Accueil | Actualités | Médias | France 24 cherche un créneau horaire sur France Ô
Pub­lié le 30 janvier 2013 | Éti­quettes : , , , , ,

France 24 cherche un créneau horaire sur France Ô

La présidente de l’Audiovisuel Extérieur de la France (AEF), Marie-Christine Saragosse, souhaite améliorer la visibilité de la chaîne internationale France 24 dans l’hexagone. Pour ce faire, cette dernière a pour objectif de nouer un partenariat avec France Ô, chaîne publique axée autour de la diversité et présente sur la TNT.

S’inspirant du modèle Euronews, qui dispose d’une tranche horaire fixe de diffusion de 6h à 6h45 sur France 3 (l’un des actionnaires fondateurs), le successeur d’Alain de Pouzihac entend bien emprunter cette voie, bien que la direction de France Télévisions ne l’entende pas de cette oreille. En effet, cette dernière souhaiterait plutôt une synergie au niveau des journaux télévisés plutôt qu’un créneau réservé. De plus, cela raviverait les tensions au sein des rédactions du groupe audiovisuel public, déjà bien enflammées suite au projet de rapprochement des équipes de France 2 et France 3.

Si Marie-Christine Saragosse menace de faire diffuser sa chaîne, en cas de refus, sur Numéro23, ce projet ne semble pas envisageable à cause du statut privé de la chaîne de la TNT. « La réflexion est entamée, mais est loin d'avoir abouti », glisse-t-on au sein de l'AEF – qui comprend France 24 et la radio RFI.

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.