Christophe Alévêque
Comment l’agence de presse allemande DPA crée un bobard

Comment l’agence de presse allemande dpa crée un bobard

L’agence de presse allemande dpa (Deutsche Presse-Agentur) diffuse une fausse information (hoax) concernant un discours du chef du groupe AfD au parlement régional du Bade-Wurtemberg : pannes dans la presse mainstream, vives réactions des réseaux sociaux, panique et correctifs des médias fautifs, voici le décryptage serré de l’histoire par le correspondant en Allemagne de l’Observatoire des journalistes.

Rainer Podeswa (60 ans) est un physicien allemand, également diplômé en gestion. Il est par ailleurs vice-président du groupe parlementaire Alternative für Deutschland au parlement régional de Bade-Wurtemberg. Il est enfin connu pour être un conservateur au plan sociétal, défenseur acharné des valeurs traditionnelles et pourfendeur infatigable des grandes lubies constructivistes socio-culturelles de notre époque. Il s’était ainsi déjà fait connaître dans un de ses savoureux discours contre l’idéologie du genre en affirmant en 2015 : « L’idéologie du genre n’est que l’effluve intellectuelle de doux dingues vivant dans un monde communiste fantasmé, que Marx lui-même n’aurait pas compris ».

Autre incorrection politique : il ne croit pas davantage à la théorie du réchauffement climatique, ce qui fait grincer bien des dents et en a fait la bête noire des écologistes allemands… C’est dans ce contexte qu’il s’en est vivement pris à la politique climatique des Verts dans un discours tenu le 11 mai 2017 devant le parlement de Bade-Wurtemberg en ces termes littéralement « incendiaires » :

« Je veux cependant encore nourrir votre réflexion et replacer cette discussion dans son contexte historique. […] Je reste en Bade-Wurtemberg, en me contentant seulement de remonter quelques siècles en arrière. Là aussi il y avait une accumulation de phénomènes météorologiques extrêmes, et ce plusieurs années d’affilée. […] Jusqu’à ce que finalement une solution paraisse à l’horizon et que des moyens furent imaginés comme probants, ici en Bade-Wurtemberg. […] Je vous recommande donc le livre dans lequel l’ensemble de ces solutions ont été résumées. Il a été publié à Spire en 1486 (ou à Strasbourg en 1487, NDLR), et résume toutes les méthodes qui avaient été mises en œuvre à l’époque à Ravensbourg contre la catastrophe climatique. Je vous recommande donc d’aller consulter cet ouvrage de référence pour toute l’Europe à la Bibliothèque de Stuttgart. […] Vous en connaissez le titre populaire, […], c’est le “Marteau des sorcières” (Malleus Maleficarum, DDLR). Ils avaient à l’époque brûlé des centaines de femmes, et ainsi sauvé le climat. Voilà les résultats d’une mission éco-stalinienne, déjà délirante à l’époque, et que vous (les Verts) continuez à poursuivre sur ces questions. L’AfD défend une politique climatique, économique et sociétale fondée sur la raison. »

Il va sans dire que cette phrase comparait la politique des Verts contre le changement climatique à la politique inquisitoriale consistant à brûler des sorcières pour améliorer la société et combattre les affres du temps. Rainer Podeswa comparait ainsi (fort à propos) le fanatisme idéologique moderne des Verts allemands avec le fanatisme religieux des inquisiteurs d’hier – avec des attentes de résultats comparables. Et lui opposait la politique fondée sur la raison défendue par l’AfD dans tous les domaines. Il n’y avait là aucune misogynie ni autre recommandation délirante.

Panne de l’agence officielle de presse allemande dpa, reprise par Die Welt et Focus

La sortie de Rainer Podeswa ne pouvait que piquer les Verts au plus vif. En contestant d’abord le changement climatique, il agitait un chiffon rouge. Sa comparaison du fanatisme idéologique des Verts modernes avec le fanatisme religieux des inquisiteurs du XVème siècle ne pouvait que faire ruer ces derniers dans les brancards.

Mais certains Verts allemands et autres opposants à l’AfD ne sont pas seulement des idéologues fanatiques : ils sont par ailleurs d’une malhonnêteté intellectuelle qui n’est d’ailleurs pas sans rappeler des pratiques aussi connues en France. La députée écologiste Martina Braun réagit par exemple immédiatement ainsi à la citation ironique de Rainer Podeswa : « C’est vraiment incroyable. […] Le “Marteau des sorcières” est un des livres les plus misogynes au monde. […] Il aurait participé au martyre de 40.000 à 60.000 malheureuses. […] »

Et les autres partis d’enfoncer le clou dans le cadre d’une ahurissante déclaration commune des Verts, de la CDU, du SPD et du FDP énonçant notamment que « une fois de plus, l’AfD a montré la vision méprisante que ce parti a des femmes (sic) »… en donnant à travers cette réaction complètement hors de propos un parfait exemple de répugnante malhonnêteté intellectuelle, d’absence totale d’intégrité politique… et de fanatisme idéologique inquiétant, en confortant ainsi le fond réel du propos effectivement tenu par Rainer Podeswa ! Les pages Facebook de plusieurs politiciens emboîtèrent vite le pas – les posts afférents ayant apparemment tous été supprimés depuis…

Mais l’affaire ne s’arrêta pas là : le même jour, l’agence officielle de la presse allemande, la Deutsche Presse-Agentur (dpa) publiait une dépêche indiquant que le député AfD Rainer Podeswa aurait, dans un discours tenu devant le parlement régional de Stuttgart, recommandé les moyens consignés dans l’ouvrage intitulé « Le Marteau des Sorcières », et donc prôné la remise à l’honneur des bûchers pour les sorcières !

Comment une information aussi absurde a-t-elle pu être rédigée ? Peut-être parce que certains journalistes sont tellement politiquement déformés qu’ils en oublient toute déontologie et ont tout bonnement repris les grotesques réactions des Verts, de la CDU, du SPD et du FDP sans réfléchir davantage à leur grossière invraisemblance.

Il est vrai que la dépêche n’a pas été reprise partout : c’est en fait die Welt (et Focus, mais comme ces deux médias collaborent, c’est semble-t-il le même article qui a été publié sur ces deux supports) qui ont repris telle quelle cette ahurissante dépêche.

Qui pouvait seulement croire qu’une telle proposition – réintroduire l’inquisition et rallumer des bûchers dans l’Allemagne du 21ème siècle – pouvait être sérieuse comme le suggérait la dpa ? À tous seigneurs tout honneur : ni le Frankfurter Allgemeine Zeitung (FAZ), ni le Süddeutsche Zeitung (SZ), ni Die Zeit n’ont apparemment repris ladite dépêche. Des journalistes ont tout de même tiqué à la lecture d’un texte aussi ahurissant et ont préféré s’abstenir.

C’est en fait surtout Die Welt (et par conséquent Focus) qui sont tombés dans le panneau, et quelques quotidiens régionaux.

Indignation des réseaux sociaux et de Junge Freiheit, rétropédalage de la dpa… et par conséquent de Die Welt et de Focus

Rainer Podeswa fut bien entendu le premier à réagir sur les réseaux sociaux. Il a vite rappelé, dans une déclaration personnelle, que l’ironie est apparemment en politique une arme à double tranchant. Et apostrophant la présidente (écologiste) du parlement régional, Muhterem Aras, il a souligné qu’il voulait bien entendu dire que les mesures que proposaient aujourd’hui les Verts contre le réchauffement climatique étaient tout aussi sensées et raisonnables que celles qui avaient été choisies hier dans l’ouvrage cité. Il aurait dont été mal compris – mais l’avait-il été, ou s’était-il adressé à des adversaires aussi malhonnêtes que fanatiques et par conséquent dangereux ?

Quoi qu’il en soit, les réseaux sociaux se sont enflammés… et ce en grande partie en sa faveur, tellement le cas était évident.

La tête de gondole de la « nouvelle droite » allemande, le quotidien Junge Freiheit (Jeune liberté) en a de son côté profité pour fustiger – en l’occurrence avec raison – la pensée unique de la bien-pensance allemande. La dpa a tout de même mis une grande semaine à corriger le tir.

Suite à quoi Die Welt et Focus ont publié un long rectificatif assez clair sur le sujet. On ne peut en effet plus trouver sur ces journaux en ligne trace de l’article qui avait repris la grotesque dépêche de la dpa. On y trouve à la place ceci :

On peut y lire :

[…] La Deutsche Presse-Agentur (dpa) a faussement rapporté que le député AfD Rainer Podeswa aurait, dans un discours tenu devant le Landtag de Stuttgart, recommandé de recourir aux moyens proposés dans le moyenâgeux «Marteau des Sorcières» pour lutter contre le changement climatique.

C’est le contraire qui est vrai : Rainer Podeswa avait dit que l’on avait brûlé des femmes au 15ème siècle en réaction à des phénomènes météorologiques extrêmes. Ce député ne voulait pas ici faire une proposition mais comparer, à travers un exemple édifiant, les mesures déraisonnables proposées (par les Verts) contre le changement climatique. La dpa regrette d’avoir rapporté ce propos de façon erronée. Les textes correspondants ont été corrigés jeudi soir (18 mai, NDLR). […]

[…] (Die Welt & Focus) D’où venait notre erreur ?

« La déclaration provocante de Rainer Podeswa a été mal comprise par la dpa (?). »

« Il n’a fait que comparer la politique climatique actuelle aux mesures proposées en 1486, et non émis de proposition en ce sens. » […]

Sans doute n’a-t-on pas voulu directement avouer qu’il ne s’agissait probablement pas d’une erreur d’interprétation, mais de la reprise trop précipitée des réactions scandaleusement malhonnêtes des autres partis… histoire de ne pas salir l’image de ces derniers… […]
[…] Y a-t-il eu d’autres erreurs ?

« Oui, la dpa n’a pas bien ni assez rapidement réagi lorsque les premiers doutes sur le contenu de la dépêche sont apparus… »

« Rainer Podeswa avait réagi le même jour (11 mai) (aux propos de ses opposants politiques) en rappelant que sa proposition était bien entendu ironique. » […]

[…] Cette erreur aurait-elle pu être évitée ?

« Oui. La simple lecture de l’ensemble du passage aurait dû immédiatement fait comprendre que les paroles de Rainer Podeswa ne pouvaient en rien constituer une recommandation, ne fût-ce qu’en termes de contenu. »

« Qui pouvait croire qu’un politicien allemand avait pu proposer en 2017 de brûler à nouveau des femmes sur des bûchers ? Au plus tard à ce moment-là, (du fait de son invraisemblance), la dpa aurait dû s’apercevoir de l’erreur … et la corriger nettement plus vite ». […]

[…] (Focus) Nota Bene de la rédaction de FOCUS-Online FOCUS Online avait repris la dépêche d’origine de la dpa. Nous ne nous sommes malheureusement aperçus que trop tard de l’erreur. Dès que ça a été le cas, nous avons rectifié. Nous vous prions de bien vouloir excuser cette erreur, ainsi que notre lenteur à la corriger. […]

Les opposants à l’AfD désormais arroseurs arrosés

La tentative trop grossière de satanisation de l’AfD par ses opposants politiques via la presse bien-pensante – parce que c’est bien à cela que l’on semble avoir eu affaire en l’occurrence – semble s’être entretemps retournée contre leurs auteurs.

C’est ainsi que le quotidien régional de Stuttgart, le Stuttgarter Zeitung, souligne parmi d’autres médias régionaux que « On se réjouit très fort au sein de l’AfD des remous qu’a suscités cette provocation de Rainer Podeswa (et de son dénouement). Le président de la fraction parlementaire AfD à Stuttgart, Jörg Meuthen, ne s’est ainsi pas privé de déclarer que “ceux qui n’avaient pas compris l’ironie de Rainer Podeswa doivent tout de même être à la limite de la débilité mentale”».
Comme quoi la malhonnêteté ne paye pas toujours, même en politique…

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook