Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Delphine Ernotte prétend ne pas porter d’« idéologie politique ». Vraiment ?

24 août 2016

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Delphine Ernotte prétend ne pas porter d’« idéologie politique ». Vraiment ?

Delphine Ernotte prétend ne pas porter d’« idéologie politique ». Vraiment ?

[Pre­mière dif­fu­sion le 16 mai 2016] Red­if­fu­sions esti­vales 2016

Longuement interrogée par puremedias.com, la présidente de France Télévisions s’est défendue de toute idéologie et de tout parti pris politique.

Pour Del­phine Ernotte, le fait d’avoir été accusée d’être nom­mée par l’Élysée est « une pure calom­nie ». « Je n’avais jamais ren­con­tré le prési­dent, je l’ai vu après ma nom­i­na­tion. D’ailleurs on en a plaisan­té, il m’a dit “il paraît que je vous ai nom­mé mais on ne se con­naît pas”. Mais c’est clas­sique… », explique-t-elle.

Lorsqu’on lui demande si elle est « proche de la gauche », elle répond par la néga­tive. « Je ne suis pas une femme poli­tique. Je suis arrivée ici car je suis une femme d’en­tre­prise », se défend-t-elle. Et de pour­suiv­re : « Je ne suis pas là pour porter une idéolo­gie, je trou­ve ça mal­sain. Ma com­pé­tence n’est pas d’être de droite ou de gauche. Elle est d’être une femme d’en­tre­prise, et je le revendique. Cela sem­ble bizarre à tout le monde mais je n’ai jamais fait de politique. »

Con­fi­ant avoir des « sujets d’é­ton­nement » en décou­vrant « ce micro­cosme médi­a­tique », elle estime qu’on lui « colle beau­coup d’é­ti­quettes com­plète­ment fauss­es ». Et ce sans aucune rai­son ? Pas si sûr…

En effet, Ernotte oublie-t-elle, entre autres, qu’en sep­tem­bre 2015 sur Europe 1, elle expli­quait sans sour­ciller : « On a une télévi­sion d’hommes blancs de plus de 50 ans et ça, il va fal­loir que ça change. » Et celle-ci de con­tin­uer en appelant à ce qu’il y ait plus de « femmes », plus de « jeunes » et plus de « toutes les orig­ines » sur les écrans.

Ain­si sous des cou­verts de poli­tique­ment cor­rect, on voudrait donc nous faire croire que le pro­grès n’est pas du pro­gres­sisme et qu’il n’est, de ce fait, pas une idéolo­gie. Et pire : que le racisme inver­sé n’est pas du racisme…

Publicité

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Derniers portraits ajoutés

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coronavirus.

Bernard de la Villardière

PORTRAIT — Bernard de la Vil­lardière, né Bernard Berg­er de la Vil­lardière, est un jour­nal­iste et ani­ma­teur de télévi­sion et de radio français. Né en mars 1958 au Rheu, dans le départe­ment d’Ille-et-Vilaine en Bre­tagne, il a trois frères et est désor­mais père de qua­tre enfants.

Alexis Orsini

PORTRAIT — Alex­is Orsi­ni traque les dés­in­for­ma­teurs tous azimuts pour 20 Min­utes. Il se dis­tingue régulière­ment par son manque de scrupules dans la véri­fi­ca­tion des faits et sa célérité à point­er du doigt l’extrême-droite, comme nom­bre de ses confrères

Ruth Elkrief

PORTRAIT — Par­ti­sane d’une droite libérale lib­er­taire et mod­érée, Ruth Elkrief a tou­jours affiché une détes­ta­tion du Front nation­al. Elle défend vigoureuse­ment les droits de l’homme en France, et ceux du sion­isme en Israël.

Franz-Olivier Giesbert

PORTRAIT — Celui qui a quit­té début 2014 la direc­tion du Point a passé sa vie dans une ambiguïté toute assumée avec philoso­phie, jonglant entre la droite et la gauche, entre la cam­pagne et la ville, entre les chèvres et le Siè­cle, entre l’indépendance et la con­nivence. FOG, c’est la schiz­o­phrénie réfléchie.