Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
François Hollande contre la démocratie ? Silence des médias

13 novembre 2018

Temps de lecture : 4 minutes
Accueil | Veille médias | François Hollande contre la démocratie ? Silence des médias

François Hollande contre la démocratie ? Silence des médias

Le jeudi 1er novembre à 23h43, l’AFP publiait une dépêche indiquant que François Hollande, inquiet, « a mis en garde contre le « moment très grave pour la démocratie » que constitue la « vague » populiste actuelle. » Analyse des propos de l’ancien président et des réactions des médias ou de l’absence de celles-ci.

La dépêche ne men­tionne pas le rôle joué dans la crise en ques­tion par François Hol­lande, au long d’une car­rière poli­tique. Elle se présente ain­si :

AFP, pub­lié le jeu­di 01 novem­bre 2018 à 23h43
 L’an­cien prési­dent François Hol­lande a mis en garde jeu­di con­tre le “moment très grave pour la démoc­ra­tie” que con­stitue la “vague” pop­uliste actuelle.
“Nous sommes dans un moment très grave pour les démoc­ra­ties où nous devons nous méfi­er de ces per­son­nal­ités qui à un moment embrassent les aspi­ra­tions d’un peu­ple”, a déclaré M. Hol­lande, lors d’un débat au fes­ti­val Poli­tikos à Rennes, en faisant référence à l’élec­tion de Jair Bol­sonaro au Brésil et de Don­ald Trump aux États-Unis.
“Il faut qu’il y ait con­science que la France n’est pas à l’abri de ce phénomène, de cette vague, de ce mou­ve­ment où des per­son­nages qui veu­lent être dans le dégag­isme, qui veu­lent être dans un rap­port direct au peu­ple, peu­vent arriv­er aux respon­s­abil­ités suprêmes du pays”, a pour­suivi l’an­cien prési­dent social­iste.
“Il ne faut jamais croire que la démoc­ra­tie peut être irréversible”, a‑t-il ajouté. “Qui aurait pu penser qu’un mil­liar­daire améri­cain n’ayant jamais exer­cé la moin­dre fonc­tion publique, le moin­dre man­dat au Con­grès puisse devenir le prési­dent des États-Unis ?”
“Il faut avoir con­science que nos insti­tu­tions ne nous immu­nisent pas con­tre ce type de per­son­nage”, a‑t-il dit.
L’an­cien prési­dent du Con­seil con­sti­tu­tion­nel Jean-Louis Debré a déploré le fait qu’ ”aujour­d’hui, ni la gauche ni la droite répub­li­caines n’in­car­nent une espérance pour les Français”. “Pour empêch­er l’ar­rivée d’un homme prov­i­den­tiel, il faut que les par­tis poli­tiques aient quelque chose à dire”, a‑t-il estimé.
“Comme ils n’ont plus rien à dire (…) alors on se tourne vers un per­son­nage qui vient de nulle part ou d’ailleurs et qui va se fray­er un chemin sur les décom­bres des par­tis tra­di­tion­nels”, a con­clu M. Debré.

Un discours qui n’est pas encore usé ?

L’essentiel de l’intervention de l’ancien chef de l’État, auquel ni l’AFP ni d’autres médias ne sem­ble penser à plutôt deman­der ce qu’il pense des évo­lu­tions de l’affaire Théo et de sa vis­ite au chevet du jeune homme à l’époque des faits, porte sur une ren­gaine déjà en usage alors qu’il n’était que jeune mil­i­tant PS, au début des années 70 du siè­cle passé : le dan­ger du retour de la bête immonde, par le biais d’un « homme prov­i­den­tiel », autrement dit du fas­cisme (dans son esprit). Plusieurs points éton­nent pour­tant :

  • l’ancien prési­dent cite nom­mé­ment Jair Bol­sonaro et Don­ald Trump, ce qui revient à indi­quer que ces chefs d’État seraient dan­gereux pour la démoc­ra­tie. Le sec­ond, Trump, méprisé par Hol­lande dans son inter­ven­tion, n’est, il est vrai, que prési­dent des États-Unis d’Amérique.
  • la phrase suiv­ante ne peut man­quer de laiss­er per­plexe, dans la bouche d’un homme qui pré­tend inter­venir aux sons de la défense de la démoc­ra­tie : « un moment très grave pour les démoc­ra­ties où nous devons nous méfi­er de ces per­son­nal­ités qui à un moment embrassent les aspi­ra­tions d’un peu­ple ». La phrase a tout d’un aveu : les aspi­ra­tions du peu­ple sont la men­ace qui pèse sur la démoc­ra­tie, men­ace qui prendrait une tour­nure réelle si ce peu­ple ren­con­trait un homme poli­tique à l’écoute. Il était pos­si­ble de penser que la démoc­ra­tie est juste­ment le respect des aspi­ra­tions d’un peu­ple, ce ne sem­ble pas être l’avis d’un ancien prési­dent de la république qui fut can­di­dat au cri de « mon enne­mi c’est la finance ». Cela embras­sait les aspi­ra­tions d’un peu­ple, d’une cer­taine manière, même si c’était un men­songe.
  • il insiste plus avant, quand il dit que le dan­ger vient du « rap­port direct au peu­ple ». Pour un jour­nal­iste Français nour­ri au lait de l’éducation civique tout au long de sa sco­lar­ité, puis des valeurs de la république lors de ses études supérieures, décou­vrir dans les mots d’un ancien prési­dent de la Ve République que le dan­ger pour une démoc­ra­tie réside dans le « rap­port direct au peu­ple » devrait laiss­er per­plexe. La Ve République dont François Hol­lande fut le prési­dent a juste­ment été fondée sur cette base d’une légitim­ité résul­tant du rap­port direct au peu­ple, par la grâce de l’élection du prési­dent de la république au suf­frage uni­versel direct. Le plus sur­prenant étant que « nos insti­tu­tions ne nous immu­nisent pas con­tre ce type de per­son­nage » : ces insti­tu­tions en effet n’ont pas voca­tion à être anti­dé­moc­ra­tiques, au moment de la prési­den­tielle, étant plutôt façon­nées (en théorie main­tenant) pour favoris­er la ren­con­tre entre un homme poli­tique et le peu­ple.
  • L’intervention de Hol­lande était déjà sur­prenante. Celle de Jean-Louis Debré, pour­tant ancien prési­dent du Con­seil con­sti­tu­tion­nel et à ce titre ancien gar­di­en de la con­sti­tu­tion de la Ve République, ne manque pas de sel, telle que rap­portée par l’AFP: si les par­tis ne parvi­en­nent plus à incar­n­er « une espérance pour les Français », alors ils se tour­nent « vers un per­son­nage qui vient de nulle part ou d’ailleurs et qui va se fray­er un chemin sur les décom­bres des par­tis tra­di­tion­nels ». Le jour­nal­iste en reste pan­tois : Mon­sieur Debré devait som­meiller en mai 2017, s’il n’a pas assisté à l’élection en France d’un « per­son­nage qui vient de nulle part », se frayant un pas­sage sur les ruines des par­tis, dont le sien. Et le général de Gaulle en 1958 ne venait il pas « d’ailleurs» en sor­tant de sa retraite en 1958 ?

Le jour d’après dans les médias ?

Qui a pu observ­er ces inco­hérences pense néces­saire­ment que les divers médias français de poids vont s’interroger. Qu’en est-il ? La cou­ver­ture de cette dépêche est ample. L’intervention de l’ancien chef de l’État est évo­quée :

  • par Europe 1, qui ne fait que recopi­er la dépêche AFP en la réduisant, sans aucun recul ni cri­tique quant aux pro­pos de Hol­lande.
  • par BFMTV qui recopie aus­si, sans plus remar­quer com­bi­en les pro­pos de l’ancien prési­dent sont de fait un déni de démoc­ra­tie.
  • par 20minutes qui… recopie l’AFP.
  • par L’Express qui… recopie l’AFP.

Lais­sons-là : de la même manière Le Monde, L’Obs ou Ouest-France… recopi­ent la dépêche de l’AFP, sans inter­roger les pro­pos de François Hol­lande.

Un ancien prési­dent de la Ve République française nie ouverte­ment le car­ac­tère démoc­ra­tique de cette république, con­sid­ère que la démoc­ra­tie n’a pas à se souci­er des aspi­ra­tions du peu­ple, con­sid­ère des prési­dents en exer­ci­ce comme des dan­gers publics. Il est accom­pa­g­né d’un ancien min­istre et prési­dent du con­seil con­sti­tu­tion­nel qui craint l’arrivée au pou­voir en France d’une per­son­nal­ité sor­tie de nulle part, tan­dis que cela a déjà eu lieu en 2017, sans qu’aucun média ne prenne le temps de réfléchir au sens de ces pro­pos. Ouf ! La majorité des médias offi­ciels se con­tentent de recopi­er une dépêche de l’AFP, dépêche qui par nature devrait plutôt servir de point de départ. Mis­ère de la presse française dom­i­nante ? Le mot paraît faible.

Crédit pho­to : PES Com­mu­ni­ca­tion (cc)

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Camille Vigogne Le Coat

PORTRAIT — C’est la petite jour­nal­iste libérale lib­er­taire qui monte. Dis­sim­u­lant der­rière un joli minois une volon­té de nuire à toutes les per­son­nal­ités de la droite non alignée, Camille Vigogne Le Coat se rêve en nou­velle Ari­ane Chemin sa con­sœur du Monde.

Laurent Joffrin

PORTRAIT — Lau­rent Jof­frin, de son vrai nom Lau­rent (André Marie Paul) Mouchard est né en juin 1952 à Vin­cennes. Sa car­rière se car­ac­térise par des allers et retours inces­sant entre Libéra­tion et Le Nou­v­el Obser­va­teur.

Nicolas Beytout

PORTRAIT — Groupe de Bilder­berg, Le Siè­cle, Medef, Com­mis­sion Tri­latérale, ami intime de Nico­las Sarkozy, petit-fils de l’ancienne pro­prié­taire des Échos, Nico­las Beytout est LE porte-voix de la pen­sée unique mon­di­al­iste dans les médias.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).