Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Génération identitaire condamnée, revue de presse : un large conformisme

2 septembre 2019

Temps de lecture : 5 minutes
Accueil | Veille médias | Génération identitaire condamnée, revue de presse : un large conformisme

Génération identitaire condamnée, revue de presse : un large conformisme

Le 29 août 2019, le tribunal correctionnel de Gap rendait son jugement à l’encontre de militants de Génération identitaire pour une action dans les Alpes à la frontière franco-italienne en avril 2018. Le juge a eu la main lourde : il a suivi le réquisitoire du Procureur de la République en condamnant 3 militants à 6 mois de prison ferme et à une privation de leurs droits civiques et l’association Génération identitaire à l’amende maximale pour le chef d’inculpation retenu. En l’espèce : « activités exercées dans des conditions de nature à créer dans l’esprit du public une confusion avec l’exercice d’une fonction publique ».

La cou­ver­ture médi­a­tique et les élé­ments de lan­gage util­isés à cette occa­sion en dis­ent long sur la « pop­u­lar­ité » de cette action auprès des jour­nal­istes des médias de grand chemin. De nom­breux arti­cles con­sacrés à la con­damna­tion des mil­i­tants de Généra­tion iden­ti­taire (GI) repren­nent les mêmes élé­ments de lan­gage. Les sources des arti­cles sont par­fois citées à côté du nom du jour­nal­iste et par­fois dans le corps de l’article : l’AFP et l’agence Reuters. Que nous dit sur ce juge­ment le robi­net d’eau tiède abreuvant les médias de grand chemin ?

Pourquoi les militants de GI ont-ils été condamnés ?

« Pour avoir ten­té de blo­quer la fron­tière » selon Le Dauphiné Libéré. Même argu­ment pour Le Parisien.

Rue89 estime que c’est à cause de leur « patrouille anti migrants », une « action anti migrants » selon L’Est Répub­li­cain, un terme large­ment repris. De nom­breux arti­cles men­tion­nent que les mil­i­tants de GI ont fait leur action « en doudoune », comme pour apporter un détail illus­trant son car­ac­tère ridicule.

Qui sont les militants de GI ?

Ils sont selon la qua­si-total­ité des titres des médias de grand chemin posi­tion­nés sur l’échiquier poli­tique « à l’extrême droite », voire dans cer­tains cas à « l’ultra droite ». Le terme « iden­ti­taire » est par­fois employé sans que l’on sache exacte­ment ce qu’il recou­vre. Comme il est sou­vent asso­cié à « l’extrême droite », l’infamie et la dis­qual­i­fi­ca­tion ne sont jamais loins… Le mou­ve­ment GI est égale­ment très fréquem­ment qual­i­fié de « grou­pus­cule » d’extrême droite, comme pour l’associer à une mou­vance sub­ver­sive et inquié­tante.

Quelle est l’infraction pour laquelle les militants de GI  ont été condamnés ?

L’infraction d’« activ­ités exer­cées dans des con­di­tions de nature à créer dans l’e­sprit du pub­lic une con­fu­sion avec l’ex­er­ci­ce d’une fonc­tion publique » est men­tion­née dans presque tous les arti­cles de l’échantillon retenu.

Quels sont les commentaires sur le jugement ?

Les jour­nal­istes des médias de grand chemin n’émettent pas d’avis per­son­nel sur le juge­ment, mais les ter­mes retenus et la con­tex­tu­al­i­sa­tion des arti­cles ne sont pas anodins. La parole est par­fois don­née à l’avocat de GI et à celui de l’avocat d’une asso­ci­a­tion plaig­nante, « Tous migrants ».

Out­re les infor­ma­tions ci-dessus men­tion­nées, les peines sont sys­té­ma­tique­ment pré­cisées — 6 mois de prison ferme et pri­va­tion des droits civiques pour 3 mil­i­tants et 75 000 € d’amende pour l’association — ain­si que la déci­sion de l’avocat de GI de faire appel.

Alors que France Info con­sacre un arti­cle à l’interview du prési­dent de France Terre d’asile selon lequel « ce groupe­ment n’a rien à faire en République », quelques rares médias don­nent une place aux réac­tions défa­vor­ables au juge­ment. RT France dédie un assez long arti­cle aux réac­tions de divers­es per­son­nal­ités tan­dis que le men­su­el L’Incorrect est par­mi les seuls médias à don­ner sur son site la parole à une des per­son­nes con­damnées, Damien Rieu.

Retenons un arti­cle par­ti­c­ulière­ment à charge sur Euronews en français : « asso­ci­a­tion xéno­phobe », « mes­sage vio­lent et haineux à l’égard des réfugiés », dans la grande tra­di­tion du jour­nal­isme de déla­tion qui est sou­vent le style de ce média.

Au vu des dif­férents arti­cles, l’affaire sem­ble pliée : des mil­i­tants d’extrême droite ont voulu jouer au douanier, ils ont été con­damnés, bas­ta !

Quelques élé­ments de con­texte – sys­té­ma­tique­ment absents des arti­cles sur le juge­ment – peu­vent amen­er à mod­ér­er cet argu­men­taire, voire à révis­er ce type d’opinion :

  • La sit­u­a­tion à la fron­tière fran­co-ital­i­enne : les mil­i­tants de GI n’invoquent jamais, con­traire­ment à ce qui est indiqué dans presque tous les arti­cles – être « anti-migrants ». Ils souhait­ent que la fron­tière soit gardée et respec­tée. Dans leur action, ils repren­nent les tech­niques d’agit-prop d’autres asso­ci­a­tions comme Green­peace, en menant des actions spec­tac­u­laires et médi­atisées aux fins de bra­quer les pro­jecteurs sur une sit­u­a­tion cri­tique.
    Dans le cas présent, la fron­tière fran­co-ital­i­enne  est dev­enue un point de pas­sage majeur de l’immigration clan­des­tine vers le France. Selon des sources poli­cières citées par Le Figaro, il y a près de 70 à 90 arresta­tions par jour de clan­des­tins dans la val­lée de la Roya. En Ital­ie, à Vin­timille, les migrants sont de plus en plus nom­breux à vouloir pass­er clan­des­tine­ment en France. Près de 200 000 d’entre eux attendraient en Ital­ie de le faire, affir­mait le Préfet de Nice en 2017 cité par Le Figaro. En dépit des efforts des douaniers, en nom­bre insuff­isant, les clan­des­tins sont nom­breux à pass­er la fron­tière clan­des­tine­ment. Ils sont ain­si « plusieurs dizaines » à arriv­er chaque jour à Bri­ançon selon France 3. Dans un silence médi­a­tique assour­dis­sant.
  • L’infraction retenue con­tre les mil­i­tants de GI : aucun arti­cle des médias de grand chemin n’évoque le fait que ces mil­i­tants ont été dis­culpés pour leur action dans les Alpes… en avril 2018. RT France l’avait annon­cé à l’époque : la procé­dure ini­tiée en 2018 a été classée sans suite, faute d’infraction con­statée. Une enquête a ensuite été relancée par le Pro­cureur de Gap, « pour déter­min­er ce qu’il pou­vait reprocher à Généra­tion iden­ti­taire » selon 20 minutes.Ch en juil­let 2019. On en con­nait main­tenant l’issue. On ne con­nait par con­tre pas la moti­va­tion de la réac­ti­va­tion de la procé­dure.
  • Les mil­i­tants de GI ont mené une action non vio­lente. D’autres actions, par­fois « vir­iles » con­tre l’immigration clan­des­tine ont été menées en Guyane et à May­otte ces dernières années. Cette fois avec par­fois le sou­tien de syn­di­cats de gauche, sans annonce de con­damna­tions lour­des et avec une cou­ver­ture médi­a­tique a min­i­ma et par­ti­c­ulière­ment « soft », comme en atteste cette vidéo d’un jour­nal­iste de TV Lib­ertés.
  • Les con­damna­tions dif­fèrent selon leurs auteurs et les infrac­tions retenues. Il y a des mil­i­tants qui veu­lent que les fron­tières soient mieux respec­tées, et d’autres qui veu­lent que les fron­tières soient ouvertes. Si dans les deux cas, la jus­tice peut estimer que la loi n’est pas respec­tée à l’occasion d’actions mil­i­tantes, les con­damna­tions dif­fèrent :
    • Cédric Her­rou qui revendi­quait en 2017 à un jour­nal­iste du Monde avoir fait pass­er 200 clan­des­tins à la fron­tière fran­co-ital­i­enne est tou­jours en attente de juge­ment après l’arrêt de la cour de cas­sa­tion annu­lant sa con­damna­tion en appel à 4 mois de prison avec sur­sis.
    • Plusieurs mil­i­tants no bor­der ont for­cé la fron­tière fran­co-ital­i­enne et un bar­rage de policiers en avril 2018 afin de faire entr­er en France des étrangers en sit­u­a­tion irrégulière. Sur les 7 jugés, seuls deux d’entre eux ont été con­damnés à de la prison ferme, notam­ment pour « rébel­lion » à l’encontre des forces de l’ordre. La rébel­lion est selon le code pénal « le fait d’opposer une résis­tance vio­lente à une per­son­ne chargée de l’autorité publique ».

Cha­cun appréciera… Mais de ces élé­ments de con­texte, point de trace dans les médias de grand chemin. Au risque d’en rester à l’explication des faits et à la qual­i­fi­ca­tion juridique retenue pour le moment par la jus­tice… en atten­dant l’appel puisque les con­damnés vont s’y pour­voir.

Question qui n’a jamais été posée : qui est le juge Isabelle Defarge ?

Aucun média n’a par­lé une seule fois du pro­fil du juge Isabelle Defarge et ne s’est inter­rogé sur sa par­tial­ité. Le juge Isabelle Defarge, prési­dent du Tri­bunal de Grande Instance de GAP, est pour­tant inter­venu publique­ment et en qual­ité de mag­is­trat à un col­loque ouverte­ment “pro immi­gra­tion” à Toulon en 2017, aux côtés de représen­tants d’or­gan­i­sa­tions mar­quées à gauche telles que la Ligue des Droits de l’Homme ou la CIMADE. Cela pour­rait peut-être con­stituer un début d’ex­pli­ca­tion sur la lour­deur de la peine ?

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Camille Vigogne Le Coat

PORTRAIT — C’est la petite jour­nal­iste libérale lib­er­taire qui monte. Dis­sim­u­lant der­rière un joli minois une volon­té de nuire à toutes les per­son­nal­ités de la droite non alignée, Camille Vigogne Le Coat se rêve en nou­velle Ari­ane Chemin sa con­sœur du Monde.

Laurent Joffrin

PORTRAIT — Lau­rent Jof­frin, de son vrai nom Lau­rent (André Marie Paul) Mouchard est né en juin 1952 à Vin­cennes. Sa car­rière se car­ac­térise par des allers et retours inces­sant entre Libéra­tion et Le Nou­v­el Obser­va­teur.

Nicolas Beytout

PORTRAIT — Groupe de Bilder­berg, Le Siè­cle, Medef, Com­mis­sion Tri­latérale, ami intime de Nico­las Sarkozy, petit-fils de l’ancienne pro­prié­taire des Échos, Nico­las Beytout est LE porte-voix de la pen­sée unique mon­di­al­iste dans les médias.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).