Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
[Rediffusion] Élections à Berlin : l’analyse des médias allemands

23 décembre 2016

Temps de lecture : 5 minutes
Accueil | Pascal Houzelot | [Rediffusion] Élections à Berlin : l’analyse des médias allemands

[Rediffusion] Élections à Berlin : l’analyse des médias allemands

Dossier. Les élections à Berlin ont été une fois de plus l’occasion pour la presse française de produire analyses superficielles et phrases toute faites semblant sortir mécaniquement d’un traitement de texte robotisé : nouveau revers de la CDU, percée du parti « d’extrême-droite » AfD, Berlin reste à gauche… Aucun journaliste français n’a examiné à la loupe ces résultats afin d’en tirer des analyses un tant soit peu pertinentes. Et de s’étonner de cette « percée nationaliste » dans cette capitale pourtant si « multiculturelle »…

Les gros titres sont glob­ale­ment justes si on reste à la sur­face des choses :

  • les par­tis insti­tu­tion­nels (la CDU, mais aus­si le SPD et les Verts) ont enreg­istré de lourds revers,
  • l’AfD, mais aus­si le libéral FDP (par­ti libéral-démoc­rate) ont enreg­istré des pro­gres­sions, très fortes dans le cas de l’AfD (de 0 à 14%),
  • l’extrême-gauche (Die Linke, d’une cer­taine manière com­pa­ra­ble à notre Front de Gauche) se main­tient ou enreg­istre une faible pro­gres­sion,
  • la gauche reste glob­ale­ment au pou­voir, mais l’ancienne « grande coali­tion » SPD-CDU devra céder la place à une coali­tion SPD-Grüne-Die Linke, c’est-à-dire rose-vert-rouge. Une anci­enne coali­tion improb­a­ble de per­dants sera donc rem­placée par une nou­velle coali­tion improb­a­ble de per­dants,
  • l’abstention a par ailleurs été forte, con­traire­ment aux dernières élec­tions régionales à l’Est.

Une sociologie politique très particulière

Les médias alle­mands ont été plus loin dans l’analyse aus­si bien his­torique que sociale et géo­graphique.

Pour mieux com­pren­dre la poli­tique locale berli­noise, il con­vient de com­pren­dre la soci­olo­gie très par­ti­c­ulière de cette ville au passé récent tumultueux : Berlin a été, de 1949 à 1990, coupée en deux entre Berlin-Ouest (RFA) et Berlin-Est (RDA). La par­tie ouest de la ville, con­sti­tuée comme une île démoc­ra­tique cap­i­tal­iste dans la mer du par­adis col­lec­tiviste com­mu­niste, n’a jamais eu de soci­olo­gie nor­male : coupée de son arrière-pays et d’une économie rentable du fait des coûts de trans­port, elle a été sous per­fu­sion finan­cière pen­dant des décen­nies, peu­plée d’une part de fonc­tion­naires et autres employés para­publics sous sub­sides de l’État, et d’autre part d’une faune d’étudiants, d’artistes et de mar­gin­aux en rup­ture de ban dont la présence a été longtemps mar­quée par un puis­sant mou­ve­ment de squat­ters (165 immeubles occupés dans les années 70). La ville, dont le futur chance­li­er SPD Willy Brandt a été le maire de 1957 à 1966 avant d’être propul­sé chef du gou­verne­ment alle­mand de 1969 à 1974, a été gou­vernée sans inter­rup­tion par la gauche jusqu’à aujourd’hui. Mais dans des con­di­tions qui ont désor­mais forte­ment évolué : dans les années 60 et 70 le SPD recueil­lait régulière­ment plus de la moitié des suf­frages. Ça n’est plus du tout le cas actuelle­ment.

Les élec­tions berli­nois­es ne sont en rien com­pa­ra­bles aux dernières élec­tions qui ont eu lieu en Meck­lem­bourg-Poméranie Occi­den­tale ou en Saxe-Anhalt. Elles n’en sont pas moins très emblé­ma­tiques de l’évolution poli­tique alle­mande vers l’éclatement et l’ingouvernabilité – non pas « mal­gré » le radieux « Mul­ti­kul­ti », mais à cause de l’éclatement provo­qué par le « Mul­ti­kul­ti ». La soci­olo­gie de Berlin a en effet rapi­de­ment évolué après la chute du mur (1990) : une classe moyenne de com­merçants, d’artisans et de pro­fes­sions libérales a vu le jour, repous­sant en par­tie les fonc­tion­naires et les mar­gin­aux. Par ailleurs, les « Ossis » ont pu se main­tenir dans cer­tains quartiers. D’autres quartiers ont été mas­sive­ment investis par une immi­gra­tion musul­mane turque et arabe.

Un vote éclaté entre groupes socio-ethniques et religieux

Les dif­férentes tribus qui peu­plent désor­mais Berlin (Gen­try, Wes­sis, Ossis, mar­gin­aux et musul­mans) ne se sont nulle­ment répar­ties de façon uni­forme dans la ville. Comme partout ailleurs en Europe de l’Ouest, elles se sont regroupées par affinité dans les dif­férents quartiers de la ville. Les résul­tats des élec­tions sont extrême­ment représen­tat­ifs de cet éclate­ment, qui empêche désor­mais tout con­sen­sus raisonnable.

On con­state ain­si que la CDU n’existe poli­tique­ment qu’à l’Ouest, tout comme d’ailleurs le libéral FDP. À l’inverse, le par­ti d’extrême-gauche Die Linke n’existe pra­tique­ment qu’à l’Est. Seul l’AfD enreg­istre d’excellents scores à l’Est, mais aus­si de bons scores à l’ouest. Mais un exa­m­en plus minu­tieux des résul­tats quarti­er par quarti­er per­met d’éviter toute con­clu­sion trop hâtive d’un cli­vage Ouest/Est clas­sique. C’est tout autre chose que l’on con­state bien au con­traire à la lumière de ce dernier :

  • les quartiers Est doivent être en effet soigneuse­ment divisés entre les quartiers de la pre­mière couche en par­tant du cen­tre, par exem­ple Friedrichshain-Kreuzberg ou Neukölln. Ces quartiers ont très net­te­ment voté à gauche voire à l’extrême-gauche. Le pre­mier compte 22% d’immigrés musul­mans, le sec­ond 15% de Turcs et 10% d’Arabes. Les mar­gin­aux, alter­nat­ifs et autres représen­tants de la gauche cul­turelle y sont égale­ment fort nom­breux.
  • Les quartiers Est de la sec­onde couche, tels que Marzahn-Hellers­dorf, Trep­tow-Köpenick, Licht­en­berg et Pankow, net­te­ment plus excen­trés, ont accordé entre 20 et 25% de leurs suf­frages à l’AfD. Ils ne comptent que 4 à 5% d’immigrés musul­mans en moyenne. Ce sont les quartiers typ­ique­ment « Ossis ».
  • Mais les quartiers ouest « gen­tri­fiés », tels que Span­dau, Reinick­endorf et Neukölln, ont égale­ment accordé leurs suf­frages à l’AfD et aus­si au FDP – d’où de bons scores de l’AfD, mais moin­dres que dans les quartiers « Ossis »

Con­clu­sion ? Con­traire­ment à ce qu’on a pu lire çà et là, la per­cée de l’AfD ne s’est pas faite « en dépit du mul­ti­cul­tur­al­isme berli­nois ». C’est tout à fait autre chose que l’on observe : la poli­tique à Berlin est en voie de trib­al­i­sa­tion. Elle ressem­ble de plus en plus à ce que l’on observe dans ces faux pays arabes ou africains, dans lesquels une mul­ti­tude de tribus qui ne for­ment pas de nation eth­nique ni civique (chrétiens/musulmans et ani­mistes ou bien nomades/sédentaires en Afrique, ou bien encore sunnites/shiites/minorités religieuses dans le monde arabe) ne votent pas pour des par­tis défen­dant des options de gou­ver­nance, mais des intérêts eth­ni­co-politi­co-religieux, ce qui con­traint à des alliances improb­a­bles.

À Berlin, la gen­try de l’ouest a fait bas­culer en par­tie son vote du CDU vers le FDP et l’AfD. À l’Est, les quartiers mar­gin­aux-immi­grés ont fait bas­culer en par­tie le leur du SPD vers Die Linke, qui s’affirme de plus en plus comme un par­ti islamo-gauchiste. Et à l’Est encore, les quartiers « Ossis » ont eu ten­dance à délaiss­er le SPD pour l’AfD, qui s’affirme donc comme le par­ti des « petits blancs », démoc­rate et libéral, mais aus­si euroscep­tique et islam­oscep­tique.

Berlin c’est déjà un peu poli­tique­ment (non mil­i­taire­ment) Bag­dad à cause de l’éclatement mul­ti­eth­nique, dans le cadre duquel s’affrontent des groupes que ne peut unir aucun con­sen­sus parce que leurs visions même de la société sont incom­pat­i­bles. La fin de la dom­i­na­tion absolue du SPD dans cette ville avait con­traint ce dernier par­ti à for­mer, lors des avant-dernières élec­tions, une grande coali­tion avec la CDU. Désor­mais, c’est une autre coali­tion ban­cale que les soci­aux-démoc­rates devront for­mer avec les Verts et les islamo-gauchistes.

L’éclatement eth­ni­co-religieux de Berlin rend la ville ingou­vern­able : la dernière grande coali­tion avait déjà été inca­pable de pren­dre à bras-le-corps les prob­lèmes qui, selon les enquêtes récem­ment effec­tuées, con­tin­u­ent à préoc­cu­per les Berli­nois : le loge­ment, les écoles et les crèch­es, l’emploi et la sécu­rité.

La prochaine coali­tion rose-vert-rouge sem­ble ain­si vouée à l’échec. Les Berli­nois ne sont d’ailleurs pas dupes : un très grand nom­bre d’entre eux a voté « avec les pieds »… en s’abstenant de se déplac­er. Con­traire­ment à ce qui s’est passé au Meck­lem­bourg-Poméranie Occi­den­tale en effet, l’abstention est restée élevée lors de ces élec­tions dans la cap­i­tale alle­mande.

Sources :

Crédit pho­to : Taxiarchos228 via Wiki­me­dia (cc)

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.

Patrick Drahi

PORTRAIT — À la tête d’un empire économique colos­sal, Patrick Drahi a com­mencé à s’intéresser aux médias à par­tir des années 2000, rachetant Libéra­tion, L’Express, L’Expansion, Stu­dio Ciné Live, Lire, Mieux vivre votre argent, Clas­si­ca, etc., avant de lorgn­er vers le groupe Nex­tRa­dioTV.

Ivanne Trippenbach

PORTRAIT — Ivanne Trip­pen­bach est une jour­nal­iste de L’Opinion qui a fait de “l’extrême-droite” son cheval de bataille, a grand coups de dénon­ci­a­tions choc. Pour dia­bolis­er son adver­saire idéologique, la jour­nal­iste n’est pas à un détail près.

Paul Amar

PORTRAIT — Paul Amar est né le 11 jan­vi­er 1950 à Con­stan­tine (Algérie) de Charles (agent de la SNCF) et Julie Ghenas­sia. La famille sera rap­a­triée en 1961 et s’installera dans la région lyon­naise.