoluer dans un sens ou dans l’autre. Pour indem­nis­er Arnaud Lagardère des sommes évolu­ant entre 100 et 200M€ sont évo­quées ; de quoi voir venir mais sans savoir si un hochet sym­bol­ique restera dans les mains du fils de Jean-Luc Lagardère, qui doit se retourn­er dans sa tombe s’il voit ce qu’est devenu son empire.

NB : Le porte-parole du groupe Lagardère, Mon­sieur Ramzy Khi­roun a porté plainte con­tre le directeur de la pub­li­ca­tion de l’Ojim pour « injures publiques ». Ce dif­férend n’influence en rien la rédac­tion des arti­cles que nous con­sacrons au groupe Lagardère et à ses médias. La prochaine audi­ence du procès aura lieu le 1er avril 2021, notre con­seil plaidera la nul­lité de la procédure.