Accueil | Actualités | Médias | Geoffroy Didier veut des quotas de journalistes de droite
Pub­lié le 7 juillet 2013 | Éti­quettes : , , , ,

Geoffroy Didier veut des quotas de journalistes de droite

L’idée avait déjà été avancée par Guillaume Peltier en novembre dernier. Son collègue de la Droite Forte relance, dans « # Direct Politique », le débat sur les quotas de journalistes de droite sur le service public.

Selon le secrétaire général adjoint de l’UMP, il faut au service public « un pluralisme de l'information et une diversité des opinions ». Pour lui, « certains journalistes détournent et instrumentalisent » leur statut « à des fins de militantisme politique », citant en exemple le mauvais traitement de Nicolas Sarkozy pendant la campagne présidentielle de 2012.

Cela, Geoffroy Didier « ne l’accepte pas » et avance donc une solution qu’il juge « très réalisable ». Mais comment peut-on leur coller une étiquette ? « Croyez-moi, il y en a qui l’assument », répond ce dernier en citant par exemple Bruno Roger-Petit et « certains journalistes de France Inter » pour la gauche, ainsi qu’Éric Zemmour, Éric Brunet et Élisabeth Lévy pour la droite.

On pourrait objecter à Didier qu’à partir du moment où l’on met des quotas, il faudra également respecter les diverses sensibilités de la droite et de la gauche : libéral, étatiste, souverainiste, internationaliste, etc. et qu’on n’en sortirait plus. Et pourquoi pas également un quota de journalistes décroissants, la seule véritable pensée politique totalement invisible médiatiquement ?

Et puis un journaliste n’est-il pas censé être objectif et impartial ? Certes, la réalité est implacable : les trois quarts des journalistes votent à gauche (Harris Interactive pour la revue Médias), mais la résoudre par des quotas ne semble décidément pas une bonne idée.

Crédit photo : Geoffroy Didier via Wikimedia (cc)

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.