Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Morandini : le grand déballage
Publié le 

28 août 2016

Temps de lecture : 8 minutes
Accueil | Dossiers | Morandini : le grand déballage

Morandini : le grand déballage

Aver­tisse­ment : Cet arti­cle résume les ten­ants et aboutis­sants d’une affaire pénale en cours, dont les pro­tag­o­nistes présen­tent des ver­sions diver­gentes, voire antag­o­niques. L’Ojim se con­tente de présen­ter leurs dif­férents points de vue, sans par­ti pris aucun. L’usage du con­di­tion­nel et la men­tion de nos sources témoignent de notre impar­tial­ité dans un lit­ige qu’il revien­dra à la jus­tice de tranch­er.

Dossier. L’été 2016, endeuillé par les attentats islamistes commis dans l’hexagone (Nice, Saint-Etienne-du-Rouvray) a par ailleurs enrichi la rubrique des scandales. Entre polémique médiatique et affaire de mœurs, à la suite d’une enquête à charge des Inrockuptibles, Jean-Marc Morandini se trouve pris dans un tourbillon qui lui a coûté sa place sur les grilles de rentrée d’Europe 1 et i>Télé. De démentis en contre-attaques, le feuilleton n’en finit plus de rebondir. Résumé des faits.

Acte 1 : Les Inrocks ouvrent le bal

Dans son édi­tion du 12 juil­let 2016, l’hebdomadaire Les Inrock­upt­ibles pub­lie un reportage à charge inti­t­ulé « Enquête sur les pra­tiques de Jean-Marc Moran­di­ni ». La jeune plume Fan­ny Mar­li­er y épin­gle les pra­tiques olé-olé du pro­duc­teur Moran­di­ni à l’égard des comé­di­ens de sa web­série Les Fau­cons. D’après la jour­nal­iste, dès l’été dernier, JMM aurait imposé « des scènes de mas­tur­ba­tion, de nudité frontale » à des « jeunes comé­di­ens qui se dis­ent manip­ulés » et harcelés sex­uelle­ment par l’animateur-producteur. De sep­tem­bre 2015 à févri­er 2016, le tour­nage de ce « pro­gramme court d’une dizaine de min­utes qui racon­te la vie d’une équipe de foot dans la ban­lieue parisi­enne »  aurait été émail­lé par de nom­breuses scènes de ves­ti­aire et de douch­es. Une scène de mas­tur­ba­tion par­ti­c­ulière­ment osée serait réservée aux plus de 16 ans, écrivent Les Inrocks, alors que l’ensemble de la série a été pro­posée gra­tu­ite­ment sur Dai­ly­mo­tion.

Illus­tré par des images de corps mas­culins dénudés rap­pelant les scènes du film Salo ou les 120 journées de Sodome de Pasoli­ni, l’article des Inrocks s’appuie sur de nom­breux témoignages peu avares de détails scabreux. Ain­si, Jean-Marc Moran­di­ni aurait dis­simulé son iden­tité sous le pseu­do­nyme de « Cather­ine Leclerc » afin de mail­er nuita­m­ment les can­di­dats au cast­ing en tout anony­mat. « Insis­tante » et « pres­sante », ladite Cather­ine, dont les heures d’envoi des mes­sages coïn­cideraient avec les con­nex­ions de Moran­di­ni à sa page Twit­ter, aurait poussé les comé­di­ens à se filmer en-dessous de la cein­ture et à se mas­turber devant leur écran. Jean-Marc Moran­di­ni aurait approché les jeunes acteurs en les con­tac­tant via le site de recrute­ment artis­tique Nawak.

Si l’on en croit Fan­ny Mar­li­er, en août 2015, JMM alias « Cather­ine » aurait incité l’un des appren­tis comé­di­ens à pra­ti­quer une fel­la­tion à Jean-Marc Moran­di­ni en guise d’essai. Le jeune homme, un dénom­mé Gabriel, aurait refusé un tel épanche­ment mais se serait néan­moins ren­du dans les locaux d’Europe 1 pour briguer un rôle dans la série. Il aurait été reçu par l’assistant du pro­duc­teur, Kevin Vatant, que l’hebdomadaire Mar­i­anne décrivait déjà comme la petite main de Moran­di­ni en 2010.

Aux dires de Gabriel, Vatant l’aurait filmé en train de s’exhiber devant la caméra, ce que le col­lab­o­ra­teur de Moran­di­ni a fer­me­ment démen­ti, niant toute immix­tion dans la pré­pa­ra­tion des Fau­cons.

Sans pré­cis­er de quoi il en retourne exacte­ment, l’hebdo cul­turel fait par­ler un comé­di­en aux déc­la­ra­tions lour­des de sous-enten­dus : «  Moran­di­ni m’a pris sous son aile pour me faire faire des choses plus osées… ». Jouant sur l’ambiguïté, Fan­ny Mar­li­er évoque des acteurs âgés « de 18 à 25 ans », l’un d’eux ayant un frère de 14 ans, « Jules », que Moran­di­ni aurait ten­té de faire venir à Paris pour par­ticiper au cast­ing en lui promet­tant de rem­bours­er ses frais de déplace­ment. « Cather­ine » aurait même trans­mis le scé­nario d’une scène de mas­tur­ba­tion à la fratrie, his­toire de jus­ti­fi­er le tour­nage d’une vidéo pornographique — que les deux pro­tag­o­nistes auraient finale­ment refusé d’expédier au pro­duc­teur.

Dès le deux­ième épisode (sur les qua­tre de la série), « la nudité est dev­enue gra­tu­ite, sans néces­sité », dénonce l’un des comé­di­ens cités par Les Inrocks, lesquels relèvent que le célèbre pro­duc­teur de films X Marc Dor­cel a pro­mu Les Fau­cons sur son site.

A ce scan­dale de mœurs se super­pose une affaire de droit du tra­vail puisqu’un cer­tain « Quentin » se plaint de l’exploitation dont les acteurs auraient été les objets, la mai­son de pro­duc­tion s’étant borné à leur faire sign­er une sim­ple autori­sa­tion d’apparition à l’image au lieu d’un con­trat de tra­vail en bonne et due forme. Sur 35 heures de tra­vail effec­tif en qua­tre jours, la société de Jean-Marc Moran­di­ni n’en aurait déclaré que qua­tre – payées 100 euros -, ce qui con­stituerait une vio­la­tion du Code du tra­vail, chiche­ment com­pen­sée par quelques cadeaux en liq­uide, selon l’enquête des Inrocks.

Acte 2 : Morandini déboule et débite

Victime d’un complot ?

Dès le 19 juil­let 2016, som­mé par Europe 1 de ren­tr­er de vacances pour s’expliquer, Jean-Marc Moran­di­ni a con­tre-attaqué. Man­i­feste­ment heurté de plein fou­et par le scan­dale, l’animateur vedette de la sta­tion organ­ise une con­férence de presse com­mençant par ces mots : « ça suf­fit, j’en prends plein la gueule depuis une semaine », « des arti­cles dégueu­lass­es, des témoignages que per­son­ne ne véri­fie, des accu­sa­tions igno­bles ». A l’en croire, « Les Inrocks manip­u­lent la vérité, font les chiottes » et « veu­lent (l)e faire pass­er pour un immonde per­vers » afin d’alimenter une cam­pagne de calom­nie. L’instigateur de la camar­il­la ? Aux yeux de JMM, il s’agirait indu­bitable­ment de Marc-Olivi­er Fogiel, auteur de plusieurs sms de chan­tage con­tre Moran­di­ni. D’après ce dernier, Fogiel l’aurait men­acé de « faire sor­tir des saloperies » dans la presse si JMM con­tin­u­ait à men­tion­ner à l’antenne les faibles de son émis­sion « Le Divan » sur France 3. Dès la récep­tion de ces mes­sages sur le télé­phone de son client, l’avocate de Jean-Marc Moran­di­ni les aurait fait con­stater par huissier et aurait adressé une mise en demeure à Marc-Olivi­er Fogiel le 14 avril dernier. Deux mois plus tard, après ce qu’il estime être une « mise à exé­cu­tion » de ces men­aces, Moran­di­ni annonce porter plainte con­tre Fogiel.

Jean-Marc Moran­di­ni étaie sa thèse en présen­tant un fais­ceau d’indices cen­sés acca­bler Marc-Olivi­er Fogiel. Celui-ci aurait « activé tous ses réseaux » pour le dif­famer, à com­mencer par les médias pro­priétés de son « ami et asso­cié Math­ieu Pigasse », explique Moran­di­ni. Les Inrocks sont en effet la pro­priété de Pigasse, asso­cié de Fogiel, dans sa hold­ing Les Nou­velles édi­tions indépen­dantes, ain­si que l’indiquait le mag­a­zine Chal­lenges en 2011. Il est vrai que le ton et le con­tenu de cette enquête ne laisse pas d’étonner les lecteurs du mag­a­zine, peu habitués à ce genre d’articles sen­sa­tion­nal­istes.

Moran­di­ni rap­porte en out­re que le site LesJours.fr, dont Pigasse et Fogiel sont action­naires, a égale­ment pub­lié son lot de révéla­tions acca­blantes et pré­ten­du que la rédac­tion d’i>Télé ne souhaitait accueil­lir JMM qui devait y ani­mer une émis­sion quo­ti­di­enne de 18 heures à 19 heures. Après véri­fi­ca­tion, le cap­i­tal du site LesJours.fr s’avère être con­trôlé à près de 90% par huit anciens jour­nal­istes de Libéra­tion, notam­ment rejoints par des action­naires minori­taires tels que « MOF Prod (Marc-Olivi­er Fogiel, 1,24 %) » ou « Les Nou­velles édi­tions indépen­dantes (Matthieu Pigasse, 0,99 %) ».

Des conjurés sortis du placard ?

Au milieu de ce vaste com­plot our­di con­tre lui, Moran­di­ni désigne « l’homme des bass­es manœu­vres » : Matthieu Delormeau, « ex-amant » de Fogiel et par ailleurs chroniqueur de Moran­di­ni dans l’émission éponyme qu’il ani­mait sur Direct 8 de 2006 à 2008. Selon JMM qui dit « détenir des enreg­istrements » de son impli­ca­tion, Delormeau, con­nu pour son rôle de souf­fre-douleur dans l’émission « Touche pas à mon pote » de Cyril Hanouna, aurait manip­ulé plusieurs comé­di­ens des Fau­cons. En échange de témoignages com­pro­met­tants, Delormeau se serait engagé à pay­er les frais d’avocats, allant jusqu’à « harcel­er » cer­tains acteurs qui s’en seraient émus auprès de Jean-Marc Moran­di­ni. Si ce dernier dit vrai, Delormeau aurait essayé d’accélérer son licen­ciement d’Europe 1 et NRJ 12 afin de pren­dre sa place, antic­i­pant la sus­pen­sion des émis­sions de Moran­di­ni prévues à la ren­trée. Pire, le com­plice pré­sumé de Fogiel aurait car­ré­ment con­tac­té l’ONG « La voix de l’enfant » pour la per­suad­er de se porter par­tie civile con­tre Moran­di­ni en pré­ten­dant que ce dernier aurait abusé de mineurs.

Là où le comique le dis­pute au sor­dide, c’est lorsque l’acteur pornographique belge Chris Bieber s’introduit dans la polémique. « Ami » de Delormeau, si l’on en croit Moran­di­ni, ce « sosie raté » d’un chanteur améri­cain pour ado­les­cents dit avoir été harcelé par l’animateur-producteur voici quelques années. « La pire des choses, c’est qu’il utilise tes pho­tos, il les bal­ance partout. », s’indigne le jeune acteur X, avant d’indiquer sur sa page Twit­ter que « l’affaire Moran­di­ni ne soign­era pas (s)es blessures… » puis de pro­pos­er un flo­rilège de ses meilleures « éjacs » (sic) Con­cé­dant une absence totale de preuves, Chris Bieber affiche néan­moins une vieille pho­to en com­pag­nie de Moran­di­ni, qui a longtemps rap­porté les frasques du jeune homme sur son blog.

Ni sexe ni magouilles ?

Revenant sur le volet sex­uel de l’affaire, Jean-Marc Moran­di­ni rel­a­tivise l’importance, des scènes de nu, ne s’étirant que sur « deux min­utes par épisode », sans « aucune rela­tion sex­uelle ». Et le pro­duc­teur en colère de rap­pel­er que « les acteurs savaient ce qu’ils venaient tourn­er » dès le pre­mier con­tact avec sa société qui exigeait leur aisance face à la nudité. Démen­tant avoir organ­isé le moin­dre cast­ing dans les locaux d’Europe 1, con­traire­ment à ce qu’avance Fan­ny Mar­li­er, Moran­di­ni nie caté­gorique­ment ce qui serait « sous-enten­du dans ce papi­er dégueu­lasse » : il n’aurait jamais eu quelque rela­tion sex­uelle que ce soit avec un mineur. Un seul acteur de moins de 18 ans aurait par­ticipé au tour­nage, accom­pa­g­né par sa mère, détaille le pro­duc­teur.

Sans claire­ment recon­naître des man­que­ments au Code du tra­vail, Moran­di­ni admet « quelques mal­adress­es (…) mon­tées en épin­gle », « cer­taines choses (…) faites arti­sanale­ment » par sa boîte de pro­duc­tion en rai­son de son manque de moyens. Inter­rogé sur RMC par Jean-Jacques Bour­din quelques jours après la paru­tion de l’enquête des Inrock­upt­ibles, sous réserve d’une con­fir­ma­tion des faits, Me Eric Rocheblave, avo­cat spé­cial­iste en droit du tra­vail, note l’illégalité des pra­tiques incrim­inées. Faire jouer des comé­di­ens, a for­tiori « inex­péri­men­tés », sans con­trat relèverait d’un abus de « posi­tion dom­i­nante de la pro­duc­tion », les cast­ings n’étant pas stric­to sen­su « encadrés par la loi » mais rel­e­vant des dis­po­si­tions du Code du tra­vail.

Acte 3 : Plaintes et déprogrammations en série

Au terme de sa con­férence de presse, Jean-Marc Moran­di­ni a annon­cé atta­quer au pénal Les Inrock­upt­ibles et Marc-Olivi­er Fogiel. En réac­tion, Les Inrocks ont enfon­cé le clou et pub­lié un nou­veau témoignage con­tre JMM. Sur le plan judi­ci­aire, Marc-Olivi­er Fogiel et Math­ieu Delormeau ont opposé un démen­ti ferme aux accu­sa­tions de chan­tage et de con­spir­a­tion lancées par Moran­di­ni. Ils ont égale­ment déclaré leur inten­tion de porter plainte con­tre lui.

Pour l’heure, sans que la jus­tice n’ait encore éclair­ci le fond de l’affaire, Europe 1 et iTélé ont décidé de sus­pendre les émis­sions de Jean-Marc Moran­di­ni. Seule NRJ 12 main­tient son émis­sion Crimes con­sacré aux faits divers tout en le pri­vant de directs.

Ironie du PAF, cet éter­nel mirac­ulé de l’antenne devait sign­er son grand retour à la ren­trée tant à la télévi­sion (sur la case 18h-19h d’iTélé) qu’à la radio (à tra­vers plusieurs heures de quo­ti­di­enne sur Europe 1). Finale­ment, Lau­rence Fer­rari le rem­plac­era sur la chaîne info du groupe Canal+ tan­dis que Thomas Jou­bert et Christophe Hon­de­lat­te occu­per­ont les créneaux lais­sés vacants sur Europe 1.

Jadis sac­ri­fié sur l’autel de la « quête de sens » selon l’expression d’Etienne Mougeotte, alors vice-prési­dent de TF1, Jean-Marc Moran­di­ni cara­co­lait en tête des audi­ences dans les années 1990 avec son émis­sion Tout est pos­si­ble (1993–1997), fréquem­ment taxée de télé-poubelle. Revenu sur le devant de la scène grâce à ses pro­grammes de cri­tique des médias, notam­ment sur Europe 1, dont il réal­i­sait les meilleures audi­ences, Moran­di­ni n’en est pas à sa pre­mière chute. Mais sa dépro­gram­ma­tion con­stitue un coup très dur porté aux groupes Lagardère — qui pos­sède Europe 1 — et Bol­loré, repre­neur d’Itélé, que le site LesJours.fr ne manque jamais de bro­carder.

Tel Monte-Cristo, l’animateur corse espère cepen­dant renaître de ses cen­dres et finale­ment tri­om­pher de ses enne­mis. En atten­dant, tous les pro­tag­o­nistes de l’affaire sont abon­dam­ment éclaboussés par leurs accu­sa­tions respec­tives.

Citations

« Je suis corse et chez moi, il y a deux choses sacrées c’est l’honneur et la famille. Ils ont piét­iné ces valeurs… Et ça, je ne l’oublierai jamais. » (Jean-Marc Moran­di­ni, le 19 juil­let 2016)

« La prochaine fois que tu me cherch­es, je bal­ance tous les dossiers », « tu me cherch­es, tu me trou­veras au-delà de ce que tu imag­ines » (sms de Marc-Olivi­er Fogiel d’après Jean-Marc Moran­di­ni, le 19 juil­let 2016)

« Ma seule faib­lesse, il y a quelques mois, après une énième fois où il me cher­chait, a été d’écrire sur le ton de la plaisan­terie, deux tweets qui aujour­d’hui au vu des révéla­tions parais­sent mal­adroits. » (Marc-Olivi­er Fogiel, L’Obs, 27 juil­let 2016)

« J’ai été con­tac­té par Moran­di­ni lorsqu’il fai­sait son émis­sion sur NRJ12. (…) Il te fait boire et ensuite il faut que tu fass­es des pho­tos (…) Tu tombes dans son piège. Tu enlèves ton caleçon et tu com­mences pos­er nu. A ce moment-là, il saute sur toi (…) Et il essaie de te touch­er, de t’embrasser, de te grif­fer. Des choses très vio­lentes, très humiliantes. (…) » (Chris Bieber, Snapchat, 13 juil­let 2016)

[vc_row][vc_column][vc_row_inner][vc_column_inner][vc_column_text css_animation=“fadeIn” css=”.vc_custom_1504462559817{padding-top: 20px !important;padding-right: 30px !important;padding-bottom: 20px !important;padding-left: 30px !important;background-color: #f5f4f1 !important;border-radius: 3px !impor­tant;}”]Ce dossier a été financé par les dona­teurs de l’O­JIM. Notre site est gra­tu­it, nous refu­sons toute pub­lic­ité et toute sub­ven­tion — ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépen­dance. En don­nant 100 € vous financez un por­trait de jour­nal­iste et avec l’avantage fis­cal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En don­nant 200 € vous financez un dossier. Vous pou­vez régler par CB, par Pay­Pal, par chèque ou par vire­ment. Nous n’avons pas d’autres sources de finance­ment que nos lecteurs, d’avance mer­ci pour votre sou­tien. Pour faire un don, cliquez ici.[/vc_column_text][/vc_column_inner][/vc_row_inner][/vc_column][/vc_row]
[vc_row][vc_column][vc_text_separator title=“Voir aussi”][vc_basic_grid post_type=“ids” gap=“5” grid_id=“vc_gid:1504470660701–7131c4a9-70e5‑1” include=“8953, 2605, 16831, 16731, 16590, 5014”][/vc_column][/vc_row]

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Étienne Gernelle

PORTRAIT — « C’est le sys­tème de Franz. Il jette des gens dans un aquar­i­um puis il regarde com­ment ça se passe. » Entré au Point en 2001, Éti­enne Ger­nelle est une pure expéri­men­ta­tion de Franz-Olivi­er Gies­bert.

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coro­n­avirus.

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

Cyrille Eldin

PORTRAIT — Né au Ches­nay, près de Ver­sailles, en mai 1973, Cyrille Eldin est un acteur et ani­ma­teur français. Il accède à la célébrité en 2016, lorsqu’il rem­place Yann Barthès à la tête du « Petit Jour­nal » sur Canal Plus.

Christophe Alévêque

PORTRAIT — Né le 29 octo­bre 1963 au Creusot (71), Christophe Alévêque est un humoriste « engagé » à gauche. Il fait par­tie depuis 2016 du pool d’hu­moristes offi­ciels de France Inter, mis­sion­nés pour démolir, avec l’ar­gent du con­tribuable, les enne­mis poli­tiques et idéologiques de l’État social­iste.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision