Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Coalition gouvernementale au Schleswig-Holstein : une presse française trop superficielle
Publié le 

20 août 2017

Temps de lecture : 8 minutes
Accueil | Dossiers | Coalition gouvernementale au Schleswig-Holstein : une presse française trop superficielle

Coalition gouvernementale au Schleswig-Holstein : une presse française trop superficielle

[Red­if­fu­sions esti­vales 2017 – arti­cle pub­lié ini­tiale­ment le 31/05/2017]

On comprendra parfaitement que l’élection présidentielle française ait quelque peu occulté aux yeux du grand public les élections au parlement régional du Schleswig-Holstein en Allemagne, qui se sont déroulées le 7 mai dernier. Celles-ci sont pourtant riches en enseignements.

La presse nationale française s’est fait briève­ment l’écho de cette élec­tion : Le Figaro ; Le Monde ; Le Parisien ; Les Échos ; France 24 ; Europe 1. La lec­ture de ces arti­cles ne peut pour­tant que sus­citer un sen­ti­ment mit­igé chez un con­nais­seur de la langue, de la cul­ture, de l’histoire et de la poli­tique alle­man­des. Les ténors de la presse nationale française ne font-ils appel qu’à des jour­nal­istes dilet­tantes ? Ou les papiers de ces derniers sont-ils seule­ment biaisés par le poli­tique­ment cor­rect ? Voilà de quoi inter­roger sur le décrochage qual­i­tatif de la presse française par rap­port à cer­tains de ses homo­logues d’Europe du Nord et du monde anglo-sax­on.

On ne peut en effet qu’être frap­pé par quelques traits com­muns à tous ces arti­cles :

  • leur car­ac­tère trop suc­cinct, voire super­fi­ciel ;
  • quelques inex­ac­ti­tudes ou tout au moins des absences de nuances ;
  • une absence qua­si com­plète de réflex­ion en pro­fondeur et de mise en per­spec­tive de ladite élec­tion sur la poli­tique alle­mande en général.

La teneur des arti­cles parus en France est en effet sen­si­ble­ment la même :

  • nette vic­toire de la CDU qui rem­porte cette région ;
  • un SPD (dont c’était un des fiefs) en fort recul ;
  • un échec de l’AfD (Les Échos : « Le scrutin de ce dimanche con­tient une autre vic­toire pour la chancelière avec la faible per­for­mance d’Alternative pour l’Allemagne. Le par­ti pop­uliste dépasse certes tout juste la barre des 5% et entre ain­si dans un nou­veau par­lement région­al en Alle­magne mais les scores de plus de 10% affichés l’année dernière dans plusieurs élec­tions régionales parais­sent loin.»).

Tout cela est glob­ale­ment juste à pre­mière vue, mais de façon assez super­fi­cielle. La sit­u­a­tion issue de cette élec­tion est net­te­ment plus com­plexe et déli­cate.

Les chiffres

Voici en effet les résul­tats effec­tifs :

Par­ti poli­tiqueRésul­tatsÉvo­lu­tion
Ancien scoreNou­veau score
CDU (chré­tiens-démoc­rates)30,8%32%+1,2%
SPD (soci­aux-démoc­rates)30,4%27,2%-3,2%
Verts13,2%12,9%-0,3%
FDP (libéraux)8,2%11,5%+3,3%
AfD-5,9%+5,9%
Linke (gauche rad­i­cale)2,3%3,8%+1,5%
SSW (par­ti de la minorité danoise)4,6%3,3%-1,3%
Pirates8,2%1,2%-7%
Autres divers2,3%2,2%-0,1%

Avant de com­menter ces chiffres, il con­vient d’abord de rap­pel­er que cette région était aupar­a­vant gou­vernée par une coali­tion désignée par le terme de Küstenkoali­tion (Coali­tion côtière) ou encore Ampelkoali­tion (coali­tion feu tri­col­ore). Cette dernière com­pre­nait le SPD, les Verts et le SSW (par­ti des minorités danoise et frisonne, région­al­iste, gauchiste nordique, écol­o­giste et mul­ti­cul­tur­al­iste). Ce dernier par­ti est excep­tion­nelle­ment dis­pen­sé de la barre des 5% pour être représen­té au Par­lement. L’Allemagne démoc­ra­tique est en effet très respectueuse des minorités eth­no­lin­guis­tiques, con­traire­ment à la France jacobine. Ensem­ble, ces par­tis coal­isés réu­nis­saient 48,2% des voix mais, grâce à l’élimination des par­tis n’ayant pas franchi la barre des 5% et à la répar­ti­tion des voix de ces derniers au pro­ra­ta des résul­tats des par­tis qual­i­fiés pour le Par­lement, total­i­saient tout juste 35 députés sur 69, soit une majorité courte d’une seule voix, mais tout de même une majorité absolue, poli­tique­ment cohérente, qui pou­vait en out­re béné­fici­er du sou­tien de petits par­tis au cas par cas.

Par con­séquent un gou­verne­ment région­al en mesure de gou­vern­er. Or c’est juste­ment l’une des con­clu­sions frap­pantes de ces élec­tions, com­plète­ment man­quée par la presse française : la mise sur pied de la future coali­tion va s’avérer un exer­ci­ce aus­si ardu que périlleux, et l’avenir de cette dernière, quelle qu’elle soit, sera a pri­ori très incer­tain.

L’AfD au parlement régional den Kiel : un chien dans un jeu de quille

Le pre­mier résul­tat con­stat­able est effec­tive­ment le désaveu de la coali­tion au gou­verne­ment. L’ensemble de ses mem­bres a en effet per­du des plumes, essen­tielle­ment le SPD, mais aus­si – certes dans une moin­dre mesure – ses alliés d’hier. Les Verts ont pu se main­tenir dans une région qui regarde comme un mod­èle la poli­tique d’énergie renou­ve­lable menée con­séquem­ment par le Dane­mark voisin.

C’est bien l’ensemble de la droite qui a rem­porté les élec­tions et non la seule CDU qui ne gagne en fait ici qu’un petit point. Car le FDP a remar­quable­ment pro­gressé… mais tout de même aus­si l’AfD, même si elle avait pu espér­er mieux encore !

Le score de l’AfD est en effet trop rapi­de­ment évo­qué par la presse française : il est certes inférieur aux scores de 10% à 20% précédem­ment engrangés, mais engrangés dans d’autres régions. Le cli­vage Est-Ouest (jamais évo­qué par la presse française alors qu’il représente un phénomène struc­turel fon­da­men­tal pour l’évolution poli­tique de l’Allemagne, les idées post-soix­ante-huitardes n’ayant guère d’écho à l’Est) a pour con­séquence que l’AfD engrange des suc­cès bien plus con­sid­érables à l’Est qu’à l’Ouest. Enfin, l’AfD se présente à ces élec­tions pour la pre­mière fois, y obtient tout de même d’un seul coup 5,9% des voix et entre au Par­lement région­al – il serait plus juste de par­ler d’un résul­tat en demi-teinte que d’un échec pur et sim­ple.

Car l’autre phénomène essen­tiel de cette élec­tion absol­u­ment ignoré par la presse française est que l’arrivée de l’AfD au par­lement de Kiel vient boule­vers­er l’équilibre poli­tique dans cette région. Il va en effet être très dif­fi­cile d’y met­tre sur pied une coali­tion viable et surtout capa­ble de met­tre en œuvre une poli­tique couron­née de suc­cès dans cet État fédéré. Une con­fig­u­ra­tion que nous avons déjà décrite à pro­pos des élec­tions berli­nois­es et que l’on peut con­stater sou­vent lorsque l’AfD parvient à envoy­er des députés dans des Par­lements régionaux : ce phénomène con­traint alors les par­tis de l’establishment à créer des grandes coali­tions ou des coali­tions hétéro­clites, qui ont pour­tant, à quelques excep­tions près, rarement fait leurs preuves his­torique­ment.

Le casse-tête de la for­ma­tion d’une coali­tion gou­verne­men­tale viable après les élec­tions au Schleswig-Hol­stein : l’avenir du gou­verne­ment région­al est très incer­tain

C’est ce dont une grande par­tie de la presse alle­mande, plus nuancée que la française, s’est sou­vent fait l’écho ces derniers temps : Kiel­er Nachricht­en (1), Kiel­er Nachricht­en (2), FAZ (1), FAZ (2), FAZ (3), FAZ (4), NDR, Köl­ner Stad­tanzeiger.

L’arrivée de l’AfD au par­lement région­al de Kiel fait l’effet de celle d’un chien dans un jeu de quille. Cette présence com­binée aux con­séquences du poli­tique­ment cor­rect, a en effet trois con­séquences immé­di­ates (rai­son pour laque­lle elle est loin d’être un insuc­cès) :

  • aucune des coali­tions clas­siques (SPD-Verts ou CDU-FDP) ne peut être mise en place faute de majorité absolue, même après péréqua­tion ;
  • le poli­tique­ment incor­rect empêche de met­tre en place la coali­tion des droites logique­ment issue des résul­tats aux élec­tions ;
  • aucune des autres coali­tions pens­ables ne paraît bien sat­is­faisante.

L’avenir poli­tique à moyen terme de l’État fédéré de Schleswig-Hol­stein paraît pour le moins incer­tain.

Examinons cela en détail

Les véri­ta­bles vain­queurs des élec­tions sont bel et bien la CDU (+1,2%), mais davan­tage encore le FDP (+3,3%)… et quoi qu’on en dise l’AfD (+5,9%). La coali­tion la plus logique au vu de ces résul­tats serait donc une coali­tion des droites CDU-FDP-AfD. Une telle coali­tion serait d’autant plus logique que l’AfD est un par­ti certes con­ser­va­teur et hos­tile au mul­ti­cul­tur­al­isme, mais aus­si libéral comme le FDP et con­ser­va­teur au plan socié­tal comme la CDU. Or il serait fou de nier que les Alle­mands souhait­ent aujourd’hui une poli­tique d’immigration raisonnable. Une telle coali­tion (coali­tion des vain­queurs) pos­sèderait enfin une majorité très con­fort­able au Par­lement de 49,4% avant redis­tri­b­u­tion des 7,2% de voix qui se sont portées sur les par­tis non qual­i­fiés au par­lement. Soit, après péréqua­tion, une majorité absolue bien plus con­fort­able encore que celle dont dis­po­sait feu la coali­tion « feu tri­col­ore » sous l’égide du SPD…

Seule­ment voilà : l’idéologie post-démoc­ra­tique portée par le poli­tique­ment cor­rect empêche cette solu­tion logique. Elle con­traint donc à choisir entre des solu­tions ban­cales… Lesquelles ?

  1. Une coali­tion de droite réduite à la CDU et la FDP ne peut, avec seule­ment 43,5% des voix avant répar­ti­tion, con­stituer de coali­tion majori­taire viable. À gauche, la Küstenkoali­tion tri­col­ore est morte ;
  2. Une solu­tion de sec­ours serait une GroKo (Grosse Koali­tion = grande coali­tion) alliant les par­tis d’establishment CDU-SPD ; de telles coali­tions régionales ont été vues à Berlin (jusqu’en 2016), au Meck­lem­bourg-Poméranie occi­den­tale (voir), en Sarre (depuis 2012, renou­velée il y a quelques jours), en Saxe (depuis 2014), en Saxe-Anhalt (jusqu’en 2016) ou encore en Thuringe (jusqu’en 2014) ; ce type de coali­tion, surtout si elle allie entrants et sor­tants, n’a pour le moment pas du tout fait ses preuves ; tâchant trop de ménag­er la chèvre et le chou, les GroKo finis­sent par mécon­tenter tout le monde en fin de man­da­ture ; ni la CDU ni le SPD ne parais­sent y être favor­ables à court terme dans cette région, mais cela peut chang­er… la Sarre a fait ce choix en 2012 et l’a con­fir­mé il y a quelques jours seule­ment (mais en Sarre, CDU, FDP et SPD sont arrivés large­ment devant tous les autres par­tis avec près de 70% des voix, c’est plutôt l’extrême-gauche qui a été désavouée, con­traire­ment à ce qui vient de se pass­er à Kiel) ;
  3. La CDU et le FDP pour­raient alors préfér­er s’allier, dans le cadre de ce qui porte déjà le nom de « Jamai­ka-Koali­tion » (coali­tion jamaï­caine, soit noire-bleue-verte), aux Verts – seuls capa­bles d’apporter l’appoint néces­saire à une majorité absolue. Or si une par­tie des Verts (les « Rea­los », réal­istes) est réputée mod­érée, une autre par­tie des Verts (les « Fundis », fon­da­men­tal­istes) est assez juste­ment con­sid­érée comme une éma­na­tion d’éco-staliniens à la française (on se sou­vient de la sor­tie récente du député AfD Rain­er Podeswa à Stuttgart) ; en out­re, les Verts provi­en­nent d’une coali­tion sor­tante et désavouée et vien­nent d’enregistrer une série de revers en Sarre ou encore en Rhé­nanie du Nord-West­phalie… cette coali­tion serait donc assez ban­cale, out­re le fait qu’elle n’enthousiasme guère les­dits Verts ; mais elle a ses chances d’aboutir (bien moins de réus­sir) ;
  4. Mais le pire serait encore une nou­velle mou­ture revue et cor­rigée, encore élargie, de la Küstenkoali­tion (Coali­tion côtière) ou encore Ampelkoali­tion (feu tri­col­ore dev­enue quadri­col­ore) ; ce type de coali­tion des vain­cus faite de bric et de broc unis­sant des opposants hétéro­clites a par­fois suc­cédé à des grandes coali­tions en échec ; il n’est pas impos­si­ble que le SPD, les Verts, le SSW tente de remet­tre une coali­tion des sor­tants alliée au FDP ou (ou exclusif) à la Gauche rad­i­cale (Linke) ; le FDP ne sem­ble guère y être favor­able, les Linke (gauche rad­i­cale à l’instar de notre Front de Gauche) sem­blent dubi­tat­ifs, mais sait-on jamais… Berlin a fait un tel choix hasardeux l’an dernier…

On voit donc par­faite­ment à l’examen de ces hypothès­es que tout est loin d’aller pour le mieux dans le meilleur des mon­des au Schleswig-Hol­stein : l’impossibilité de réalis­er une union des droites CDU-FDP-AfD con­traint à envis­ager des coali­tions hétéro­clites faites de bric et de broc, comme cela a d’ailleurs été le cas dans d’autres pays d’Europe du Nord (Pays-Bas encore récem­ment). Des coali­tions toutes plus ou moins ban­cales, dont les suc­cès poli­tiques futurs ne peu­vent qu’être incer­tains. On voit cela aus­si en France depuis des années, avec les con­séquences que l’on con­naît en ter­mes de gou­verne­ments minori­taires depuis 1997, de cohab­i­ta­tions qui pour­raient être inter­prétés comme des GroKo à la française (et le gou­verne­ment Macron prend à sa manière de telles allures sous une forme renou­velée). Mais l’Allemagne n’est pas la France : les scruti­ns à la pro­por­tion­nelle rel­a­tive y sont net­te­ment plus démoc­ra­tiques et il n’est pas pos­si­ble de con­fis­quer les élec­tions ad vitam aeter­nam dans ce pays comme en France.

On assiste donc, au Schleswig-Hol­stein comme en Sarre, comme en Rhé­nanie du Nord-West­phalie récem­ment, et comme à Berlin, au Meck­lem­bourg-Poméranie Occi­den­tale l’an dernier et aupar­a­vant en Saxe, Saxe-Anhalt et Thuringe, à un boule­verse­ment pro­fond du jeu poli­tique alle­mand qui, à l’instar du sys­tème poli­tique française, tra­verse une crise pro­fonde. Partout, on voit que les par­tis de l’establishment réagis­sent aux boule­verse­ments par la mise en place de grandes coali­tions (GroKo) ou de coali­tions mul­ti­col­ores dont les appel­la­tions exo­tiques cachent mal le car­ac­tère hétéro­clite (coali­tions côtières, tri­col­ores, jamaï­caines…) et la fréquente impuis­sance poli­tique.

Les boule­verse­ments des majorités régionales pour­raient annon­cer des boule­verse­ments des majorités fédérales, tant au niveau du Par­lement fédéral (élec­tions en sep­tem­bre 2017) que du Con­seil fédéral qui rassem­ble les députés des régions, dont la com­po­si­tion est donc influ­encée par chaque élec­tion régionale.

Par­ler seule­ment du suc­cès de la CDU et de la déroute du SPD ne représente donc qu’une par­tie des réflex­ions qu’aurait dû sus­citer cette élec­tion : le suc­cès d’Angela Merkel n’est pas sans ombres, et l’irruption de l’AfD sur la scène poli­tique con­tin­ue bel et bien à boule­vers­er et à désta­bilis­er le sys­tème poli­tique alle­mand en général, et celui de cet État en par­ti­c­uli­er.

[vc_row][vc_column][vc_row_inner][vc_column_inner][vc_column_text css_animation=“fadeIn” css=”.vc_custom_1504462559817{padding-top: 20px !important;padding-right: 30px !important;padding-bottom: 20px !important;padding-left: 30px !important;background-color: #f5f4f1 !important;border-radius: 3px !impor­tant;}”]Ce dossier a été financé par les dona­teurs de l’O­JIM. Notre site est gra­tu­it, nous refu­sons toute pub­lic­ité et toute sub­ven­tion — ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépen­dance. En don­nant 100 € vous financez un por­trait de jour­nal­iste et avec l’avantage fis­cal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En don­nant 200 € vous financez un dossier. Vous pou­vez régler par CB, par Pay­Pal, par chèque ou par vire­ment. Nous n’avons pas d’autres sources de finance­ment que nos lecteurs, d’avance mer­ci pour votre sou­tien. Pour faire un don, cliquez ici.[/vc_column_text][/vc_column_inner][/vc_row_inner][/vc_column][/vc_row]

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Étienne Gernelle

PORTRAIT — « C’est le sys­tème de Franz. Il jette des gens dans un aquar­i­um puis il regarde com­ment ça se passe. » Entré au Point en 2001, Éti­enne Ger­nelle est une pure expéri­men­ta­tion de Franz-Olivi­er Gies­bert.

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coro­n­avirus.

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

Cyrille Eldin

PORTRAIT — Né au Ches­nay, près de Ver­sailles, en mai 1973, Cyrille Eldin est un acteur et ani­ma­teur français. Il accède à la célébrité en 2016, lorsqu’il rem­place Yann Barthès à la tête du « Petit Jour­nal » sur Canal Plus.

Christophe Alévêque

PORTRAIT — Né le 29 octo­bre 1963 au Creusot (71), Christophe Alévêque est un humoriste « engagé » à gauche. Il fait par­tie depuis 2016 du pool d’hu­moristes offi­ciels de France Inter, mis­sion­nés pour démolir, avec l’ar­gent du con­tribuable, les enne­mis poli­tiques et idéologiques de l’État social­iste.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision