Accueil | Actualités | Médias | Geoffroy Didier veut des quotas de journalistes de droite
Pub­lié le 7 juillet 2013 | Éti­quettes : , , , ,

Geoffroy Didier veut des quotas de journalistes de droite

L’idée avait déjà été avancée par Guillaume Peltier en novembre dernier. Son collègue de la Droite Forte relance, dans « # Direct Politique », le débat sur les quotas de journalistes de droite sur le service public.

Selon le secrétaire général adjoint de l’UMP, il faut au service public « un pluralisme de l'information et une diversité des opinions ». Pour lui, « certains journalistes détournent et instrumentalisent » leur statut « à des fins de militantisme politique », citant en exemple le mauvais traitement de Nicolas Sarkozy pendant la campagne présidentielle de 2012.

Cela, Geoffroy Didier « ne l’accepte pas » et avance donc une solution qu’il juge « très réalisable ». Mais comment peut-on leur coller une étiquette ? « Croyez-moi, il y en a qui l’assument », répond ce dernier en citant par exemple Bruno Roger-Petit et « certains journalistes de France Inter » pour la gauche, ainsi qu’Éric Zemmour, Éric Brunet et Élisabeth Lévy pour la droite.

On pourrait objecter à Didier qu’à partir du moment où l’on met des quotas, il faudra également respecter les diverses sensibilités de la droite et de la gauche : libéral, étatiste, souverainiste, internationaliste, etc. et qu’on n’en sortirait plus. Et pourquoi pas également un quota de journalistes décroissants, la seule véritable pensée politique totalement invisible médiatiquement ?

Et puis un journaliste n’est-il pas censé être objectif et impartial ? Certes, la réalité est implacable : les trois quarts des journalistes votent à gauche (Harris Interactive pour la revue Médias), mais la résoudre par des quotas ne semble décidément pas une bonne idée.

Crédit photo : Geoffroy Didier via Wikimedia (cc)

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This