Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
GB News, Fox News à l’anglaise ou CNews à la française ?

23 juin 2021

Temps de lecture : 2 minutes

Accueil | Veille médias | GB News, Fox News à l’anglaise ou CNews à la française ?

GB News, Fox News à l’anglaise ou CNews à la française ?

Accueil | Veille médias | GB News, Fox News à l’anglaise ou CNews à la française ?

GB News, Fox News à l’anglaise ou CNews à la française ?

23 juin 2021

13 juin 2021, lancement de la chaîne de télévision conservatrice GB News en Grande-Bretagne, déjà un succès, déjà une tentative de boycott.

Des journalistes chevronnés et des moyens

Lancée par l’écossais Andrew Neil et une équipe éprou­vée, la chaîne a attiré 262000 spec­ta­teurs pour sa soirée de lance­ment. Andrew Neil, 72 ans et bon pied bon œil, a passé 25 ans à la BBC libérale lib­er­taire comme reporter poli­tique. Le mou­ve­ment anti-blanc des « woke » — présent au quo­ti­di­en à la BBC – l’a vive­ment irrité et incité à quit­ter la chaîne publique. Il con­tin­ue de diriger le mag­a­zine brex­iter The Spec­ta­tor. On retrou­ve dans son équipe Dan Wooton ex rédac­teur en chef du tabloïd con­ser­va­teur The Sun et beau­coup de jeunes jour­nal­istes encadrés par des rédac­teurs expéri­men­tés comme l’ancien présen­ta­teur d’ITV Alas­tair Stew­art 69 ans qui a quit­té la chaîne, dégouté par les cen­sures( affichées ou ram­pantes), ou comme Simon McCoyle ex vedette de la BBC qui la quitte pour les mêmes raisons. A terme l’équipe doit rassem­bler 120 journalistes.

La chaîne se veut à l’opposé de la BBC publique ou des privés ITV et Sky News, qui promeu­vent la même cul­ture libérale lib­er­taire, mon­di­al­iste, LGBTQ+++, BLM, repen­tante et con­formiste. GB News veut « mod­i­fi­er le vis­age de l’information », elle se présente comme « proche des bri­tan­niques » et opposé à « toutes les cen­sures ». Comme le remar­que fine­ment Le Monde « l’équipe reste con­sti­tuée majori­taire­ment d’hommes blancs de plus de 50 ans », ceux qu’il faut élim­in­er du petit écran voire élim­in­er tout court.

Pour cela il faut des sous, 60 mil­lions de livres (70M€) auraient été récoltés à cet effet auprès de par­ti­sans du Brex­it, en par­ti­c­uli­er pour une somme non pré­cisée auprès de Paul Mar­shall un investis­seur bri­tan­nique très act­if lors de la cam­pagne du « leave ».

Stop Funding Hate

En France nous con­nais­sons Stop Hate Mon­ey de Tris­tan Mendès-France et les Sleep­ing Giants d’inspiration améri­caine qui veu­lent décourager toute pub­lic­ité dans les médias con­ser­va­teurs. En Angleterre, ils ont Stop Fund­ing Hate (SFH), dont notre petit doigt nous dit qu’il doit avoir des liens (financiers et de per­son­nes) avec les pre­miers nom­més. SFH a lancé une cam­pagne de boy­cott con­tre GB News, un média qui con­forterait « la dis­crim­i­na­tion et la dia­boli­sa­tion ». Dans un pre­mier temps, des sociétés comme Ikea ou Octo­pus Ener­gy ont obéi avant de faire marche arrière. Défendue au nom de la lib­erté d’expression par le quo­ti­di­en con­ser­va­teur The Tele­graph et le min­istre bri­tan­nique de la cul­ture Olivi­er Dow­den, GB News a obtenu la fin de leur boy­cott. Imag­i­nons un instant que Le Figaro ou Rose­lyne Bach­e­lot défend­ent Valeurs actuelles boy­cotté par les Sleep­ing Giants ou TVL cen­suré par YouTube ? Allez, arrêtez de rêver…

Notre vidéo sur les Sleeping Giants

Voir aussi

Cet article vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Derniers portraits ajoutés