Accueil | Actualités | Médias | Delphine Ernotte prétend ne pas porter d’« idéologie politique ». Vraiment ?
Pub­lié le 24 août 2016 | Éti­quettes : , ,

Delphine Ernotte prétend ne pas porter d’« idéologie politique ». Vraiment ?

[Première diffusion le 16 mai 2016] Rediffusions estivales 2016

Longuement interrogée par puremedias.com, la présidente de France Télévisions s'est défendue de toute idéologie et de tout parti pris politique.

Pour Delphine Ernotte, le fait d'avoir été accusée d'être nommée par l'Élysée est « une pure calomnie ». « Je n'avais jamais rencontré le président, je l'ai vu après ma nomination. D'ailleurs on en a plaisanté, il m'a dit "il paraît que je vous ai nommé mais on ne se connaît pas". Mais c'est classique... », explique-t-elle.

Lorsqu'on lui demande si elle est « proche de la gauche », elle répond par la négative. « Je ne suis pas une femme politique. Je suis arrivée ici car je suis une femme d'entreprise », se défend-t-elle. Et de poursuivre : « Je ne suis pas là pour porter une idéologie, je trouve ça malsain. Ma compétence n'est pas d'être de droite ou de gauche. Elle est d'être une femme d'entreprise, et je le revendique. Cela semble bizarre à tout le monde mais je n'ai jamais fait de politique. »

Confiant avoir des « sujets d'étonnement » en découvrant « ce microcosme médiatique », elle estime qu'on lui « colle beaucoup d'étiquettes complètement fausses ». Et ce sans aucune raison ? Pas si sûr...

En effet, Ernotte oublie-t-elle, entre autres, qu'en septembre 2015 sur Europe 1, elle expliquait sans sourciller : « On a une télévision d’hommes blancs de plus de 50 ans et ça, il va falloir que ça change. » Et celle-ci de continuer en appelant à ce qu'il y ait plus de « femmes », plus de « jeunes » et plus de « toutes les origines » sur les écrans.

Ainsi sous des couverts de politiquement correct, on voudrait donc nous faire croire que le progrès n'est pas du progressisme et qu'il n'est, de ce fait, pas une idéologie. Et pire : que le racisme inversé n'est pas du racisme...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

36% récolté
Objec­tif : févri­er 2019 ! Nous avons récolté 720,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux